Prononciation du japonais

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section «  Notes et références » (, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant .

Rappelons que le japonais possède trois systèmes d'écriture :

  • Les kanas, systèmes syllabiques, existant en deux formes :
    • hiragana pour les mots d'origine locale ;
    • katakana pour les mots d'origine étrangère.
  • Les kanjis, directement d' origine chinoise, qui peuvent avoir plusieurs prononciations en langue japonaise :
    • la prononciation «  on'yomi » (音読み, « lecture sonore »), reproduisant approximativement la prononciation chinoise du kanji emprunté ;
    • une ou plusieurs prononciations «  kun'yomi (訓読み, « lecture sémantique »), où l'utilisation du caractère han est sémantique : la prononciation est nativement japonaise.

Prononciation des deux syllabaires

Syllabaire hiragana

La partie supérieure gauche, constituée de syllabes ayant une consonne « sonore » (historiquement sonore : y figure le [h], qui est un ancien [p], et y manque le [p]) et une voyelle simple est appelée le tableau dit « des cinquante sons ». Toutes les syllabes du japonais ne peuvent cependant s'écrire par un signe unique de ce système :

  • Quand la consonne est complétée par un [j] (puis quelquefois assimilée en [ɕ]) on utilise la syllabe en [i] (deuxième colonne) et on lui adjoint le signe [ja], [jɯ] ou [jo]. C'est ce que montrent les trois colonnes ajoutées à droites.
  • Quand la consonne est [g], [dz], [d], [b] ou [p], on a recours à des signes diacritiques de « voisement » et « dévoisement ». Voir les cinq lignes supplémentaires du bas.
  • Quand la syllabe est complétée par une consonne nasale, on lui est adjoint le caractère noté [n] de la onzième ligne.
  • Quand la voyelle o ou u est allongée : la série hiragana marque cela par l'adjonction d'un う (u) (par exemple : とうきょう Tōkyō), sauf dans quelques mots où l’on redouble l’hiragana お o (par exemple : おおきい ōkii, « grand ») (il s’agit en fait d’anciens *owo).
  • Quand la consonne est doublée on fait précéder la syllabe de l'archiphonème /Q/, écrit っ. Voir dans la partie phonétique.
[ a] [ i]
(ou [  j] ; [ ʲ] : voir à droite)
[ ɯ]
(ou allongement)
[ e] [ o] [  j a] [  j ɯ] [  j o]
Syllabes avec consonnes de base
[ k a] [ k ʲ i] [ k ɯ] [ k e] [ k o] きゃ [ k ʲ a] きゅ [ k ʲ ɯ] きょ [ k ʲ o]
[ s a] [ ɕ i] [ s ɯ] [ s e] [ s o] しゃ [ ɕ a] しゅ [ ɕ ɯ] しょ [ ɕ o]
[ t a] [ t ɕ i] [ t s ɯ] [ t e] [ t o] ちゃ [ t ɕ a] ちゅ [ t ɕ ɯ] ちょ [ t ɕ o]
[ n a] [ n ʲ i] [ n ɯ] [ n e] [ n o] にゃ [ n ʲ a] にゅ [ n ʲ ɯ] にょ [ n ʲ o]
[ h a] [ ç i] [ ɸ ɯ] [ h e] [ h o] ひゃ [ ç a] ひゅ [ ç ɯ] ひょ [ ç o]
[ m a] [ m i] [ m ɯ] [ m e] [ m o] みゃ [ m ʲ a] みゅ [ m ʲ ɯ] みょ [ m ʲ o]
[  j a]   [  j ɯ]   [  j o]
[ ɾ a] [ ɾ i] [ ɾ ɯ] [ ɾ e] [ ɾ o] りゃ [ ɾ ʲ a] りゅ [ ɾ ʲ ɯ] りょ [ ɾ ʲ o]
[ w͍ a] [ i]   [ e] [ o]  
  [ n]  
Syllabes étendues (avec signe diacritique de voisement)
[ ɡ a] [ ɡ ʲ i] [ ɡ ɯ] [ ɡ e] [ ɡ o] ぎゃ [ ɡ ʲ a] ぎゅ [ ɡ ʲ ɯ] ぎょ [ ɡ ʲ o]
[ d z a] [ d ʑ i] [ d z ɯ] [ d z e] [ d z o] じゃ [ d ʑ a] じゅ [ d ʑ ɯ] じょ [ d ʑ o]
[ d a] [ d ʑ i] [ d z ɯ] [ d e] [ d o] ぢゃ [ d ʑ a] ぢゅ [ d ʑ ɯ] ぢょ [ d ʑ o]
[ b a] [ b i] [ b ɯ] [ b e] [ b o] びゃ [ b ʲ a] びゅ [ b ʲ ɯ] びょ [ b ʲ o]
Syllabes étendues (avec signe diacritique de dévoisement)
[ p a] [ p i] [ p ɯ] [ p e] [ p o] ぴゃ [ p ʲ a] ぴゅ [ p ʲ ɯ] ぴょ [ p ʲ o]

Les kanas en rouge sont aujourd’hui désuets. Quant à を, il a perdu sa valeur sonore au profit d’une valeur grammaticale.

