Réticulum sarcoplasmique

Le réticulum sarcoplasmique est le nom donné au réticulum endoplasmique lisse des cellules musculaires striées squelettiques, lisses et cardiaques. Il fut décrit pour la première fois par Emilio Verratti (1872-1967) dans les fibres du muscle squelettique. Ce compartiment est une réserve interne d'ions Ca2+ (on l'appelle pour cette raison aussi calciosome) qui se déversent dans le sarcoplasme en réponse à l'arrivée d'une dépolarisation de la membrane plasmique causée par la fixation de l'acétylcholine sur des récepteurs nicotiniques de la cellule musculaire. Cette augmentation de calcium cytoplasmique provoque la contraction musculaire en permettant l'interaction entre la myosine et les microfilaments d'actine. Le calcium est ensuite repompé (grâce à une pompe consommant de l'ATP) dans le réticulum sarcoplasmique.

Le réticulum sarcoplasmique déploie son réseau de manière particulière entre la membrane cytoplasmique et le sarcomère. De telle sorte qu'un potentiel d'action se propage le long du réticulum sarcoplasmique, et que le calcium libéré soit directement en contact avec le sarcomère pour lancer la contraction (schéma d'un sarcomère avec le réticulum sarcoplasmique mis en évidence, plus d'explication sur le système T, etc.).

Structure

Le réticulum sarcoplasmique (RS) appartient au système endomembranaire et se trouve dans les muscles squelettiques[1].

Le RS forme un réseau de tubules[2],[1] qui entoure les myofibrilles à l'intérieur de la fibre musculaire. Les myofibrilles sont séparées en plusieurs stries. On trouve à la fin de chaque strie la citerne terminale[2],[1] du RS. À la jonction entre deux citernes terminales se trouve un tubule transverse[2],[1] (tubule en T qui est une invagination du sarcolemme[2],[1]). L'ensemble citerne terminale du RS d'une première strie, tubule transverse, et citerne terminale du RS d'une seconde strie forme une triade[2],[1].

On trouve des mitochondries (respiration) et des granules de glycogènes liées au réticulum sarcoplasmique, elles servent à fournir de l'énergie qui sera utilisée lors de la contraction musculaire[2].

Pour réaliser ses fonctions, le réticulum sarcoplasmique contient une protéine : la calséquestrine[3], une pompe ATPase[3](SERCA1a au niveau des muscles squelettiques et SERCA2a au niveau des muscles cardiaques), et des récepteurs : les récepteurs de la ryanodine[3] (RYR1 au niveau des muscles squelettiques et RyR2 au niveau des muscles cardiaques) qui sont en corrélation avec des récepteurs du tubule transverse, les récepteurs des dihydropyridines[3].