Saône-et-Loire

Saône-et-Loire
Saône-et-Loire Saône-et-Loire
Administration
Pays Drapeau de la France  France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Création du département
Chef-lieu
( Préfecture)
Mâcon
Sous-préfectures Autun
Chalon-sur-Saône
Charolles
Louhans
Président du
conseil départemental
André Accary ( Les Républicains)
Préfet Gilbert Payet
Code Insee 71
Code ISO 3166-2 FR-71
Démographie
Gentilé Saône-et-Loiriens
Population 556 222 hab. (2013)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Superficie 8 575 km2
Subdivisions
Arrondissements 5
Circonscriptions législatives 6
Cantons 29
Intercommunalités 32
Communes 570

La Saône-et-Loire ( prononcé [ s o . n e . l w a ʁ]) est un département français de Bourgogne-Franche-Comté dont la préfecture est Mâcon. L' Insee et la Poste lui attribuent le code 71. Il s'agit du département le plus peuplé de la région.

Histoire

Article détaillé : art roman en Saône-et-Loire.

Préhistoire

Pendant la préhistoire déjà, les vallées de la Saône et de la Loire qui coupent le département actuel servaient de voies de passage et d'échanges. La présence humaine y est ancienne, comme l'atteste la présence de restes d'hommes de Néandertal à Vergisson, les importants gisements de Solutré (à l'origine de la dénomination de la période éponyme, le Solutréen) ou, au Néolithique, de Chassey-le-Camp (qui a donné son nom au Chasséen).

Période gallo-romaine

Les Éduens, un des grands peuples gaulois allié des Romains, avaient leur capitale au nord-est du département actuel, à Bibracte (Mont-Beuvray) avant que ce site fortifié ne soit abandonné au profit d' Autun (Augustodunum). Les Éduens se sont installés vers 500 av. J.C. [1] Leur présence dépasse le département de Saône-et-Loire et comprend une partie de la Côte d'Or, de la Nièvre, de l' Yonne et de l 'Ain, soit environ 10 000 km2. Bibracte devient la capitale vers 150-120 av. J.C. En 52 av. J.C., les Éduens se joignent à la révolte gauloise.

La création d'Autun (Augustodunumt : la colline d'Auguste) date d'environ 16 av. J.C. Cette création a été voulue par l'empereur Auguste car Bibracte symbolisait la révolte gauloise. Dès l'origine, Autun fut entourée d'un rempart, long de 6 km, renforcé par 54 tours circulaires.

À la fin du IIIe siècle, Dioclétien a entrepris une réforme administrative. La Gaule est divisée en deux diocèses. Autun appartient, avec Lyon comme capitale, à la Lyonnaise I. C'est dans ce contexte qu'est créée la flotte de la Saône, commandée par un préfet, basé à Chalon.

C'est au IIIe siècle que les chrétiens sont présents en pays éduen. Les premiers martyrs sont Symphorien à Autun, Marcel à Chalon, Valérien à Tournus. Le plus ancien évêque d'Autun connu est Reticius, présent au concile de Rome en 313.

Moyen Âge

Au Moyen Âge, le territoire jouait un rôle important en tant que carrefour entre le nord et le sud du Royaume de France et en frontière de l'Empire. De nombreux seigneurs religieux et laïcs se partageaient les terres et les droits comme l' abbaye de Cluny, siège de l' ordre religieux qui s'étendit dans l'Europe entière, l' évêque d'Autun et son chapitre, le comte de Chalon, le comte de Brancion jusqu'en 1259, le duc de Bourgogne dans le Charolais...

Période révolutionnaire

Période révolutionnaire Les députés, du territoire qui deviendra la Saône-et-Loire, aux États généraux convoqués par Louis XVI le 24 janvier 1789 sont au nombre de vingt [2]. Chacun des bailliages d'Autun, de Charolles et de Mâcon est représenté par quatre députés dont un pour la noblesse, un pour le clergé, deux pour le tiers état, le bailliage de Chalon, plus peuplé élit huit représentants (deux pour la noblesse, deux pour le clergé, quatre pour le tiers état). Les députés sont :

  • pour le bailliage d'Autun : l'évêque Talleyrand, le marquis Digoine du Palais, Repoux, avocat à Autun, Verchère de Reyffye, avocat à Marcigny :
  • pour le bailliage de Chalon : Genelet, curé d'Etrigny, Oudot, curé de Savigny-en-Revermont, le marquis de Sassenay, Burignol de Varennes, écuyer, Petiot, procureur du roi à Chalon, Paccard, avocat à Chalon, Sancy, avocat à Chalon, Bernigaud de Grande, écuyer, lieutenant général au bailliage.
  • pour le bailliage de Charolles : Porcheron, curé de Champvent, le marquis de la Coste, Geoffroy, avocat à Lyon, Fricaud, avocat à Charolles,
  • pour le bailliage de Mâcon ; Ducret, curé de Tournus, le comte de Montrevel, De Lamétherie, avocat, Merle, maire de Mâcon.

