Post-rock

Post-rock
Origines stylistiquesKrautrock, ambient, space rock, rock progressif, avant-garde, minimaliste, dark ambient, jazz, dub, post-punk, musique électronique, shoegazing
Origines culturellesFin des années 1980 et début des années 1990 ; Royaume-Uni, Canada et États-Unis
Instruments typiquesGuitare, basse, batterie, violon. Occasionnellement chant, bois, glockenspiel, ou claviers.
PopularitéFaible à modérée dans les années 1980 à 2000, succès à la fin des années 2000.
Scènes régionalesMontréal, Islande, Chicago, Louisville, Glasgow, Leicester, Nouvelle-Zélande
Voir aussiRock indépendant, math rock, post-hardcore[1], liste de groupes

Genres associés

Rock alternatif, Post-metal, Néofolk

Le post-rock est un sous-genre musical du rock à tendance expérimentale et qui intègre des caractéristiques inspirées du rock alternatif, de l'art rock et de la musique électronique[2].

Le terme « post-rock » est expliqué pour la première fois par Simon Reynolds dans l'édition du magazine The Wire pour décrire le son de certains groupes de rock qui utilisent l'instrumentation typique du rock, mais qui incorporent des rythmes, des harmonies, des mélodies, et des progressions harmoniques qui ne se trouvent pas dans la tradition du rock. La majorité de ces groupes créent de la musique purement instrumentale[3],[4],[5]. Malgré cela, beaucoup insistent sur le fait que le terme n'est pas adapté. Par exemple, le terme est utilisé pour décrire la musique de Tortoise et celle de Mogwai, deux groupes qui ont peu en commun (mis à part le fait qu'ils sont des groupes instrumentaux)[6].

Histoire

Précurseurs

Le post-rock semble être largement inspiré par le groupe américain des années 1960 The Velvet Underground et sa « dronologie »« un terme qualifiant 50 % de l'activité rock d'aujourd'hui[7]. » Le groupe britannique Public Image Ltd (PiL) est également pionnier du genre comme l'explique NME[8]. Une année avant la sortie de Metal Box, le bassiste de PiL, Jah Wobble, déclare le rock « obsolète »[9].

Années 1990

Sigur Rós, lors d'un concert à Reykjavik en 2005.

Des groupes des années 1990 comme Slint ou Talk Talk sont plus tard reconnus pour avoir inspiré le post-rock[4]. Spiderland de Slint[4] et Spirit of Eden de Talk Talk (1988)[10] sont cités dans la naissance du post-rock[5]. Malgré le fait que ces deux groupes soient différents — Talk Talk ayant émergé du art rock et de la new wave, et Slint du post-hardcore et du math rock — ils sont cités pour avoir durablement inspiré le post-rock pendant les années 1990.

Le terme « post-rock » est forgé par le critique musical Simon Reynolds dans un article sur l'album Hex de Bark Psychosis dans la revue Mojo en mars 1994[2]. Reynolds développe ce concept dans l'édition mai 1994 du magazine The Wire[3]. Dans un blog de , Reynolds affirma qu'il avait utilisé le terme « post-rock » avant de l'avoir publié dans Mojo, dans Melody Maker[11]. Il affirme également que le terme n'était pas entièrement de sa création, étant donné qu'il est utilisé par James Wolcott dans un article sur Todd Rundgren en 1979[12]. Le terme « post-rock » est à l'origine utilisé pour décrire la musique de groupes comme Cul de Sac[13], Stereolab[14], Laika[15], Disco Inferno[16], Moonshake[17], Seefeel[18], Bark Psychosis, ou encore Pram[3], bien que le terme soit également utilisé pour décrire une variété de musique créée avant 1994, influencée par le jazz, le krautrock et la musique électronique[18],[5].

Parmi les groupes ayant influencé le mouvement, Talk Talk était à l'origine un groupe de synthpop appartenant au mouvement New Romantic, mais qui, à partir de son troisième album, évolue dans une direction complètement différente, et présente un son minimaliste inspiré par le jazz et l'ambient, avec des chansons plus longues et atmosphériques[19]. Le groupe Slint est également très influent[5].

Années 2000 et 2010

Au début des années 2000, le terme est de moins en moins utilisé[20]. Il devient controversé car interdit d'utilisation dans la presse spécialisée[5]. Certains groupes souvent associés au terme, comme Cul de Sac[21],[22], Tortoise[20], et Mogwai[6], refusent d'y être associés[23].

Malgré la polémique que provoque le terme, le post-rock reste toujours autant populaire. Sigur Rós, avec la sortie de Ágætis byrjun en 1999, devient l'un des groupes post-rock des années 2000 les plus connus. Cela est sûrement dû au fait que leur single Hoppípolla, sorti en 2005, ait été utilisé dans plusieurs films et séries télévisées comme Planet Earth[24]. Explosions in the Sky, This Will Destroy You, Do Make Say Think, God Is an Astronaut et Mono sont quelques célèbres groupes post-rock du nouveau millénaire[25].

Other Languages
azərbaycanca: Post-rok
беларуская: Пост-рок
català: Post-rock
čeština: Post-rock
Deutsch: Post-Rock
Ελληνικά: Post-rock
English: Post-rock
español: Post-rock
eesti: Post-rock
فارسی: پست-راک
suomi: Post-rock
galego: Post-rock
עברית: פוסט-רוק
magyar: Posztrock
íslenska: Síðrokk
italiano: Post-rock
ქართული: პოსტ-როკი
한국어: 포스트 록
lietuvių: Postrokas
latviešu: Postroks
မြန်မာဘာသာ: Post-rock
Nederlands: Postrock
norsk: Post-rock
polski: Post-rock
português: Post-rock
română: Post-rock
русский: Построк
slovenčina: Post-rock
српски / srpski: Post-rok
svenska: Postrock
Türkçe: Post-rock
українська: Пост-рок
Tiếng Việt: Post-rock
中文: 後搖滾