Résonance plasmon de surface

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Résonance (homonymie).
Résonance plasmonique de surface (SPR).

La résonance des plasmons de surface (ou en anglais : surface plasmon resonance) est un phénomène physique principalement connu pour son utilisation comme méthode de mesure de la liaison d'un «  ligand » sur un «  récepteur » adsorbé à la surface d'une couche métallique. Un système de détection SPR mesure la variation de l' indice de réfraction au voisinage de l'interface quand le ligand se fixe aux récepteurs.

Historique

En 1902, Wood, en observant le spectre d’une source continue de lumière blanche en utilisant un réseau de diffraction en réflexion, remarque de fines bandes sombres dans le spectre diffracté. Des analyses théoriques entreprises par Fano en 1941, ont abouti à la conclusion que ces anomalies étaient associées aux ondes de surface ( plasmons de surface) supportées par le réseau. En 1968, Otto montre que ces ondes de surface peuvent être excitées en utilisant la réflexion totale atténuée. Dans la même année, Kretschmann et Raether obtiennent les mêmes résultats à partir d’une configuration différente de la méthode de réflexion totale atténuée. À la suite de ces travaux, l’intérêt pour les plasmons de surface a considérablement augmenté, en particulier pour caractériser les films minces et pour l’étude de processus se déroulant sur des interfaces métalliques. Marquant un tournant dans les applications des plasmons de surface, Nylander et Liedberg ont exploité pour la première fois, en 1983, la configuration de Kretschmann pour la détection des gaz et de biomolécules.