XIXe siècle

Le département a été créé officiellement le à partir d'une partie de la province de Bourgogne, à peu près dans les limites des anciens bailliages d'Autun, Chalon, Charolles et Mâcon. L'assemblée des électeurs réunie le 5 mai 1790 à Charolles a choisi d'installer le chef-lieu du département à Chalon plutôt qu'à Mâcon, mais les protestations de cette ville ont conduit l' Assemblée constituante à y installer le siège de l'administration, en février 1791. Lors de sa création le département est partagé en sept districts [3], dont les chefs-lieux sont : Autun, Bourbon-Lancy, Chalon, Charolles, Louhans ; Mâcon et Marcigny. Chacun de ces districts est divisé en cantons, et chaque canton en municipalités. Le district d'Autun comprend quatorze cantons et quatre-vingt-sept municipalités, celui de Bourbon-Lancy six cantons et vingt-huit municipalités, celui de Chalon dix-neuf cantons et cent-soixante-trois municipalités, celui de Charolles, quatorze cantons et quatre-vingt-sept municipalités, celui de Louhans douze cantons et soixante quinze municipalités, celui de Mâcon neuf cantons et centre six municipalités, celui de Marcigny neuf cantons et quarante-huit municipalités.Chaque district a osn tribunal et chaque canton ses juges de paix.

Le département est occupé à deux reprises par les troupes autrichiennes : de janvier à mars 1814 puis de juin 1815 à novembre 1818.

Au milieu du XIXe siècle, Alphonse de Lamartine est le plus célèbre des habitants de la Saône-et-Loire : poète, chef du gouvernement provisoire en février 1848, ce républicain a également occupé à neuf reprises le fauteuil de président du Conseil général avant d'abandonner la politique lors de l'instauration du Second Empire en 1852.

Entre 1940 et novembre 1942 la partie nord-est du département est occupée par les Allemands ; ceux-ci franchissent alors la ligne de démarcation et envahissent la zone sud. Terre de résistance vigoureuse (maquis du Clunisois, du Charollais, maquis bressans...), la Saône-et-Loire est libérée à l'été 1944.

Other Languages
aragonés: Saona y Loira
беларуская (тарашкевіца)‎: Сона і Люара
български: Сон е Лоар
brezhoneg: Saône-et-Loire
català: Saona i Loira
čeština: Saône-et-Loire
Esperanto: Saône-et-Loire
español: Saona y Loira
فارسی: سون-ا-لوآر
arpetan: Sona-et-Lêre
Gàidhlig: Saône-et-Loire
客家語/Hak-kâ-ngî: Saône-et-Loire-sén
Հայերեն: Սոն է Լուար
Bahasa Indonesia: Saône-et-Loire
italiano: Saona e Loira
Limburgs: Saône-et-Loire
lumbaart: Saône-et-Loire
lietuvių: Sona ir Luara
latviešu: Sona un Luāra
Malagasy: Saône-et-Loire
Bahasa Melayu: Saône-et-Loire
Nederlands: Saône-et-Loire
norsk nynorsk: Saône-et-Loire
norsk bokmål: Saône-et-Loire
Kapampangan: Saône-et-Loire
português: Saône-et-Loire
română: Saône-et-Loire
русский: Сона и Луара
sámegiella: Saône-et-Loire
srpskohrvatski / српскохрватски: Saône-et-Loire
Simple English: Saône-et-Loire
slovenčina: Saône-et-Loire
slovenščina: Saône-et-Loire
српски / srpski: Саона и Лоара
Kiswahili: Saône-et-Loire
Türkçe: Saône-et-Loire
українська: Сона і Луара
Tiếng Việt: Saône-et-Loire
Bân-lâm-gú: Saône-et-Loire
粵語: 桑恩盧華