Préhension

La préhension (du latin prehensio) est d'abord la faculté ou l'action de saisir des proies ou autres objets avec la main. Le terme désigne également la capacité d'un organe quelconque à saisir des objets.

Le boa se sert de son corps pour saisir sa proie.
Les singes se servent des mains, des pieds, mais souvent aussi de leur queue préhensile.
L'humain se sert de sa main.

C'est une caractéristique de l' être humain et de certains singes – notamment les grands singes. Bien que des animaux disposent de pattes et parfois d'une queue préhensile leur assurant une prise circulaire (par exemple, le caméléon sur une branche) ou d'organes habiles (tel la trompe de l' éléphant), les mains offrent un bien plus large éventail de positions et de pressions. Le pouce, notamment chez l'Homme, est le doigt de la main qui permet la préhension : il est opposé aux autres doigts, ce qui transforme la main en pince, en support ou en griffe mobile, par exemple.

On dit que la main est « préhensile ».

Cet acte, qui à la naissance constitue une activité réflexe, va progressivement évoluer pour devenir un acte volontaire précis. L’acquisition de la préhension volontaire marque une étape importante pour l’enfant, celle de l’exploration de son environnement (Exner, 2001). La préhension regroupe plusieurs mouvements indépendants des segments des doigts et de la main permettant de tenir, maintenir, libérer, prendre des objets dans la main ou les manipuler et les déplacer dans toutes les directions (Sande de Souza & Coury, 2012). Dans toutes ces actions, il existe:

  • une indépendance des mouvements du pouce et de l’index ainsi qu’un indicateur de mouvement entre ceux-ci par rapport aux autres doigts,
  • le fait que tous les mouvements des doigts et du poignet fonctionnent indépendamment des segments du bras,
  • une mobilité indépendante des articulations interphalangiennes et métacarpophalangiennes (Lashgari & Yasuda, 2006; Sande de Souza & Coury, 2012).

Caractéristiques morphologiques et classification fonctionnelle

Articles détaillés : Main et Queue préhensile.

La préhension est assurée par une disposition anatomique bien particulière : le pouce, large et mobile, peut s'opposer aux autres doigts, paume ouverte ou poing serré. Cela est rendu possible par l'existence de muscles aux contractions coordonnées.

Pour Napier (1956), le type de préhension d’un objet peut être défini selon le but de l’action. Sur la base de cette constatation, les aspects dynamiques et fonctionnels de la préhension ont été décrits en tenant compte de deux facteurs de base : la force et la précision. Dans la préhension de force, l'objet est serré contre la paume de la main pour permettre le déploiement de la force par les doigts et le pouce (Sande de Souza & Coury, 2012). Dans la préhension de précision, l'objet est manipulé entre le pouce et les doigts de façon habile sans l'implication de la paume (mouvements d’opposition). Pour leur part, Weiss et Flatt (1971) décrivent différemment la classification des patrons de préhension chez l’enfant. D’une part, il existe les préhensions incluant l’opposition du pouce : préhension de type palmaire (sphérique, cylindrique, disque) qui consiste à utiliser toute la main pour l'enrouler autour d'un objet ainsi que les pinces de type latérale, terminale et tridigitale qui impliquent des mouvements de contact du pouce et de la pulpe des doigts. D’autre part, il existe les préhensions n’impliquant pas de mouvements d’opposition, soit la préhension de type crochet où une force est exercée afin de transporter un objet (Exner, 2001; Lashgari & Yasuda, 2006).

Other Languages
català: Prensibilitat
English: Prehensility
Esperanto: Tenpovo
español: Prensilidad
Bahasa Melayu: Memaut (biologi)
português: Preensibilidade
Tiếng Việt: Tính cầm nắm