Saint-nicolas-de-bourgueil (AOC)

Page d'aide sur l'homonymie Pour la commune, voir Saint-Nicolas-de-Bourgueil.
Saint-nicolas-de-bourgueil
image illustrative de l’article Saint-nicolas-de-bourgueil (AOC)
Saint-nicolas-de-bourgueil

Désignation(s)Saint-nicolas-de-bourgueil
Appellation(s) principale(s)saint-nicolas-de-bourgueil
Type d'appellation(s)AOC
Reconnue depuis1937
PaysDrapeau de la France France
Région parentevallée de la Loire
Sous-région(s)Touraine
LocalisationIndre-et-Loire
Climattempéré océanique dégradé
Solsablo-graveleux, à fond argileux
Superficie plantée1 050 hectares
Cépages dominantscabernet franc N et cabernet sauvignon N[N 1]
Vins produitsrouges et rosés
Production57 000 hectolitres
Pieds à l'hectareminimum de 4 500 pieds par hectare
Rendement moyen à l'hectare55 à 67 hl/ha

Le saint-nicolas-de-bourgueil[N 2] est un vin d'appellation d'origine contrôlée produit sur la commune de Saint-Nicolas-de-Bourgueil, en Indre-et-Loire. La superficie représente 1 050 hectares avec du cabernet franc N et cabernet sauvignon N comme cépage. Cette AOC produit presque exclusivement des vins rouges avec 2 % de vins rosés.

Histoire

Antiquité

C'est au IVe siècle que la vigne se propage sous l'impulsion de Saint Martin et ses disciples[1].

Moyen Âge

En 990, fondation de l’abbaye de Bourgueil, qui permet le développement du vignoble bourgueillois[2]. Au Xe siècle, grâce au développement des voies de communication, les vignobles de la Loire se développent[3]. Le cépage Breton fait son apparition en 1152, grâce à l’union politique de l’Anjou et de l’Aquitaine[2]. Lorsque Henri II, comte d'Anjou, accède au trône d'Angleterre en 1154, le vignoble angevin connaît un véritable essor[3].

Période contemporaine

À partir de 1789, la Révolution française a des effets dévastateurs sur le vignoble angevin, à travers les guerres de Vendée[3]. La crise du phyloxera touche durement le vignoble à la fin du e siècle. Création de l'appellation en 1937[2]. Apparition de l'enjambeur dans les années 1960-70 qui remplace le cheval. Les techniques en viticulture et œnologie ont bien évolué depuis 50 ans (vendange en vert, table de triage, cuve en inox, pressoir électrique puis pneumatique etc.).