Premier ministre du Canada

Premier ministre du Canada
(en) Prime Minister of Canada
Image illustrative de l'article Premier ministre du Canada
Armoiries du Canada.

Image illustrative de l'article Premier ministre du Canada
Titulaire actuel
Justin Trudeau
depuis le

Création
Mandant Gouverneur général du Canada
Premier titulaire John A. Macdonald
Résidence officielle 24, promenade Sussex ( Ottawa)
Harrington Lake (secondaire, parc de la Gatineau)
Site internet http://www.pm.gc.ca

Le Premier ministre du Canada ou la Première ministre du Canada (en anglais, Prime Minister of Canada) est le chef du gouvernement du Canada, nommé par le gouverneur général. La tradition constitutionnelle veut que soit nommé le chef du parti politique détenant le plus de sièges à la Chambre des communes. Le Premier ministre porte le prédicat «  le très honorable » à vie. Il est chargé par le gouverneur général de former son cabinet et le gouvernement fédéral — organe exécutif — dont il a la responsabilité.

Justin Trudeau est le Premier ministre actuel ; il prête serment le 4 novembre 2015. Il est le 23e Premier ministre depuis l'établissement de la confédération, le parti Libéral ayant remporté 184 des 338 sièges lors des élections fédérales de 2015.

Le Premier ministre peut être tout citoyen canadien en âge de voter (à partir de 18 ans). Il est de coutume pour le Premier ministre d'être également un député siégeant à la Chambre des communes, quoique deux premiers ministres ont gouverné depuis le Sénat : Sir John Joseph Caldwell Abbott et Sir Mackenzie Bowell. Si le Premier ministre ne réussit pas à gagner son propre siège, un député subalterne dans une circonscription sûre démissionne ordinairement pour causer une élection partielle et permettre au Premier ministre de s'y présenter et de gagner le siège. Toutefois, si le chef du parti au pouvoir démissionne peu avant une élection et le nouveau chef n'est pas député, ce dernier attend généralement la tenue d'élections générales avant de briguer un siège aux communes. Par exemple, John Turner a brièvement été Premier ministre en 1984 sans être député aux communes ; comble de l'ironie, il remporte son siège lors de l'élection qui l'éjecte du pouvoir. La résidence officielle du Premier ministre est le 24, promenade Sussex à Ottawa ( Ontario). Tous les Premiers ministres à l'exception de Kim Campbell et Justin Trudeau y ont vécu depuis Louis St-Laurent en 1951. Le Premier ministre a également une résidence secondaire au lac Harrington dans le parc Gatineau, près d’Ottawa.

Il était jadis la tradition que le monarque décerne un titre de chevalerie au Premier ministre canadien. Ainsi, plusieurs d'entre eux portent le titre honorifique de «  Sir » (des huit premiers Premiers ministres, seul Alexander Mackenzie a refusé d'être fait chevalier). Depuis la résolution Nickle en 1919, il est interdit pour un citoyen canadien d'accepter un titre de noblesse britannique ; le dernier Premier ministre à être fait chevalier est Sir Robert Laird Borden, qui était au pouvoir lorsque la résolution Nickle a été adoptée.

Mandat

John A. Macdonald, 1er Premier ministre du Canada (1867-1873, 1878-1891).

Le Premier ministre n'a pas un mandat de durée fixe. Comme tous les membres du conseil privé de la Reine pour le Canada, il est nommé et sert au bon plaisir du Roi ou de la Reine du Canada, représenté par le gouverneur général. De la même façon, il peut être retiré de ses fonctions par la même autorité. Cependant plusieurs traditions, aujourd'hui rigoureusement respectées par les gouverneurs généraux, encadrent la durée des mandats.

Étant donné que le gouverneur général nomme traditionnellement le chef du parti détenant le plus de sièges aux Communes au poste de Premier ministre, la tradition veut aussi qu'un Premier ministre dont le parti perd la majorité à la chambre, lors d'élection partielles ou générales par exemple, démissionne. Le gouverneur général est tenu par la constitution de déclencher une élection pour chaque siège aux communes (une élection générale) au plus (sauf en cas de guerre ou d'insurrection) cinq ans après la dernière élection générale, mettant de fait en jeu la majorité parlementaire du parti du Premier ministre. On associe donc la durée des législatures à la durée des mandats des Premiers ministres. On dira par exemple qu'un Premier ministre a été réélu, si son parti conserve le plus grand nombre de sièges à la Chambre après une élection générale, même si cette expression ne réfère à aucune disposition constitutionnelle.

Notons également que le Premier ministre peut demander au gouverneur général de déclencher une élection à tout moment. Aucun gouverneur général n'a refusé une telle requête depuis 1926 (voir l' affaire King-Byng). Ordinairement, lorsqu'un gouvernement majoritaire est au pouvoir, les élections arrivent tous les 3 ans et demi à 5 ans.

De plus, certains votes de la chambre des communes sont considérés comme des votes de confiance, l'adoption du budget ou l'adoption d'une motion de non-confiance, par exemple. Si son parti perd un vote de confiance, le Premier ministre peut démissionner (permettant à un autre parti de former le gouvernement), mais le plus souvent il demandera au gouverneur général de dissoudre le parlement et déclencher une élection générale. Étant donnée la prévalence de la ligne de parti dans le parlementarisme canadien, cette situation ne se produit que lors de gouvernements minoritaires. D'ailleurs, les gouvernements minoritaires sont généralement défaits bien avant la limite de 5 ans imposée par la constitution (par exemple, le gouvernement minoritaire de Joe Clark en 1979- 1980 n'a duré que 9 mois).

La formation de coalitions entre partis politique permettant à plusieurs partis minoritaires d'obtenir une majorité et ainsi prendre le pouvoir ne fait pas partie de la culture politique canadienne. Quoique la succession de gouvernements minoritaires depuis les années 2000 ait incité les chefs de partis à envisager cette possibilité, aucune entente n'a été conclue en ce sens à ce jour.

Other Languages