Romorantin (cépage)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Romorantin.
Romorantin B
Romorantin (cépage)
Caractéristiques phénologiques
DébourrementÀ compléter
FloraisonÀ compléter
VéraisonÀ compléter
MaturitéÀ compléter
Caractéristiques culturales
PortÀ compléter
VigueurÀ compléter
FertilitéÀ compléter
Taille et mode
de conduite
À compléter
ProductivitéÀ compléter
Exigences culturales
ClimatiqueÀ compléter
PédologiqueÀ compléter
Potentiel œnologique
AlcooliqueÀ compléter
AromatiqueÀ compléter

Le Romorantin est un cépage blanc.

Origine et répartition géographique

François François Ier possédait à Romorantin une résidence. En 1518, il fit venir 80 000 plants en provenance de Bourgogne, que la légende désigne comme étant de ce cépage mais qui était plus vraisemblablement du Pinot noir[1].

En France (voir Viticulture en France), il est classé et recommandé dans toute la vallée de la Loire, mais en réalité, il n'est cultivé que sur 60 hectares en Loir-et-Cher où il fait partie de l'encépagement de l'AOC Cour-Cheverny. Il n'existe nulle part ailleurs d'une façon marquante, ni en France, ni dans le reste du monde.

En 1999, l'analyse génétique de 322 échantillons de vignes menée par des chercheurs de l'Université de Californie à Davis conclut que 16 cépages dont le Romorantin sont issus de croisements entre le Gouais blanc et le Pinot[2].

Other Languages
Чӑвашла: Роморантэн
English: Romorantin