Poutine (plat)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poutine.
Ne doit pas être confondu avec poutine acadienne.
Poutine
Image illustrative de l'article Poutine (plat)
Un plat de poutine.

Lieu d’origine Drapeau : Québec  Québec
Date Années 1950 ou années 1960
Place dans le service Plat principal, accompagnement
Température de service Chaud
Ingrédients Frites
Fromage en grains
Sauce à poutine

La poutine est un mets de cuisine québécoise composé de trois éléments dans sa forme classique : les frites, le fromage cheddar en grains et la sauce brune [1]. La poutine tire son origine du Centre-du-Québec à la fin des années 1950 [1].

Mets longtemps ridiculisé et utilisé pour représenter de manière caricaturale, voire péjorative, la société québécoise [2], la poutine est maintenant en vogue, et même célébrée, à l'extérieur des frontières du Québec [3]. Il existe maintenant [Quand ?] des festivals de poutine à Drummondville [4], Montréal et Québec [5], et également en dehors de sa culture d'ancrage comme à Chicago [6], New Hampshire [7], Toronto [8], Ottawa [9]. De nos jours, la poutine se voit offerte sous différentes formes, intégrants divers condiments, et fait avec des ingrédients autres que ceux utilisés à la base de la poutine classique [10], [11]. Dans « Poutine Dynamics » [11] publié par la revue CuiZine, l'auteur-chercheur Nicolas Fabien-Ouellet indique qu'avec sa profusion de variation, la poutine constitue aujourd'hui une nouvelle catégorie culinaire à part entière, au même titre que les soupes, les dumplings, les sandwichsetc. [11]

Origine

Photo du menu imprimé du Royaume de la Patate en 1995.
En 1995, « Mixtes » figurait encore au menu du Royaume de la Patate, avec la mention « poutine ».

La poutine fait son apparition vers la fin des années 1950 dans le Centre-du-Québec [12]. Plusieurs restaurants de cette région s'en disputent l'invention :

Le Roy Jucep (Drummondville)

La provenance la plus probable de la poutine serait Drummondville. Le Roy Jucep, un restaurant, s'y s'affiche comme étant l'inventeur de la poutine, en effet, celui-ci a enregistré la marque de commerce « L'inventeur de la Poutine » [13], [14]. Jean-Paul Roy, propriétaire de ce restaurant en 1964, est le premier à avoir servi la poutine comme on la connaît aujourd'hui c'est-à-dire « patates frites, fromage et sauce ». Le nom viendrait d'un mélange d'une déformation du mot anglais «  pudding » et du surnom du cuisinier « Ti-Pout » [13]. Monsieur Roy aurait, selon son témoignage, commencé à servir le fromage avec les frites et la sauce après la demande régulière de quelques clients [13]. Jean-Paul Roy est décédé en à Drummondville. Le brevet officiel, octroyé par le gouvernement fédéral canadien, est affiché dans le restaurant.

Le Lutin qui rit (Warwick)

Une autre histoire assez répandue est qu'elle proviendrait d'un restaurant autrefois appelé Le Lutin qui rit situé à Warwick, dans la MRC d' Arthabaska. Selon la légende, en 1957, un client nommé Eddy Lainesse a demandé au propriétaire Fernand Lachance de mettre le casseau de fromage et le casseau de frites dans le même sac et le propriétaire aurait répondu : « Ça va faire une maudite poutine », d'où le nom qui veut dire « mixture étrange » [15].

La Petite Vache (Princeville)

Une autre légende veut que la naissance de la poutine ait eu lieu à Princeville au restaurant La Petite Vache fondé en 1966 par Henri Provencher. À l'époque, la fromagerie Princesse (maintenant située à Plessisville) produisait du fromage en grain mais n'avait pas de kiosque de vente au détail. La Petite Vache étant située dans un immeuble adjacent à la fromagerie, ils commencèrent à vendre du fromage en grain frais à la caisse du restaurant. Un client assidu venait au restaurant et y commandait une frite et achetait un sac de fromage en grain pour ensuite aller à sa table, ouvrir le sac et y mélanger le fromage. Max Sévigny qui a été propriétaire du restaurant a confirmé en que l'appellation originale était 50-50 en référant à un mélange de 50 % de frites et 50 % de fromage. La sauce a ensuite été incluse et le nom « mixte » adopté. Le 50-50 a fait son apparition dès la première année d'opération de La Petite Vache. Pendant plusieurs années, dans les villes de Plessisville, Princeville et Victoriaville, la poutine était connue sous le nom d'un « mixte ». Ce n'est que lorsque de grandes chaînes ont commencé à vendre ce produit que le nom « poutine » est apparu ; probablement en relation avec d'autres mets aussi appelés « poutines » et faits à base de pommes de terre. Le nom « mixte » a continué à être utilisé pendant plusieurs années dans les villes ci-haut nommées même après que le mot poutine soit largement répandu.

Les trois histoires ci-dessus ancrent la naissance du plat autour de 1960. Également, elles consolident l'idée que c'est un client qui a eu l'idée de ce plat. Fort probablement [non neutre] qu'il s'agit du même client, un voyageur de commerce ou un commis voyageur comme on les nommait à l'époque. Ce client aurait fait la même requête dans les restaurants qui se trouvaient sur son circuit commercial. En ce sens, la paternité de la poutine revient directement à ce client (M. Lainesse) et seulement indirectement aux trois propriétaires des restaurants mentionnés. La proximité géographique des trois municipalités revendiquant la paternité de la poutine tend à confirmer cette théorie [réf. nécessaire].

Other Languages
العربية: بوتين (أكلة)
български: Путин (ястие)
català: Poutine
Deutsch: Poutine
English: Poutine
Esperanto: Pucino
español: Poutine
euskara: Poutine
Gàidhlig: Poutine (biadh)
Bahasa Indonesia: Poutine
italiano: Poutine
日本語: プーティン
한국어: 푸틴 (음식)
Nederlands: Poutine
norsk nynorsk: Poutine
norsk: Poutine
polski: Poutine
português: Poutine
русский: Путин (блюдо)
Simple English: Poutine
svenska: Poutine
українська: Путин
vepsän kel’: Putin (sömine)
Tiếng Việt: Poutine