Saint-Empire romain germanique

.

Saint-Empire romain
Sacrum Romanum Imperium (la)

Heiliges Römisches Reich (de)
Sacro Romano Impero (it)
Svatá říše římská (cs)

 – 
(844 ans, 6 mois et 4 jours)

Drapeau
Bannière du Saint-Empire
Blason
Armorial du Saint-Empire
Description de cette image, également commentée ci-après
Territoire du Saint-Empire de 962 à 1806.
Informations générales
StatutMonarchie élective
CapitaleAucune de jure
Aix-la-Chapelle[1],[2],[3],[a](800-1556)
Prague[4],[5] (1346-1437;1583-1611)
Vienne[b],[6] (1483-1806)
Ratisbonne[c],[7],[8](1663-1806)
Wetzlar[d] (1689-1806)
LangueLangues romanes : latin, italien, français
Langues germaniques occidentales : allemand, néerlandais, langues frisonnes
Langues germaniques septentrionales : danois, suédois
Langues slaves : tchèque, cachoube, polabe, polonais, silésien, slovince, sorabe, slovène
ReligionÉglise catholique
Luthéranisme (Paix d'Augsbourg)
Calvinisme (Traités de Westphalie)
MonnaieGros de Prague
Pfennig
Fuseau horaireUTC±00:00 et UTC+01:00
Démographie
Population 962~ 4 700 000 hab.
Densité 962~ 10 hab./km2
Superficie
Superficie 962~ 470 000 km2
1034~ 950 000 km2
1648~ 570 000 km2
1806~ 540 000 km2
Histoire et événements
Couronnement impérial d'Otton Ier
Traité de Bâle
Traité de Paix d'Augsbourg
Traités de Westphalie
Recès d'Empire
Création de la Confédération du Rhin
Abdication de François II
Empereur des Romains
(1er) 962-973Otton Ier
(34e) 1792-1806François II

Entités précédentes :

Le Saint-Empire romain[9] est un regroupement politique, aujourd'hui disparu, de terres d’Europe occidentale et centrale au Moyen Âge, dirigé par l'Empereur des Romains. Il se considérait, du Xe siècle jusqu'à sa suppression au début du XIXe siècle par Napoléon, comme le continuateur légitime de l’Empire d’Occident des Carolingiens, mais également de l’Empire romain. L’adjectif Saint n’apparaît que sous le règne de Frédéric Barberousse (attesté en 1157) pour légitimer le pouvoir de manière divine.

Il fut également appelé du XVIe siècle au XVIIIe siècle Saint-Empire romain de la nation teutonique (nationis Teutonicae)[10], tendant à l'identifier avec l’Allemagne[11], ou bien après sa suppression, dans les livres d'histoire du XXe siècle, Saint-Empire romain germanique[12], appelé en latin Sacrum Imperium Romanum, en allemand Heiliges Römisches Reich, en italien Sacro Romano Impero, en néerlandais Heilige Roomse Rijk[13] ; également appelé parfois Premier Reich ou Vieil Empire, pour le différencier de l’Empire allemand.

C'est sous la dynastie des Ottoniens, au Xe siècle, que l'Empire se forme à partir de l'ancienne Francie orientale carolingienne. La désignation Sacrum Imperium est attestée pour la première fois en 1157[14],[15] et le titre Sacrum Romanum Imperium apparaît vers 1184[14] pour être utilisé de manière définitive à partir de 1254. Le complément Deutscher Nation (en latin Nationis Teutonicae, en français « de [la] Nation teutonique ») a été ajouté au XVe siècle. L'étendue et les frontières du Saint-Empire ont été considérablement modifiées au cours des siècles. Au temps de sa plus grande extension, l'Empire comprend presque tout le territoire de l'actuelle Europe centrale, des Pays-Bas, de la Belgique, du Luxembourg, de la Suisse ainsi que des parties de la France et de l'Italie. Son histoire et sa civilisation sont donc un héritage partagé par de nombreux États européens actuels.

