Samuel Légitimus

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Légitimus.
Samuel Légitimus
Samuel Légitimus.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
Paris Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Samuel Légitimus
Samuel Légitimus

Samuel Légitimus (né à Paris le ) est le fils du producteur de télévision Hégésippe Légitimus dit « Gésip ». Sa mère est la journaliste Noéma Thomassine (mieux connue du monde antillais sous la signature de "Noéma"). Il est petit-fils de Darling Légitimus et cousin de Pascal Légitimus, qui l'initiera dès son enfance à l'art de l'improvisation théâtrale.

Biographie

Attiré très jeune par le monde du spectacle, il répond à des annonces, participe à des castings et décroche petits rôles et figurations dans plusieurs longs métrages.

Il fait du doublage et enregistre les voix de plusieurs spots publicitaires pour la radio et la télévision (dont le fameux: « Des pâtes, des pâtes, oui mais… » avec Michel Colombier), participe aux films Les Uns et les Autres de Claude Lelouch, Le Pion de Christian Gion (au côté de Claude Piéplu et Henri Guybet) et Clara et les Chics Types de Jacques Monnet avec Isabelle Adjani...

Majeur, il étudie quelques années le droit, puis la théorie théâtrale à la Sorbonne nouvelle. Parallèlement, il coanime pendant deux ans l’émission de radio Délires sur Radio D’OM.

Il rencontre bientôt un groupe d'artistes étonnants, les Macmadedown, avec lesquels il écrit et met en scène une pièce, Jackpot, qui parodie les comédies britanniques. La pièce sera créée au théâtre Berry-Zèbre à Paris.

En 1989, il est reçu au concours d'entrée de la première promotion de l'École du théâtre national de Chaillot sous le « règne » de Jérôme Savary. Il y aborde le théâtre classique et y approfondit son jeu d’acteur auprès d’ Andrzej Seweryn, de Nita Klein et de Michel Lopez. Il sera l'assistant d'Andrzej Seweryn dans la mise en scène de la pièce de fin d'études Peines d’amour perdues de William Shakespeare. Il a pour marraine de théâtre Annie Girardot.

Après 2 ans passés à Chaillot, il met en scène et interprète en 1991 Le Monte-plats de Harold Pinter, avec Dan Thorens, à la Cité internationale de Paris. Il tiendra ensuite le rôle d’un Epikodov de couleur dans Le Jardin des cerises pièce adaptée de La Cerisaie d’ Anton Tchekhov, mise en scène par Romuald Sciora au théâtre du Lucernaire.

En 1992, il commence un travail sur ses racines et (en digne arrière-petit-fils d' Hégésippe Jean Légitimus) il se passionne pour les droits de l'homme et des minorités.

Il trouve dans la culture afro-américaine, et notamment dans les écrits de l'écrivain James Baldwin (1924-1987), un écho à ses propres idées et à ses préoccupations. Il en naîtra un spectacle musical intitulé Tiens bon - Never Despair inspiré de blues et de gospels adaptés par Marguerite Yourcenar. Le spectacle sera notamment jouée au théâtre Berry-Zèbre de Paris et à Amiens lors d'un hommage du Festival du film d’Amiens à sa grand-mère Darling Legitimus. La troupe compte notamment sa sœur Diana Belkreir-Légitimus, chanteuse choriste, son frère et le chanteur David Légitimus et la comédienne chanteuse Sylvie Laporte.

En 1995, il coécrit, met en scène et interprète La Fabuleuse Vie de Harry Bottleneck, un spectacle musical pour enfants présentant l’histoire du jazz, une commande du théâtre du Vésinet.

En 1996, il séjourne à Bastia et joue dans Femmes, Guerre et Comédie, de Thomas Brasch dans une mise en scène de François Bergoin. Il monte ensuite - et interprète - pour le festival « Premier Geste » à l’Espace Kiron, après l’avoir traduite de l’anglais, The Midnight Hour ou Une nuit dans la vie de James Baldwin, pièce à un personnage de l'auteur écossais James Campbell.

En janvier 1997, invité par la communauté afro-américaine de Paris, il participe en tant que récitant à l’hommage à Martin Luther King dans le cadre du 4e Festival international de Gospel de Paris, à l’Auditorium des Halles.

Le metteur en scène Gabriel Garran] monte au Tilf (Théâtre international de langue française) la pièce Bintou de Koffi Kwahulé en collaboration avec Pascal N’Zonzi et choisit Samuel pour interpréter le rôle de Drissa, l’oncle incestueux de l'héroïne (premier rôle au théâtre de la comédienne Aïssa Maïga [1]).

En 1998, il présente dans le cadre du Festival de jazz de La Villette Blues for Mister Baldwin une manifestation/hommage à James Baldwin pour fêter la dixième année de sa disparition en France.

Il crée et met en scène Le Coin des Amen, la première pièce de James Baldwin, qu’il présente au TILF et au Centre culturel suisse de Paris.

Il prête sa voix à diverses pièces radiophoniques sur France Culture, participe à de nombreuses réunions et manifestations de défense des droits humains et monte notamment Sonny's Blues de James Baldwin à Montréal.

Il rencontre et entre en collaboration avec l’auteur et cinéaste afro-américain Melvin Van Peebles sur l’adaptation française de sa comédie musicale Don't Play Us Cheap qui devient Une fête à Harlem.

En 2007, à l'occasion du 20e anniversaire de la disparition de l'auteur, il met en scène la création française du Coin des Amen de James Baldwin adapté par Marguerite Yourcenar au théâtre de l'Épée de Bois de Vincennes et lors du 37e Festival culturel de la ville de Fort-de-France à la Martinique.

En 2010, il collabore à l'écriture et signe la mise en scène de Attila, reine des Belges, un seul-en-scène de Marie-Élisabeth Cornet présenté au Feux de la rampe, au Lucernaire et à l'Européen.

En 2011, il met en scène Celle des îles de l'auteur tchadien Koulsy Lamko au Lavoir moderne parisien.

Il travaille également depuis de nombreuses années sur la traduction et la promotion en France de classiques du théâtre afro-américain, notamment A Raisin in the Sun de Lorraine Hansberry, et Purlie Victorious d’ Ossie Davis.

Samuel Légitimus tenu de 2012 à 2013 une rubrique Temple de la renommée d'artistes et d'humanistes noirs dans le magazine trimestriel Respect Magazine.

Other Languages