Séoul

Hangul, Hanja.png Cette page contient des caractères coréens. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Séoul
Vue panoramique du centre-ville de Séoul.
Vue panoramique du centre-ville de Séoul.
Noms
Nom Hangeul 서울특별시
Nom Hanja 서울特別市
Nom Romanisation révisée Seoul Teukbyeolsi
Nom McCune-Reischauer Sŏul T'ŭkpyŏlshi
Administration
Pays Drapeau de la Corée du Sud  Corée du Sud
Statut Ville spéciale
ISO 3166-2 KR-11
Démographie
Gentilé Séoulien [1], Séoulite [2]
Population 10 140 000 hab. (31-12-2013)
Densité 16 746 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 33′ 57″ nord, 126° 58′ 41″ est
Superficie 60 552 ha = 605,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corée du Sud

Voir la carte administrative de Corée du Sud
Séoul

Géolocalisation sur la carte : Corée du Sud

Voir la carte topographique de Corée du Sud
Séoul

Séoul (en coréen : 서울 ; romanisation révisée : Seoul ; officiellement Ville spéciale de Séoul, en hangeul : 서울특별시 et en  hanja : 서울特別市 Prononciation du titre dans sa version originale  Écouter) est la capitale et la plus grande ville de la Corée du Sud. Située sur le fleuve Han, au nord-ouest du pays, elle compte une population d'environ dix millions d'habitants intra-muros et 25 620 000 dans son aire urbaine (qui inclut notamment Incheon) [3], ce qui fait d'elle la troisième mégapole la plus peuplée au monde après Tokyo et Mexico, et juste devant New York. En outre, la ville est le lieu de résidence de près de la moitié de la population sud-coréenne. La zone démilitarisée (DMZ) est, quant à elle, à environ 45 kilomètres du centre-ville.

Fondée il y a deux mille ans par le royaume Baekje, l'un des Trois Royaumes de Corée, Séoul est pendant plus de cinq cents ans la capitale du royaume de Joseon. À la fin du e siècle, rompant avec une longue tradition d'isolement, Séoul s'ouvre aux étrangers et notamment aux États-Unis : elle est la première ville d' Asie de l'Est à avoir l'électricité, l'eau courante, le téléphone et un réseau de tramway. Occupée par le Japon de 1910 à 1945 et rebaptisée Gyeongseong, la ville devient la capitale de la République de Corée lors de sa proclamation en 1948. Elle sera gravement endommagée lors des conflits de la Guerre de Corée, dont la bataille de Séoul fut l'un des évènements majeurs : le palais de Gyeongbokgung et sa grande porte sont notamment incendiés. Reconstruite dans les années 1960 et 1970 avec l'aide des États-Unis, elle connaît une forte industrialisation et devient le visage d'une Corée du Sud en voie de modernisation. Depuis les années 1990, Séoul a vu sa population croître de manière importante, notamment grâce à l'afflux de migrants d' Asie du Sud-Est.

Siège des plus grandes entreprises coréennes (les chaebol), dont Samsung, LG et Hyundai, Séoul est considérée comme une ville globale. Son niveau de vie très élevé et son PIB - le quatrième au monde pour une aire urbaine après Tokyo, New York et Los Angeles - en font l'un des principaux centres économiques au monde. Le quartier branché de Gangnam et la Digital Media City concentrent des entreprises dans les nouvelles technologies. La ville compte de nombreux bâtiments à l'architecture futuriste, comme le Dongdaemun Design Plaza et la Lotte Super Tower 123, qui atteint les 555 mètres de hauteur en 2016 et dépasse la N Seoul Tower. Symbole de son rayonnement, Séoul a organisé plusieurs grands évènements internationaux, dont les Jeux asiatiques de 1986, les Jeux olympiques d'été de 1988, la Coupe du monde de football de 2002 et le Sommet du G20 de novembre 2010.