L'époque moderne marque pour l'Empire l'impossibilité structurelle de mener des guerres offensives, d'étendre son pouvoir et son territoire. Dès lors, ses principales missions sont la défense du droit et la conservation de la paix. L'Empire doit assurer la stabilité politique et la résolution pacifique des conflits en endiguant la dynamique du pouvoir : il offre une protection, aux sujets contre l'arbitraire des seigneurs, et aux ordres moins importants contre toute infraction au droit commis par les ordres plus importants et par l'Empire même. À partir de 1648, des États voisins sont constitutionnellement intégrés comme États impériaux ; l'Empire remplit alors également cette fonction de paix dans la constellation des puissances européennes.

À partir du milieu du XVIIIe siècle, l’Empire ne peut plus protéger ses membres de la politique d’expansion des puissances intérieures et extérieures. C’est une des causes de son effondrement. Les conquêtes napoléoniennes et la création de la Confédération du Rhin démontrent la faiblesse du Saint-Empire. Le Saint-Empire romain disparaît le lorsque l’empereur François François II dépose sa couronne pour n'être plus qu'empereur d'Autriche et, comme l'écrit Ferdinand Lot, le , date de l'abandon par François II de sa qualité d'empereur des Romains, peut être considéré comme l'acte de décès légal de l'Empire romain[16].

Nature de l’Empire

En raison de son caractère pré-national et supranational, le Saint Empire romain ne s'est jamais développé en un État-nation moderne, contrairement à la France ou et au Royaume-Uni. Le Saint Empire est resté un tissu monarchique et corporatif, dirigé par un empereur et les états impériaux avec très peu d'institutions impériales communes. Le pouvoir de gouvernement de l'empire ne se trouve ni uniquement aux mains de l'empereur des Romains ni uniquement aux mains des princes-électeurs ni uniquement d'un ensemble de personnes comme la Diète d'Empire. L'Empire ne peut être compris ni comme un État fédéral ni comme une confédération. Il n'est ni une simple aristocratie ni une oligarchie. Toutefois, l'empire présente des caractéristiques de toutes ces formes étatiques. L'histoire du Saint-Empire est marquée par la lutte quant à sa nature. Tout comme il n'est jamais parvenu à briser les entêtements régionaux des territoires, il s'est morcelé dans une confédération informe. C'est la Kleinstaaterei[17].

En tant qu'« organisation faîtière », l'empire enveloppe de nombreux territoires et sert de cadre juridique à la cohabitation des différents seigneurs. Ces princes et ces ducs presque autonomes mais non souverains reconnaissent l'empereur comme le dirigeant de l'empire et se soumettent aux lois, aux juridictions et décisions de la Diète d'Empire mais prennent part à la politique impériale sur laquelle ils influent en élisant, par exemple, l'empereur ou en participant aux diètes et autres représentations corporatives. Contrairement aux autres pays, les habitants ne sont pas les sujets directs de l'empereur. Chaque territoire immédiat a son propre seigneur, et chaque ville libre d'Empire a son maire.

Other Languages
беларуская (тарашкевіца)‎: Сьвятая Рымская імпэрыя
Nordfriisk: Hilag Röömsk Rik
客家語/Hak-kâ-ngî: Sṳ̀n-sṳn Lò-mâ Ti-koet
interlingua: Sacre Imperio Roman
Bahasa Indonesia: Kekaisaran Romawi Suci
Lingua Franca Nova: Impero Roman Santa
Bahasa Melayu: Empayar Suci Rom
Nedersaksies: Heilige Roomse Riek
Piemontèis: Imperi Roman Sacrà
srpskohrvatski / српскохрватски: Sveto Rimsko Carstvo
Simple English: Holy Roman Empire
slovenščina: Sveto rimsko cesarstvo
татарча/tatarça: İzge Rim imperiäse
oʻzbekcha/ўзбекча: Muqaddas Rim imperiyasi
West-Vlams: Illig Rôoms Ryk