Remy de Gourmont

Remy de Gourmont
Description de l'image Rémy de Gourmont.jpg.
Naissance
Bazoches-au-Houlme
Décès (à 57 ans)
Paris
Activité principale
écrivain, critique d'art
Auteur
Langue d’écriturefrançais
Mouvementsymbolisme

Remy de Gourmont, né au manoir de la Motte à Bazoches-au-Houlme, près d'Argentan (Orne), le et mort à Paris le (à 57 ans), est un écrivain français, à la fois romancier, journaliste et critique d'art, proche des symbolistes.

Biographie

Remy de Gourmont est issu d'une ancienne famille originaire du Cotentin, dont une branche s'est établie à Paris au XVIe siècle pour y fonder une maison d'édition qui publia des livres et, surtout, de nombreuses estampes et gravures. Il est le fils du comte Auguste-Marie de Gourmont et de la comtesse, née Mathilde de Montfort.

En 1866, la famille s'installe au manoir du Mesnil-Villeman, près de Villedieu (Manche). Remy de Gourmont est interne au lycée de Coutances de 1868 à 1876. C'est un excellent élève, même si on lui trouve trop d'imagination.

En 1876, il s'installe à Caen, 46 rue Écuyère, et entreprend des études de droit. Ayant obtenu en 1879 son diplôme de bachelier en droit, il s'installe à Paris, d'abord rue Richer, puis peu après 41 rue d'Hauteville.

Maison de Remy de Gourmont à Caen.

En novembre 1881, il obtient un emploi d'attaché à la Bibliothèque nationale. Il commence à collaborer à des périodiques catholiques tels que Le Monde ou Le Contemporain.

Entre 1882 et 1886, il publie divers ouvrages de vulgarisation historique mais c'est avec un roman, Merlette (1886), dont l'action est située dans le pays de son enfance, entre Villedieu et Avranches, qu'il fait véritablement ses débuts littéraires ; l'ouvrage est accueilli avec indifférence.

En cette même année 1886, Remy de Gourmont, qui s'était jusqu'alors surtout intéressé à l'histoire et à la littérature ancienne, découvre les nouvelles recherches esthétiques de son temps à travers la revue La Vogue de Gustave Kahn.

Il fait également la connaissance de Berthe de Courrière, modèle et légataire universelle du sculpteur Auguste Clésinger, sur lequel elle commande une étude au jeune auteur qui ne tarde pas à devenir son amant. Elle lui inspire des lettres passionnées, rédigées au long de l'année 1887 et qui seront publiées à titre posthume sous le titre Lettres à Sixtine (1921). Il s'installe chez elle, 71 rue des Saints-Pères, et y vivra jusqu'à sa mort en 1915.

Berthe de Courrière restera toujours dévouée à Remy de Gourmont. Elle inspire son roman Sixtine (1890), qui s'accorde parfaitement avec la sensibilité multiple de son temps, et qu'il dédie à Villiers de l'Isle-Adam, dont il a fait la connaissance à la Bibliothèque nationale et qui est devenu son ami.

À la même époque, il se lie avec Joris-Karl Huysmans, qui sera le dédicataire du Latin mystique (1892) et s'inspirera de Berthe de Courrière dans son roman Là-bas, et fréquente les mardis de Stéphane Mallarmé, rue de Rome.

En 1889, Remy de Gourmont est, avec Alfred Vallette, Louis Dumur, Ernest Raynaud, Jules Renard, Albert Samain, au nombre des fondateurs du nouveau Mercure de France, auquel il collaborera pendant vingt-cinq ans. Cette collaboration marquera profondément la personnalité de la revue, à laquelle le nom de Gourmont reste indissolublement lié. En avril 1891, il y publie un article intitulé « Le joujou patriotisme » dans lequel il soutient que les affinités artistiques et culturelles profondes entre la France et l'Allemagne, qui devraient amener un rapprochement des deux pays, sont contrariées par les passions nationalistes ; le ton dédaigneux de l'article — davantage sans doute que la thèse elle-même — suscite une polémique qui lui vaut d'être révoqué de la Bibliothèque nationale et lui ferme les colonnes de la majeure partie de la grande presse, malgré les efforts de son défenseur Octave Mirbeau, qui parvient tout de même à le faire entrer au Journal.

