Politique en Inde

L'organisation des institutions politiques de l' Inde découle en grande partie des institutions introduites lors de la colonisation britannique, auxquelles se mêlent des caractéristiques propres. Ainsi, l'Inde est une république fédérale qui combine un système parlementaire fondé sur le suffrage universel et l'existence de droits particuliers pour certaines castes.

La vie politique indienne est marquée par des tensions entre ses tendances centralisatrices et séparatistes, des tensions communautaires et des inégalités de revenus. Les contrastes particulièrement marqués de l'Inde ont été résumés, dans les années 1960 par cette formule de l'ambassadeur et économiste américain John Kenneth Galbraith : « L'Inde est une anarchie qui fonctionne » [1].

Organisation de la République d'Inde

Selon sa Constitution, l' Inde est « une république souveraine, socialiste, laïque, démocratique. » Elle a hérité du modèle parlementaire du système parlementaire britannique dans lequel le chef d'État n'exerce qu'un rôle cérémonial et l'essentiel du pouvoir exécutif est exercé par le chef du gouvernement, responsable devant la chambre basse du Parlement.

Comme les États-Unis, l'Inde a adopté un système fédéral de gouvernement. Cependant, le gouvernement central y exerce un plus grand contrôle sur les États fédérés.

Gouvernement central

Article détaillé : Gouvernement indien.

L'exécutif du gouvernement central appartient au président de l'Inde, élu au suffrage indirect pour une durée de cinq ans. Le vice-président de l'Inde le remplace en cas de vacance, avant l'élection d'un nouveau président. Le rôle du président est toutefois essentiellement représentatif, le pouvoir exécutif étant du ressort du Cabinet que dirige le Premier ministre, responsable devant la Lok Sabha.

Le Parlement indien est composé de deux chambres : la Lok Sabha ou Chambre du Peuple, élue au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans, et la Rajya Sabha ou Conseil des États, élue au suffrage indirect et renouvelée par tiers tous les deux ans.

États et territoires

Article détaillé : États et territoires de l'Inde.
Structure administrative de l'Inde

L'Inde est divisée en 29 États et 7 territoires. Les compétences des États concernent notamment la justice, la police, l'économie ou l'éducation.

Dans les États et dans deux territoires ( Delhi et Pondichéry), il existe une Assemblée législative (Vidhan Sabha) élue tous les cinq ans, un ministre en chef, chef du gouvernement et responsable devant l'Assemblée, et un Gouverneur nommé par le Président de l'Inde qui nomme le ministre en chef et les membres du gouvernement.

La Constitution indienne prévoit la suspension des organes politiques des États en cas de crise politique: le President's rule est décrété par le président sur l'avis du Premier ministre et a pour conséquence de confier l'essentiel du pouvoir dans les mains du gouverneur de l'État pour une période maximale de six mois.

Justice

Article détaillé : Droit indien.

Le pouvoir judiciaire en Inde repose sur des tribunaux dont le plus important est la Cour suprême de l'Inde. Celle-ci se compose d'un juge-en-chef de 25 autres juges, tous désignés par le président. Après une longue lutte judiciaire des années 1950 à la fin des années 1970, l'indépendance de la Cour suprême est aujourd'hui acquise, celle-ci s'étant arrogé le pouvoir de contrôle de constitutionnalité des lois adoptées par le Parlement, y compris des réformes constitutionnelles elles-mêmes. La Cour suprême arbitre également les conflits entre les États et le gouvernement central et constitue la dernière juridiction d'appel au-dessus des vingt et une Hautes Cours des États.

Les Hautes Cours, qui siègent dans les États et territoires de l'Inde, sont principalement des juridictions d'appel et examinent les litiges issus des tribunaux subalternes tels que les tribunaux de district ou de localité

Démocratie locale

Articles détaillés : Panchayat raj et Municipalités d'Inde.

Les États sont administrativement divisés en districts.

Depuis 1992, il existe dans tous les États indiens des administrations locales élues au suffrage universel tous les cinq ans:

Leurs compétences et financements varient en fonction de leur taille et d'un État à l'autre. La Constitution indienne prévoit qu'un tiers des sièges des organes délibérant de ces administrations soit réservé aux femmes.