Importante destination touristique, Séoul compte trois monuments classés au patrimoine mondial de l'UNESCO : le palais de Changdeokgung, le sanctuaire de Jongmyo et plusieurs tombes royales de la dynastie Joseon. En raison de sa forte densité de population, plus de trois millions de véhicules y sont comptabilisés, ce qui entraîne des embouteillages quotidiens, même au-delà de minuit. Enfin, en tant que cœur culturel du pays, Séoul est le berceau de la K-pop et de la diffusion de la culture coréenne à travers le monde ( hallyu).

Histoire

On pense que les premiers hommes habitaient le long des berges inférieures du fleuve Han pendant le paléolithique, car des ruines préhistoriques ont été déterrées à Amsa-dong (village), Gangdong-gu (district). Avec l'introduction du bronze vers 700 ans av. J.-C., les hommes se sont progressivement dispersés du bassin du fleuve vers les régions intérieures.

L'histoire de Séoul remonte à 18 av. J.-C. Cette année-là, le nouveau royaume de Baekje construisit sa capitale dans la région de Séoul sous le nom de Wiryeseong (위례성 ; 慰禮城). À l'époque où les Trois Royaumes se disputaient l'hégémonie de la Corée, Séoul fut souvent le site où se réglèrent les conflits. On considérait que le royaume qui contrôlait la région aux alentours était capable de contrôler toute la péninsule. C'est pourquoi au e siècle le dirigeant de la dynastie Goryeo construisit un palais à Séoul, qui était considérée comme la capitale du Sud. La ville vit changer son nom de Hanyang (한양 ; 漢陽) en Hanseong (한성 ; 漢城) lorsqu'elle devint la capitale de la dynastie Joseon en 1394 (elle fut connue sous ce nom en chinois, Hancheng, jusqu'en octobre 2005, date à laquelle le nom de Shou'er (首爾) fut adopté à la demande du maire de Séoul [4]). Elle fut rebaptisée Gyeongseong (경성 ; 京城 ; Keijō en japonais) lors de l'occupation japonaise et retrouva finalement le nom de Seoul à la libération en 1945. Ce nom avait été utilisé depuis le royaume Silla ( 57 av. J.-C.- 935) ; il provient des mots anciens seobeol ou seorabeol. Tous deux désignaient Gyeongju, alors capitale de Silla, et signifiaient « ville capitale ». Ils furent ensuite translittérés en plusieurs types reflétant les changements progressifs au cours du temps et arrivèrent à Séoul. Le hanja gyeong (京) signifie aussi « capitale » et est utilisé pour représenter Séoul dans les noms des lignes ferroviaires et des autoroutes, par exemple la ligne ferroviaire Gyeongbu (Séoul-Busan) et l'autoroute Gyeongin (Séoul-Incheon).

La porte de Namdaemun en 1937

Vers la fin du XIXe siècle, après des centaines d'années d'isolement, Séoul a ouvert ses portes aux étrangers et a commencé à se moderniser. Elle est devenue la première ville en Asie de l'Est à avoir l'électricité, le tramway, l'eau courante, le téléphone, et le télégraphe. Beaucoup de ces innovations étaient dues au commerce avec les États-Unis. Par exemple, la « Seoul Electric Company », « Seoul Electric Trolley Company », et « Seoul Fresh Spring Water Company » étaient des entreprises aux capitaux américains. En 1904, un citoyen des États-Unis nommé Angus Hamilton a visité la ville et a dit : « Les rues de Séoul sont magnifiques, spacieuses, propres, admirablement faites et bien drainées. Les voies étroites, sales ont été élargies, les gouttières ont été couvertes, les chaussées sont agrandies. Séoul est dans la mesure de devenir la plus importante, la plus intéressante et la plus propre des villes dans l'est ».

Palais Royal de Gyeongbokgung

En 1905, le Japon établit un protectorat en Corée, à la suite du traité de Portsmouth qui clôt la Guerre russo-japonaise, faisant de Séoul une capitale coloniale. Sous l' occupation japonaise ( 1910- 1945), la ville a été appelée Gyeongseong (en japonais Keijō). Le Japanese General Government Building (détruit en 1995) a servi comme siège du Gouvernement colonial japonais. Après la Seconde Guerre mondiale et la libération de la Corée, la ville a pris son nom actuel. Lorsque la République de Corée ( Corée du Sud) a été proclamée en 1948, le nouvel état a adopté la ville comme la capitale.

