Principat

Le principat est la forme de gouvernement en vigueur dans l' Empire romain de -27 à 284 environ.

Nature

Il est mis en place par Auguste, sous couvert de restaurer la République et de maintenir les institutions existantes. Sous le principat il y a donc toujours un Sénat, des consuls, des préteurs, et des édiles (lesquels disparaîtront cependant vers le règne de Alexandre Sévère). Si les apparences de la République sont maintenues, le pouvoir passe entre les mains de l' empereur.

La seule existence légale de ce dernier est son titre : il est princeps senatus, c'est-à-dire « Prince du Sénat ». Dans les faits le Princeps est le premier sénateur, auparavant nommé par les censeurs, à parler au Sénat. C'est pourquoi on peut appeler l'empereur « prince », et c'est aussi pourquoi cette période est appelée principat.

Au-delà de ce titre très républicain, Auguste se fait décerner d'autres pouvoirs, détachés de leur fonction antérieure. Il se fait ainsi décerner un imperium dit maius, c'est-à-dire la possibilité de commander à tous dans et hors des limites de l'Urbs, de commander aux armées, et enfin aux provinces. C'est en vertu de cela que le Prince nomme ses représentants dans les provinces que le Sénat lui a « octroyées », lesquels représentants sont appelés legati augusti (« légat d'Auguste »). Est aussi attribué à l'empereur la tribunicia potestas, ou « puissance tribunicienne ». Dans les faits, cela ne lui donne aucun pouvoir particulier, hormis l'interdiction (du fait du caractère sacré du tribunat de la plèbe) de porter atteinte à sa personne, et un rapprochement évident de l'empereur avec le peuple — cette puissance faisant de son détenteur le représentant du peuple. Renouvelée chaque année, elle sert d'ordinaire à dater les règnes des empereurs, jusqu'à très tardivement. L'empereur détient enfin la fonction de Pontifex maximus, c'est-à-dire « Grand pontife » — il est ainsi le chef de la religion civique romaine.

Certains empereurs se feront attribuer périodiquement la censoria potestas (« puissance censoriale ») afin de modifier la composition du Sénat. Domitien est nommé « Censeur perpétuel », et on prend par la suite l'habitude de considérer que l'empereur détient de facto cette puissance censoriale.

L'autre titre, avec celui de Princeps est celui d'Augustus. Sa connotation est nettement religieuse, et correspond plus à un surnom qu'à un titre. Auguste a par contre refusé la dictature revêtue à vie par son grand-oncle Jules César.

Other Languages
العربية: عهد الزعامة
azərbaycanca: Prinsipat
беларуская: Прынцыпат
беларуская (тарашкевіца)‎: Прынцыпат
български: Принципат
čeština: Principát
Deutsch: Prinzipat
English: Principate
hrvatski: Principat
magyar: Principatus
Հայերեն: Պրինցիպատ
Bahasa Indonesia: Principatus
ქართული: პრინციპატი
한국어: 원수정
lietuvių: Principatas
македонски: Принципат
Nederlands: Principaat
português: Principado romano
русский: Принципат
Scots: Principate
srpskohrvatski / српскохрватски: Principat
slovenčina: Principát
slovenščina: Principat
српски / srpski: Принципат
svenska: Principatet
Tagalog: Prinsipado
Türkçe: Principatus
українська: Принципат
oʻzbekcha/ўзбекча: Prinsipat
მარგალური: პრინციპატი
中文: 元首制