Platyrrhini

Les Platyrhiniens (Platyrrhini) — du grec ancien platus, « large » et rhinos, « nez » — sont un clade de primates simiiformes regroupant les singes du Nouveau Monde. Répartis depuis le Mexique jusqu'à l'extrême sud du Brésil, ils se différencient des singes des autres continents par une demi-douzaine de caractéristiques primordiales.

Caractéristiques

 v · d ·   Formule dentaire
mâchoire supérieure
3 2 ou 3 1 2 2 1 2 ou 3 3
3 2 ou 3 1 2 2 1 2 ou 3 3
mâchoire inférieure
Total : 32 ou 36
Dentition permanente
des singes du Nouveau Monde

Les singes du Nouveau Monde, appelés céboïdes ou platyrhiniens, se distinguent des singes de l’Ancien Monde par une demi-douzaine de caractéristiques essentielles :

  • Ils possèdent 36 dents et non 32 (sauf les ouistitis et les Saguinus qui en ont aussi 32). Ils ont trois prémolaires sur chaque demi-mâchoire, contre deux chez les singes de l’Ancien Monde.
  • Ils possèdent un nez aplati et une épaisse cloison nasale qui écarte fortement les narines (à ouvertures latérales), alors que chez les singes de l’Ancien Monde, elle est plus étroite, donnant des narines rapprochées (dirigées vers le bas, à ouvertures frontales). D'ailleurs, Platyrrhini signifie « nez large ».
  • Leur pouce est moins opposable et a parfois presque disparu, comme chez les atèles (les Colobinae africains présente la même convergence évolutive).
  • Ils possèdent une longue queue parfois préhensile, portant chez certaines espèces des dermatoglyphes[1], alors que les singes de l’Ancien Monde ont une queue non préhensile et parfois pas de queue du tout.
  • Ils sont tous arboricoles et d’un poids modeste (120 grammes à 12 kilogrammes).
  • Ils présentent un polymorphisme de la vision en couleurs dû à une variation allélique sur la copie unique du gène du pigment visuel rouge/vert présent sur le chromosome X. Ils sont dichromatiques (mâles et femelles homozygotes) ou parfois trichromatiques (possibilité génétiquement réservée aux femelles hétérozygotes, à l’exception des hurleurs chez qui certains mâles présentent aussi un trichromatisme) alors que les singes de l’Ancien Monde sont tous trichromatiques (perception sur trois longueurs d’onde). Les callitrichidés ont quatre phénotypes de vision en couleur, on en rencontre jusqu’à six chez les atèles. Selon une théorie récente, le trichromatisme, qui permet de distinguer le rouge du vert, aurait été favorisé par la nécessité de détection des jeunes feuilles tendres (souvent rouges, et plus souvent rouges dans l’Ancien Monde que dans le Nouveau) et non celle des fruits (théorie classique). Toutefois, le trichromatisme, seul à doter de la capacité de différenciation rouge/vert, fournit une meilleure information quant au taux en sucre du fruit observé. Le signal de couleur jaune/bleu, le seul qui soit accessible aux dichromates, n’est pas pertinent pour l’estimation de la concentration en glucose. Le dichromatisme présente en revanche un avantage pour détecter les objets camouflés, donc un avantage sélectif pour détecter les aliments cachés et les prédateurs.
  • Ils possèdent un organe de Jacobson fonctionnel, pas les singes de l’Ancien Monde. Leurs bulbes olfactifs sont toutefois trois fois moins développés que chez les lémuriens.
  • Ils procèdent à des marquages sur des substrats par sécrétions glandulaires et par l’urine (les singes de l’Ancien Monde ont davantage investi dans la communication visuelle et vocale). Outre l'épouillage collectif (grooming) et réciproque, sorte de « toilettage social » qui est moins hygiénique que hiérarchique et amical, les singes du Nouveau Monde pratiquent un « toilettage olfactif » : ils imprègnent leur fourrure de leur propre urine. Ils s’en aspergent le corps puis se frottent vigoureusement, pour renforcer leur odeur corporelle qui est connue du seul groupe où ils évoluent.

Au point de vue génétique, la variation morphologique du chromosome Y est une caractéristique courante chez les singes du Nouveau Monde, pas chez ceux de l’Ancien Monde.

D’un point de vue écologique, les singes néotropicaux, à tendance frugivore-insectivore, sont moins diversifiés que leurs homologues de l’Ancien Monde, peut-être en raison d’une histoire évolutive plus récente concentrée en une seule radiation majeure comme à Madagascar. De plus, il n'y a souvent qu'une seule espèce d’un genre donné qui occupe un site géographique alors que chez les singes de l’Ancien Monde jusqu’à 6 espèces de Cercopithecus peuvent coexister en un même site en Afrique équatoriale.

Other Languages
asturianu: Platyrrhini
беларуская: Шыраканосыя малпы
čeština: Ploskonosí
dansk: Vestaber
Deutsch: Neuweltaffen
Ελληνικά: Πλατύρρινοι
Esperanto: Platirinoj
español: Platyrrhini
euskara: Platyrrhini
Nordfriisk: Briadnöösaaben
Gaelg: Ceboidea
हिन्दी: नवजगत बंदर
Bahasa Indonesia: Monyet Dunia Baru
italiano: Platyrrhini
日本語: 広鼻下目
한국어: 광비원류
Nederlands: Breedneusapen
norsk: Vestaper
português: Platyrrhini
română: Platirinieni
srpskohrvatski / српскохрватски: Majmuni Novog svijeta
Simple English: New World monkey
svenska: Brednäsor
Tagalog: Platyrrhini
українська: Широконосі
Tiếng Việt: Khỉ Tân Thế giới
中文: 闊鼻小目