Plan Jaune

Fall Gelb
Description de cette image, également commentée ci-après
Dernière version de Fall Gelb et le plan Dyle-Bréda.
Informations générales
Date
Lieu Belgique, France, Luxembourg et Pays-Bas
Issue Victoire allemande décisive
Belligérants
Drapeau de la France  France
Drapeau : Royaume-Uni  Royaume-Uni
Drapeau de la Belgique  Belgique
Drapeau des Pays-Bas  Pays-Bas
Drapeau de l'Allemagne nazie  Reich allemand
Commandants
Drapeau de la France Maurice Gamelin
Drapeau du Royaume-Uni Lord Gort
Drapeau de la Belgique Léopold Léopold III
Drapeau des Pays-Bas Henri Winkelman
Drapeau de l'Allemagne Adolf Hitler

Seconde Guerre mondiale

Le cas Jaune ( allemand : Fall Gelb), lors de la Seconde Guerre mondiale, est une hypothèse stratégique des Allemands où ils prendraient l'initiative de l'offensive contre les Franco- Britanniques avec lesquels ils sont en guerre, et qui implique également, en dépit de leur neutralité, l'invasion de la Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas [n 1]. Le plan de déploiement et de manœuvre correspondant est appelé par commodité en français plan Jaune ; il est appliqué le entamant la campagne de l'Ouest.

Ce plan est parfois surnommé « plan coup de faucille » [n 2], ou encore, par abus, « plan Manstein », car bien que rédigé en définitive par l'état-major de la Heer (notamment Halder), il est souvent considéré qu'il a été conçu sur une partie des propositions de Manstein que Hitler aurait imposée à l' OKH [2], [3], [4].

Au cours de la drôle de guerre, le plan Jaune change dans ses grandes lignes jusqu'en février 1940 où il prend la forme qui est appliquée le . En attaquant dans la plaine belge et aux Pays-Bas avec des moyens ostentatoires, les Allemands leurrent les alliés qui y envoient leurs meilleures unités en appliquant le plan Dyle-Bréda. Celles-ci s'éloignent ainsi du négligé centre du front ( Ardennes) où s'exerce en réalité le principal effort de la Wehrmacht, qui donne un « coup de faucille » en réalisant une percée décisive à Sedan avec ses divisions blindées : celles-ci atteignent la mer à Abbeville dès le 20 mai, isolant les forces alliées au nord, où elles sont battues ou contraintes à évacuer par mer en abandonnant leur matériel, ce qui met fin à la première phase de la bataille de France le .

Cette première phase a été décisive : malgré leur situation stratégique défavorable, Fall Gelb a permis aux Allemands de vaincre des ennemis d'importance comparable sur le plan numérique et matériel, conduisant à la capitulation des Pays-Bas et de la Belgique (respectivement 15 et 28 mai) et la conquête du Nord de la France, qui fournissent des bases pour une attaque ultérieure contre la Grande-Bretagne. La seconde phase de la bataille de France, planifiée sous le nom de Fall Rot, n'est plus qu'un épilogue, puisque sur le continent, l'armée française combat désormais pratiquement seule en infériorité numérique et matérielle. L'essentiel du corps expéditionnaire britannique a dû en effet rembarquer ; mais le fait qu'il ait pu s'échapper rend incomplet le succès de Fall Gelb du point de vue stratégique.

Contexte

Article connexe : Drôle de guerre.

Le , le Royaume-Uni et la France déclarent la guerre à l'Allemagne qui vient d' attaquer la Pologne (Fall Weiss) deux jours plus tôt. Pour Hitler, le dirigeant allemand, cette réaction des Alliés est inattendue, persuadé que leurs inactions militaires précédentes (lors de la remilitarisation de la Rhénanie, de l’ Anschluss, de la crise des Sudètes et de la violation des accords de Munich) allaient se reproduire ; ce pourquoi l'Allemagne n'a alors aucun plan (contrairement à 1914 où il existe le plan Schlieffen), aucune stratégie pour combattre les Franco-Britanniques et faire face à la menace, tant redoutée chez les militaires allemands, d'une guerre sur deux fronts [5], [6].

Le danger pour l'Allemagne s'écarte rapidement avec l'élimination de la Pologne et, assurée dans une certaine mesure à l'est par le pacte germano-soviétique, l'armée allemande concentre alors ses forces sur le front ouest où les Franco-Britanniques reprennent une attitude défensive derrière la ligne Maginot après leur timide offensive de la Sarre.

Other Languages
беларуская: План «Гельб»
English: Manstein Plan
español: Plan Amarillo
Bahasa Indonesia: Rencana Manstein
italiano: Piano Manstein
Bahasa Melayu: Rancangan Manstein
português: Plano Manstein
română: Planul Manstein
русский: План «Гельб»
українська: План «Гельб»
Tiếng Việt: Kế hoạch Manstein