Syllabaire katakana

[ a] [ i]
ou [  j] ; [ ʲ] : voir à droite
[ ɯ]
ou [ w] : voir ci-dessous
[ e] [ o] [  j a] [  j ɯ] [  j o]
Syllabes usuelles (avec consonnes de base)
[ k a] [ k ʲ i] [ k ɯ] [ k e] [ k o] キャ [ k ʲ a] キュ [ k ʲ ɯ] キョ [ k ʲ o]
[ s a] [ ɕ i] [ s ɯ] [ s e] [ s o] シャ [ ɕ a] シュ [ ɕ ɯ] ショ [ ɕ o]
[ t a] [ t ɕ i] [ t s ɯ] [ t e] [ t o] チャ [ t ɕ a] チュ [ t ɕ ɯ] チョ [ t ɕ o]
[ n a] [ n ʲ i] [ n ɯ] [ n e] [ n o] ニャ [ n ʲ a] ニュ [ n ʲ ɯ] ニョ [ n ʲ o]
[ h a] [ ç i] [ ɸ ɯ] [ h e] [ h o] ヒャ [ ç a] ヒュ [ ç ɯ] ヒョ [ ç o]
[ m a] [ m i] [ m ɯ] [ m e] [ m o] ミャ [ m ʲ a] ミュ [ m ʲ ɯ] ミョ [ m ʲ o]
[  j a]   [  j ɯ]   [  j o]  
[ ɾ a] [ ɾ i] [ ɾ ɯ] [ ɾ e] [ ɾ o] リャ [ ɾ ʲ a] リュ [ ɾ ʲ ɯ] リョ [ ɾ ʲ o]
[ w͍ a] [ i]   [ e] [ o]  
  [ n]  
Syllabes étendues (avec signe diacritique de voisement)
[ ɡ a] [ ɡ ʲ i] [ ɡ ɯ] [ ɡ e] [ ɡ o] ギャ [ ɡ ʲ a] ギュ [ ɡ ʲ ɯ] ギョ [ ɡ ʲ o]
[ d z a] [ d ʑ i] [ d z ɯ] [ d z e] [ d z o] ジャ [ d ʑ a] ジュ [ d ʑ ɯ] ジョ [ d ʑ o]
[ d a] [ d ʑ i] [ d z ɯ] [ d e] [ d o] ヂャ [ d ʑ a] ヂュ [ d ʑ ɯ] ヂョ [ d ʑ o]
[ b a] [ b i] [ b ɯ] [ b e] [ b o] ビャ [ b ʲ a] ビュ [ b ʲ ɯ] ビョ [ b ʲ o]
Syllabes étendues (avec signe diacritique de dévoisement)
[ p a] [ p i] [ p ɯ] [ p e] [ p o] ピャ [ p ʲ a] ピュ [ p ʲ ɯ] ピョ [ p ʲ o]

Syllabaire katakana étendu

Ces combinaisons de katakanas servent à noter des mots étrangers utilisant des sons qui n’existent pas directement dans la langue japonaise.

[ a] [ i] [ ɯ] [ e] [ o] [  j a] [  j ɯ] [  j o]
Syllabes étendues (combinaison de voyelles)
  イェ [  j e]  
  ウィ [ w͍ i]   ウェ [ w͍ e] ウォ [ w͍ o]  
Syllabes étendues (avec consonnes de base)
  シェ [ ɕ e]  
ツァ [ t s a] ツィ [ t s i]   ツェ [ t s e] ツォ [ t s o]  
  チェ [ t ɕ e]  
  ティ [ t i] トゥ [ t ɯ]   テュ [ t ʲ ɯ]  
ファ [ ɸ a] フィ [ ɸ i]   フェ [ ɸ e] フォ [ ɸ o]   フュ [ ɸ ʲ ɯ]  
Syllabes étendues (avec signe diacritique de dévoisement)
ヴァ [ b a]* ヴィ [ b i]* [ b ɯ]* ヴェ [ b e]* ヴォ [ b o]*  
  ジェ [ d ʑ e]  
  ディ [ d i] ドゥ [ d ɯ]   デュ [ d ʲ ɯ]  

* est utilisé pour transcrire v, mais la plupart des Japonais le prononce comme b.

Other Languages