Cimetière national de Séoul  (en).
Gyeongbokgung et palais présidentiel (la Maison bleue)

En 1950, la guerre de Corée a éclaté et Séoul a changé quatre fois d'occupants entre les Coréens du nord appuyés par la Chine et les Coréens du sud soutenu par l' ONU lors des batailles de Séoul, la ville a été gravement endommagée pendant cette guerre. Une évaluation des dégâts a montré qu'au moins 191 000 bâtiments, 55 000 maisons, et 1 000 usines étaient en ruines. De plus, une foule de réfugiés du Nord est venue peupler la ville, qui était déjà en pénurie de logements. Avec les afflux de réfugiés, la population était estimée à 2 500 000 personnes à la fin de la guerre.

Les immeubles du centre ville de Séoul

Avec l'aide des États-Unis, Séoul est devenu le centre d'une reconstruction immense et de modernisation. La croissance économique rapide accomplie pendant l'industrialisation des années 1960 et 1970 a considérablement élevé le niveau de vie des habitants. Les tours de bureaux et les appartements ont commencé à pousser partout dans la ville pendant le boom des constructions des années 1980. La pollution et les embouteillages sont devenus des problèmes majeurs alors que l'urbanisation dans le pays s'accélère et de plus en plus de personnes ont commencé à migrer vers Séoul et ses régions environnantes. En dépit d'une ceinture verte établie autour de la ville pour éviter l' étalement urbain, la zone métropolitaine de Séoul va aussitôt devenir l'une des plus grandes du monde en termes de population et une des plus entassées.

Avant l'ouverture des Jeux olympiques de 1988, les autorités font arrêter de nombreux vagabonds, dont de nombreux enfants, afin de donner à l'étranger une image plus positive de Séoul. Les personnes arrêtées sont envoyées dans des camps où elles subissent de nombreux sévices conduisant certaines d'entre elles à la mort [5].

Pendant les années 1990, la ville a commencé à attirer beaucoup d'ouvriers d'autres pays. Précédemment, presque tous les résidents de Séoul étaient coréens, à l'exception d'une petite minorité chinoise. Aujourd'hui, il est estimé que 200 000 ressortissants étrangers habitent à Séoul. Ceux-ci incluent des travailleurs du Bangladesh, de Chine, d'Inde, d'Indonésie, de Mongolie, du Nigéria, du Pakistan, des Philippines, d'Ouzbékistan et du Viêt Nam. En tant que centre d'affaires, commercial et financier majeur, Séoul a aussi beaucoup de cadres et d'analystes venus d'Amérique du Nord, d'Europe et du Japon. Séoul se classe 7e dans le monde en terme du nombre de sociétés multinationales classées au Fortune Global 500.