Entre octobre 1894 et la fin de l'année 1896, il dirige, d'abord avec Alfred Jarry, puis seul — à compter de janvier 1896 —, la revue illustrée L'Ymagier.

En 1891, Gourmont est atteint par une forme de lupus dont la progression ne peut être enrayée que par des cautérisations extrêmement douloureuses, qui le défigurent et compromettent sa vie mondaine et sentimentale. Psychologiquement atteint, il reste longtemps cloîtré chez lui et lorsqu'il se remet à sortir, ce n'est que pour passer dans les bureaux du Mercure, rue de Condé et, une fois par an, pour quelques semaines de vacances à Coutances.

Journal de Léautaud au 26 septembre 1922 : « Quand il fut atteint de son lupus de la face [...], aucuns détails. Vallette reçut un jour un mot de lui : “Je serai quelques jours sans venir. Je me soigne.” Trois mois après, il reparaissait, le visage complètement changé, s’asseyait à la même place, se mettait à bavarder comme s’il était venu la veille, sans la moindre allusion à son absence ni à son changement physique. »

Pour lui, désormais, n'existent plus que le travail et les livres. Il publie, quasi exclusivement au Mercure de France, une œuvre vaste et abondante, composée de romans, de pièces de théâtre, de recueils de poésie et surtout d'essais qui témoignent d'une profonde érudition. En 1905, avec André Gide, il reprend la direction de la revue L'Ermitage.

En 1910, il rencontre Natalie Clifford Barney. Elle lui inspire une vive passion qui s'exhale dans les Lettres à l'Amazone, publiées en 1914. Avec elle il accepte de sortir à nouveau et fait même un petit voyage en Normandie.

Tombe d'Auguste Clésinger, Berthe de Courrière, Remy de Gourmont.

Mais l'ataxie locomotrice qui l'atteint également depuis plusieurs années mine sa santé. La Première Guerre mondiale le plonge dans un profond abattement, ses amis partis pour la plupart pour le Front, Le Mercure est fermé pendant un an. Sa maladie empire, il marche de plus en plus difficilement. Il publie encore quelques articles dans des journaux comme La France et La Dépêche de Toulouse.

« Nous avons été ensuite tous les trois (avec Mme de Brimont et Nathalie Clifford Barney) chez Rémy de Gourmont, rue des Saints-Pères, tout en haut d'un petit escalier où l'écrivain habite un modeste appartement uniquement rempli de livres. Je ne l'avais pas revu depuis 1892 ! Vêtu d'une robe qui avait l'air d'une bure, il ressemblait à un vieux capucin qui porte binocle mais un capucin studieux et avec cela boitant un peu et bégayant toujours. Il parle peu, trop peu et on ne se douterait guère qu'il soit l'auteur de tant d'articles et de livres sur tous les sujets […] sur Huysmans : "il était d'une affreuse méchanceté" m'a dit en souriant Gourmont. Comme je lui parlais de son costume (il) reprit : "Toutes les robes de chambre ressemblent à des robes monacales". »

— Abbé Arthur Mugnier, Journal, 10 mai 1915 (Mercure de France, 1985, p. 287)

Il meurt d'une congestion cérébrale en 1915 à l'hôpital de Boucicaut et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (10e division) dans le tombeau de Clésinger.

Berthe de Courrière hérite de tous les manuscrits et de la bibliothèque de l'écrivain, qu'elle transmet au frère de celui-ci, Jean de Gourmont, lorsqu'elle meurt à son tour moins d'un an plus tard. Celui-ci s'attachera, pendant près de dix ans, à publier de nombreux inédits.

Other Languages
български: Реми дьо Гурмон
čeština: Remy de Gourmont
Esperanto: Remy de Gourmont
македонски: Реми де Гурмон
مازِرونی: رمی دو گورمون
Nederlands: Remy de Gourmont
português: Rémy de Gourmont
українська: Ремі де Гурмон