Samā‘

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sema.
Le Sema, cérémonie Mevlevi *
UNESCO-ICH-blue.svg Patrimoine culturel immatériel
Un derviche tourneur en mouvement.
Un derviche tourneur en mouvement.
Pays Drapeau de la Turquie  Turquie
Liste Liste représentative
Fiche 00100
Année d’inscription 2008
Année de proclamation 2005
* Descriptif officiel UNESCO
Le Semah, rituel Alevi-Bektaşi *
UNESCO-ICH-blue.svg Patrimoine culturel immatériel
Pays Drapeau de la Turquie  Turquie
Liste Liste représentative
Fiche 00384
Année d’inscription 2010
Année de proclamation 20
* Descriptif officiel UNESCO
Samā‘ (Arabe: سماع) est un mot arabe (turc: semâ) qui renvoie à la notion d’audition spirituelle. Samā‘ désigne également une danse giratoire sacrée des derviches tourneurs soufis Mevlevi qui s’exécute dans le semahâne (salle de danse du monastère). On l'appelle aussi ayin. Née en Turquie en l'honneur du mystique musulman Djalâl ad-Dîn Rûmî, elle s'est propagée en Syrie et en Égypte. Le samā‘ fait partie des pratiques spirituelles du soufisme, parmi lesquelles on trouve notamment le dhikr (invocation des noms divins), la lecture du Coran, la récitation de prières sur le prophète de l'islam Mahomet. Les séances de samā‘ constituent une modalité particulière de l’invocation divine au sein des confréries soufies.

Les poésies mystiques chantées dans le samā‘ associent les thèmes de l’amant et de l’aimé, de l’ivresse spirituelle, de la nostalgie de la séparation de l'être bien-aimé ou encore de notre divine essence. Ces états intérieurs accentués par la danse sont les effets de l’ivresse spirituelle qui se traduit par une sensation de submersion et un oubli de soi-même dont l’aboutissement est l’extinction dans la présence divine. Ainsi l’audition mystique agit-elle comme un remède pour les âmes et une nourriture pour les cœurs.

Le samā‘ a été inscrit au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l' UNESCO en 2008 [1].

La musique

On attribue à Sultan Veled les premières compositions musicales du samā‘. Ce répertoire s'est augmenté au fil de l'histoire, intégrant même des rythmes frenki à la suite d'une influence musicale française à la cour de Soliman le Magnifique. Le chant soufi a cappella est un ensemble de poèmes composés par les plus grands saints de l' islam à travers l'histoire, qui se veut une expression sincère des états les plus purs du cœur. Ses thèmes tournent autour de l'amour de Dieu et de son Prophète. Ils sont censés véhiculer et communiquer à ceux qui les écoutent des significations subtiles et une aspiration spirituelle qui orientent les esprits vers la source divine. Selon leurs adeptes, ils suscitent chez celui qui se trouve en état d’ouverture et de réceptivité spirituelle (hâl), des états intérieur qui correspondent à ce que les soufis nomment émotions extatiques (ahwâl).

Accompagnée au départ des seules flûtes ney et de tambours sur cadre daf, d'autres instruments sont venus s'y adjoindre au e siècle, tel la cithare qanūn, le luth tanbur, le violon, etc. Elle a aussi adopté la transcription occidentale pour préserver son patrimoine.

Other Languages
العربية: سماع (إنشاد)
беларуская: Сама (іслам)
English: Sama (Sufism)
فارسی: سماع
hrvatski: Mevlevi Sema
Bahasa Indonesia: Sama (Sufisme)
italiano: Sama
Кыргызча: Сама
русский: Сама
тоҷикӣ: Самоъ
Türkçe: Sema (tasavvuf)
українська: Сема
اردو: سماع