Régression et dégradation des sols

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Régression.

Dans le domaine de la pédologie et de l'écologie, la régression et la dégradation sont des processus d'évolution associés à une perte d'équilibre d'un sol antérieurement stable. Ce type d'érosion commence généralement avec la destruction du couvert végétal, phénomène déjà cité par Platon (400 ans av. J.-C.) dans le Critias :

« Notre terre est demeurée, par rapport à celle d’avant, comme le squelette d’un corps décharné par la maladie. Les parties molles et grasses de la terre ont coulé tout autour, et il ne reste plus que la carcasse nue de la région »

Quelques siècles plus tard, les chroniqueurs décrivaient la disparition de près de 600 localités antérieurement prospères le long de la côte africaine entre l’Égypte et le Maroc, à la suite de la déforestation imposée par l’Empire romain qui venait là se servir en bois pour ses bateaux et chars de guerre[1]. Les sédiments issus des labours et de la déforestation ont comblé la Mer Égée sur cinq kilomètres en aval du port d'Éphèse, autrefois célèbre pour abriter un temple dédié à Artémis[1]. Au début du XXIe siècle, 20 % des zones arides du monde[2] et 25 % des sols cultivées, pâturages, forêts et régions boisées[3] se dégradaient sur terre. L’Objectif 15 des Objectifs de développement durable ODD de l'ONU est de restaurer, préserver et gérer durablement les écosystèmes terrestres et notamment les sols (qui sont aussi des puits de carbone). L'ONU a également porté la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD), convention cadre signée et ratifiée par la plupart des pays et en vigueur depuis 1996.

La perte de matière organique et le labour sont deux facteurs de dégradation des sols, qui deviennent alors plus sensibles à l'érosion.
Haie de saules incorporant des fascines en fagots pour stabiliser des terrains soumis au ruissellement, Pas-de-Calais, France.
La déshydratation est un autre facteur de dégradation et d'érosion des sols (ici désert des Mojaves).
Sur sols limoneux fragiles, le passage répété d'engins lourds est un facteur d'asphyxie et de dégradation voire de régression du sol.
Racines et radicelles sont de puissants facteurs de cohésion du sol, mais parfois insuffisants face au ravinement.
La destruction du couvert forestier protecteur (canopée) est un des facteurs les plus courants de régression ou dégradation des sols, notamment en zone tropicale.
L'érosion hydrique se traduit en aval par une turbidité chronique et anormale des cours d'eau, et par des coûts de curage importants, jusqu'en mer.
(ici l'Aa après une période pluvieuse)