République batave

République batave
Bataafse Republiek ( nl)

1795- 1806

Drapeau
Drapeau de la République batave.
Blason
Emblème de la République batave.

Les départements de la République batave en 1798.

Informations générales
Statut République sœur de la République française.
Histoire et événements
Création
Assemblée nationale batave
Directoire batave
Régence d'État
Grand-pensionnat de Schimmelpenninck
Dissolution

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La République batave (en néerlandais : Bataafse Republiek ou Bataafsch Gemeenebest), également appelée Batavie, est une République ayant existé entre 1795 et 1806, qui englobait la majeure partie du territoire actuel des Pays-Bas. La Batavie est la première et la plus durable des Républiques sœurs de la France. En théorie indépendante, elle était en réalité sous tutelle française.

Le terme « Batave » fait référence aux Bataves, peuple germain qui s'est révolté contre la tutelle de Rome au er siècle. Les Néerlandais éclairés voient dans les Bataves leurs ancêtres et progressivement, Batave tend à désigner les Néerlandais « patriotes » puis devient le gentilé officiel des habitants de la République batave.

Fondation

Article détaillé : Révolution batave.
Drapeau et fanion de la République batave

La République batave est l'aboutissement d'un mouvement révolutionnaire entamé dès les années 1780, marqué par les Lumières et la révolution américaine. Les élites urbaines, réunies sous l'appellation de «  patriotes », et les régents s'opposent au stathouder, Guillaume V d'Orange-Nassau, qu'ils soupçonnent de vouloir transformer la république des Provinces-Unies en monarchie. Cette révolution batave se déroule en deux temps : une première révolte écrasée en 1787, puis la fuite du stathouder à la suite de l'invasion du pays par les troupes françaises en janvier 1795.

Le 1er février 1793, la Convention française déclare la guerre à l' Angleterre et aux Provinces-Unies. À la fin de décembre 1794 et au début du mois de janvier, les troupes françaises commandées par le général Pichegru traversent les bras gelés de la Meuse et du Rhin. Les comités révolutionnaires se soulèvent dans les grandes villes. Guillaume V est poussé à l'exil en Angleterre le 18 janvier et le même jour, le comité d' Amsterdam prend le contrôle de la municipalité de la ville « au nom de la République batave [1]. »

Arrivés en libérateurs, les Français se comportent bientôt en occupants et le comité de salut public refuse de reconnaître la nouvelle république tant qu'elle n'aura pas signé avec lui un traité de paix. Les négociations sont tendues entre les envoyés bataves Jacob Blauw et Caspard Meijer et la commission française composée de Merlin de Douai, Reubell et Sieyès, si bien que Reubell et Sieyès sont envoyés à La Haye à la fin du mois d'avril pour négocier directement avec les États généraux bataves. Ces négociations aboutissent au traité de La Haye, signé le 16 mai. Il prévoit une alliance offensive et défensive, la cession de la Flandre zélandaise, Maastricht et Venlo, ainsi que l'entretien d'une armée française de 25 000 hommes et une contribution de 100 millions de florins, somme énorme destinée à renflouer les caisses de la République française [2].

Other Languages
Alemannisch: Batavische Republik
brezhoneg: Republik Batav
Bahasa Indonesia: Republik Batavia
Lëtzebuergesch: Batavesch Republik
Bahasa Melayu: Republik Batavia
Nedersaksies: Batoafse Republiek
Nederlands: Bataafse Republiek
português: República Batava
srpskohrvatski / српскохрватски: Batavijska Republika
slovenščina: Batavska republika