Le fleuve Han
Other Languages
Acèh: Seoul
Afrikaans: Seoel
Alemannisch: Seoul
አማርኛ: ሶውል
aragonés: Seúl
العربية: سول
مصرى: سول
অসমীয়া: ছিউল
asturianu: Seúl
azərbaycanca: Seul
башҡортса: Сеул
žemaitėška: Seuls
беларуская: Сеул
беларуская (тарашкевіца)‎: Сэул
български: Сеул
भोजपुरी: सियोल
Bislama: Seoul
Bahasa Banjar: Seoul
বাংলা: সিওল
བོད་ཡིག: སེ་ཨུལ།
brezhoneg: Seoul
bosanski: Seoul
буряад: Сеул
català: Seül
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Seoul
нохчийн: Сеул
Cebuano: Seoul
کوردی: سێئول
qırımtatarca: Seul
čeština: Soul
kaszëbsczi: Seul
Чӑвашла: Сеул
Cymraeg: Seoul
dansk: Seoul
Deutsch: Seoul
Zazaki: Seul
dolnoserbski: Soul
डोटेली: सियोल
Ελληνικά: Σεούλ
English: Seoul
Esperanto: Seulo
español: Seúl
eesti: Soul
euskara: Seul
estremeñu: Seúl
فارسی: سئول
Võro: Sŏul
føroyskt: Seoul
Nordfriisk: Seoul
Frysk: Seoel
Gaeilge: Súl
Gagauz: Seul
贛語: 首爾
Gàidhlig: Seoul
galego: Seúl
Avañe'ẽ: Seúl
客家語/Hak-kâ-ngî: Seoul
עברית: סיאול
हिन्दी: सियोल
Fiji Hindi: Seoul
hrvatski: Seul
hornjoserbsce: Seoul
Kreyòl ayisyen: Seoul
magyar: Szöul
Հայերեն: Սեուլ
interlingua: Seoul
Bahasa Indonesia: Seoul
Interlingue: Seoul
Ilokano: Seoul
Ido: Seoul
íslenska: Seúl
italiano: Seul
Patois: Siol
Basa Jawa: Seoul
ქართული: სეული
Qaraqalpaqsha: Seul
Taqbaylit: Seyul
Kabɩyɛ: Sewuuli
Kongo: Seoul
қазақша: Сеул
kalaallisut: Seoul
ភាសាខ្មែរ: សេអ៊ូល
ಕನ್ನಡ: ಸೌಲ್
한국어: 서울특별시
Kurdî: Sêûl
kernowek: Seoul
Кыргызча: Сеул
Latina: Seulum
Ladino: Seul
Lëtzebuergesch: Seoul
лезги: Сеул
Limburgs: Seoel
Ligure: Seoul
lumbaart: Seoul
lingála: Sɔul
لۊری شومالی: سئوٙل
lietuvių: Seulas
latviešu: Seula
олык марий: Сеул
Māori: Seoul
македонски: Сеул
മലയാളം: സോൾ
монгол: Сөүл
молдовеняскэ: Сеул
मराठी: सोल
Bahasa Melayu: Seoul
Mirandés: Seul
မြန်မာဘာသာ: ဆိုးလ်မြို့
Dorerin Naoero: Seoul
Nāhuatl: Seul
नेपाली: सोल
नेपाल भाषा: सोल
Nederlands: Seoel
norsk nynorsk: Seoul
norsk: Seoul
Chi-Chewa: Seoul
occitan: Seol
Ирон: Сеул
ਪੰਜਾਬੀ: ਸਿਓਲ
Papiamentu: Seoul
Picard: Séoul
Norfuk / Pitkern: Soel
polski: Seul
Piemontèis: Seoul
پنجابی: سیول
پښتو: سيول
português: Seul
Runa Simi: Siyul
rumantsch: Seoul
română: Seul
tarandíne: Seul
русский: Сеул
русиньскый: Соул
саха тыла: Сеул
sicilianu: Seoul
Scots: Seoul
srpskohrvatski / српскохрватски: Seul
Simple English: Seoul
slovenčina: Soul
slovenščina: Seul
chiShona: Seoul
Soomaaliga: Seoul
shqip: Seuli
српски / srpski: Сеул
Basa Sunda: Seoul
svenska: Seoul
Kiswahili: Seoul
ślůnski: Seul
தமிழ்: சியோல்
тоҷикӣ: Сеул
ไทย: โซล
Türkmençe: Seul
Tagalog: Seoul
Tok Pisin: Sol
Türkçe: Seul
татарча/tatarça: Seul
українська: Сеул
اردو: سؤل
oʻzbekcha/ўзбекча: Seul
vèneto: Seul
vepsän kel’: Seul
Tiếng Việt: Seoul
Volapük: Söul
Winaray: Seoul
吴语: 首尔
მარგალური: სეული
ייִדיש: סעאל
Yorùbá: Seoul
Vahcuengh: Soujwj
中文: 首爾
粵語: 首爾