Saïs

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saou et Plaine du Saïs.
Saïs
Ville d'Égypte antique
Noms
Nom égyptien ancien Saou
Nom grec Σάϊς
Nom arabe صا الحجر (Ṣā al-Ḥaǧar)
Nom actuel Sa al-Hagar
Administration
Pays Drapeau de l'Égypte  Égypte
Région Basse-Égypte
Nome 5e : Nome supérieur de Neith (nt)
Géographie
Coordonnées 30° 58′ 00″ nord, 30° 46′ 00″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Égypte

Voir la carte administrative d'Égypte
City locator 14.svg
Saïs

Géolocalisation sur la carte : Égypte

Voir la carte topographique d'Égypte
City locator 14.svg
Saïs
Saïs
z
G39
G1 G43 O49
S3w (Z3w)

Saïs (en grec ancien : Σάϊς, ou Sa ou Saou ou Zau ou Sau en ancien égyptien) se situait sur la branche canopique du Nil dans le delta occidental. Elle est identifiée de nos jours au site du village de Sa el-Hagar (ou Sah el-Haggar, ne pas confondre avec Sân el-Haggar qui est le site de Tanis), à l'Ouest de Samannud.

Elle fut la capitale du cinquième nome de Basse-Égypte le « nome supérieur de Neith » ou « la cible du Nord » (nt mHt).

Histoire

Tête d'une statue du pharaon Amasis - Saïs ? - Musée égyptien de Berlin

La ville est connue dès le début de l'histoire égyptienne, on a retrouvé des étiquettes en bois liées au roi Aha (v.-3080/v.-3055) mentionnant la cité et son culte dédié à Neith [1]. En tant que chef lieu du nome éponyme, on la retrouve citée dans les listes funéraires de l' Ancien Empire qui figurent dans les mastaba des dignitaires du royaume. Le district est cité notamment dans l'énumération des domaines funéraires et des charges incombant à Metjen un haut nomarque du règne de Snéfrou, fondateur de la IVe dynastie et père de Khéops.

Cependant l'ascension politique de la ville fut tardive. Il n'y a plus aucune trace de la cité avant la fin du Nouvel Empire (v.-1100), et la IIIe période intermédiaire inaugurée par les XXIe et XXIIe dynasties voit la suprématie des nouvelles métropoles religieuses que sont Tanis et Bubastis, contrôlées par les tribus Machaouach qui règnent alors sans partage sur le pays. Mais cette politique de clans va très vite éprouver ses propres limites et l'anarchie qui en résulte voit le morcellement progressif du pays et son affaiblissement, l'exposant à de sérieux risques d'invasions.

C'est dans ce contexte que Saïs devient la capitale d’un vaste royaume constitué au - e siècle par les grands chefs Libou qui unifient les nomes du delta occidental ce qui donne naissance à la XXIVe dynastie.

Celle-ci avec ses rois Tefnakht Tefnakht Ier ( -727/ -716) et Bakenranef (ou Bocchôris, -716/ -715), lutte pour réunifier l'Égypte en entravant les entreprises de conquête des Nubiens de la XXVe dynastie et en leur disputant Memphis [2]. Cette entreprise ne résiste pas à la prise en main du pays par les rois de Napata et Saïs doit rendre les armes pour éviter le pillage, son roi est capturé et brûlé vif par Chabaka.

Le régime kouchite impose alors ses propres règles et un nouveau gouverneur de la ville est nommé parmi les proches du nouveau pharaon. La paix qui s'ensuit sera de courte durée car moins d'un siècle plus tard les assyriens après avoir soumis méthodiquement tout le Moyen-Orient, menacent d'absorber l'Égypte à son tour, ouvrant une nouvelle période de conflit qui allait bientôt submerger le Double Pays et réveiller les vieux antagonismes qui avaient précédé la domination nubienne.

Stèle de Nectanébo Nectanébo Ier, dite stèle de Naucratis, instituant notamment une taxe sur tout commerce avec les grecs au profit de la déesse Neith et de son temple de Saïs

Grâce à une habile tactique diplomatique Saïs parvient à éviter la catastrophe qui coûte en revanche très cher au reste du pays livré au pillage et dont Thèbes figure comme la ville martyr, en sortant considérablement affaiblie. Les Nubiens refoulés au-delà de leurs propres frontières, Saïs garde son statut et à peine les troupes assyriennes reparties elle devient avec la XXVIe dynastie, de dynastie régionale, l’unique dynastie du pays de -664 à -525. Saïs est alors un foyer de civilisation si brillant que l’on a parlé de «  renaissance saïte ». À cette époque Neith, la déesse tutélaire de Saïs, supplante Amon comme premier dieu de la monarchie.

Enfin, après la première invasion perse, elle redevient ville dynastique de -404 à -399. Le prince de Saïs, Amyrtée ( -404/ -399), mène la révolte contre les Perses et fonde en -404, la XXVIIIe dynastie. La cité reste très influente par la suite même si les XXIXe et XXXe dynasties sont originaires d'autres cités du delta. Leurs rois continuèrent à honorer la déesse Neith, embellissant son sanctuaire et promulguant des décrets afin de lui assurer une nouvelle prospérité grâce à l'ouverture de nouvelles relations commerciales prospères avec le monde égéen.

La seconde invasion perse vient briser ce dernier sursaut d'indépendance. Avec l'arrivée d' Alexandre le Grand et des Macédoniens, c'est la création de la ville d' Alexandrie en -332, qui marqua le déclin de Saïs, la privant peu à peu de ses débouchés commerciaux.

L'antique cité garde cependant son prestige et devient un véritable lieu de pèlerinage pour les philosophes, les penseurs et autres savants d'un monde désormais tourné vers la Méditerranée et l'Occident. Outre ses écoles et ses bibliothèques abritées dans ses sanctuaires, la ville avait aussi un temple d' Isis. C'est dans ce temple que Plutarque ( 40/ 120, biographe et moraliste grec) indique que sur le tombeau d' Isis on trouve l'inscription à l'origine de la légende du Voile d'Isis :

« Je suis tout ce qui fut, ce qui est, ce qui sera et aucun mortel n’a encore osé soulever mon voile [3]. »

Other Languages
Afrikaans: Saïs
العربية: صا الحجر
مصرى: صا الحجر
беларуская: Горад Саіс
български: Саис
català: Sais
čeština: Sau
Deutsch: Sais
Ελληνικά: Σάις
English: Sais, Egypt
Esperanto: Sais
español: Sais
euskara: Sais
فارسی: سائیس
suomi: Sais
magyar: Szaisz
Bahasa Indonesia: Sais
italiano: Sais
日本語: サイス
ქართული: საისი
한국어: 사이스
lietuvių: Saisas
Nederlands: Saïs
occitan: Sais
polski: Sais
português: Saís
română: Sais, Egipt
русский: Саис
srpskohrvatski / српскохрватски: Sais
slovenčina: Saj
svenska: Sais
Tagalog: Sais, Ehipto
українська: Саїс
اردو: صا الحجر
Tiếng Việt: Sais, Ai Cập
中文: 塞易斯