Polybe

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Polybe (homonymie).
Circle-icons-calendar.svg Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ».

Polybe, en grec ancien Πολύϐιος / Polúbios (vers -206 à Mégalopolis – vers -124), hipparque, homme d'État, historien et théoricien politique, est sans doute le plus grand historien grec de son temps.

Biographie

Polybe en compagnie de Scipion Émilien devant les ruines de Carthage. (Gravure de la fin du XVIIIe siècle).
Frontispice de l’Abrégé des Commentaires de M. de Folard sur l'histoire de Polybe, 1754.

Issu d’une grande famille arcadienne, le jeune Polybe reçoit une solide éducation militaire. Il passe sa jeunesse près de Philopœmen, qui le forme dans l'art de la guerre. Après l’effondrement de l'empire d'Alexandre le Grand (323), les cités grecques se disputent à nouveau. Dans le sillage de son père, Lycortas[1], Polybe est un des meneurs de la Ligue achéenne - en tant qu’hipparque il est au commandement de la cavalerie de la Ligue - au moment de la défaite du roi Persée de Macédoine face à Paul Émile, à Pydna (168). Il s'efforce, mais en vain, de maintenir la neutralité des Achéens entre Rome et la Macédoine. Il est une des premières victimes grecques des Romains, Rome exigeant de la Ligue, restée neutre, des otages parmi les dirigeants politiques soucieux de l’indépendance des villes grecques. Mille otages sont envoyés à Rome (167) ; Polybe est de ceux-là et ne recouvre sa liberté que 17 ans plus tard.

Lors de son séjour en Italie, il a tout le loisir de faire une étude approfondie de la politique et de l'état militaire des Romains (il livre, dans ses Histoires, la description des « castra romana »). Il peut voir le fonctionnement du régime politique de la République de l'intérieur et est séduit par l'organisation politique des Romains. Logé chez Paul-Emile, servant de précepteur à ses deux fils, il s’acquiert l’amitié de ceux-ci, surtout du second, Scipion Émilien, dit « Second Africain ». En 149, l’exil prend fin. Polybe rentre en Grèce. Très tôt, Scipion Émilien fait appel au militaire qu’est Polybe, pour participer au siège de Carthage (-149 à -146). Il voyage ensuite en Afrique, en Espagne, en Gaule. Dans ses Œuvres morales, Plutarque mentionne que Polybe a rencontré Chiomara à Sardes[2].

La Ligue achéenne se soulève alors contre Rome. Le résultat est désastreux : les Achéens sont écrasés, et Corinthe détruite en 146. Grâce à ses relations, Polybe est chargé par les Romains de faire respecter leurs volontés dans la politique grecque. Polybe réussit l’exploit de se concilier la reconnaissance des Grecs, en faveur desquels il réussit plus d'une fois à adoucir le vainqueur, et la satisfaction des Romains. Polybe termine sa carrière politico-militaire aux côtés de son ami Scipion Émilien en Espagne, au siège de Numance (133).

La dernière partie de sa vie est consacrée à la rédaction de sa grande œuvre, une Histoire générale de son temps, en quarante livres où il menait de front l'histoire de Rome et celle des États contemporains tels les monarchies lagide, séleucide et attalide (pergaménienne). Seuls les cinq premiers livres de cette œuvre sont parvenus jusqu'à nous, mais on possède aussi des fragments assez considérables des autres. Dans cet ouvrage, il veut montrer comment et pourquoi les nations civilisées du monde sont tombées sous la domination de Rome. Polybe meurt à 82 ans vers -118 des suites d'une chute de cheval[1].

Other Languages
aragonés: Polibio
العربية: بوليبيوس
azərbaycanca: Polibi
تۆرکجه: پولیبیوس
беларуская: Палібій
български: Полибий
brezhoneg: Polybios
bosanski: Polibije
català: Polibi
čeština: Polybios
Cymraeg: Polybius
dansk: Polyb
Deutsch: Polybios
Ελληνικά: Πολύβιος
English: Polybius
Esperanto: Polibio
español: Polibio
eesti: Polybios
euskara: Polibio
فارسی: پولیبیوس
suomi: Polybios
galego: Polibio
עברית: פוליביוס
hrvatski: Polibije
magyar: Polübiosz
Հայերեն: Պոլիբիոս
interlingua: Polybio
Bahasa Indonesia: Polibios
íslenska: Pólýbíos
italiano: Polibio
ქართული: პოლიბიოსი
қазақша: Полибий
한국어: 폴리비오스
Latina: Polybius
lietuvių: Polibijus
latviešu: Polībijs
Mirandés: Políbio
Nederlands: Polybios
norsk: Polybios
polski: Polibiusz
português: Políbio
română: Polybius
русский: Полибий
sicilianu: Pulibbiu
Scots: Polybius
srpskohrvatski / српскохрватски: Polibije
slovenčina: Polybios
slovenščina: Polibij
shqip: Polibi
српски / srpski: Полибије
svenska: Polybios
Tagalog: Polyvios
Türkçe: Polibios
українська: Полібій
oʻzbekcha/ўзбекча: Polibiy