Planète (revue)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Planète (homonymie).
Planète
image illustrative de l’article Planète (revue)
Les divers ouvrages de la revue Planète

Périodicitébimestrielle
Date de fondation1961
Date du dernier numéro1971

ISSN1250-5374

Planète est une revue bimestrielle française éditée entre 1961 et 1971 qui reprenait les différents thèmes abordés dans l'ouvrage de Jacques Bergier et Louis Pauwels, Le Matin des Magiciens, et qui se présentait comme l'organe du mouvement du réalisme fantastique.

Histoire

Le succès inattendu et rapide du Matin des Magiciens[1] incita ses auteurs, Jacques Bergier et Louis Pauwels, à créer une revue consacrée entièrement aux thèmes évoqués dans cet ouvrage. C'est la revue Planète, dont le slogan était « Rien de ce qui est étrange ne nous est étranger ! ». Après deux années passées dans les locaux exigus de l'éditeur Victor Michon, au 8 rue de Berri, (Paris VIIIe), le siège de la revue s'installa dans un immeuble cossu de l'avenue des Champs-Élysées.

Lancée en 1961 (premier numéro en octobre-novembre), la revue Planète contient en moyenne 150 pages et paraît à un rythme bimestriel. Elle est imprimée en noir et blanc dans un format carré (17 x 17 cm) car elle est « destinée aux masses les plus larges » selon Louis Pauwels, qui en explique le concept dans son ouvrage Question de, paru en 1972 immédiatement après la disparition de Planète.

Le premier numéro de Planète fut initialement tiré à 5 000 exemplaires et eut cinq retirages. Le pic des ventes dépassa 100 000 exemplaires par numéro. Les ambitions de la revue, qui rassemblait des textes de science-fiction, des articles ésotériques et insolites et des essais d'écrivains, visaient plus à un objectif de remue-méninges qu'à empiéter sur les plates-bandes de revues classiques de vulgarisation scientifique, même si un sondage révéla que 44 % des lecteurs de Planète étaient aussi lecteurs du mensuel Science & Vie.

Planète sera édité dans une douzaine de langues étrangères avec des déclinaisons en Europe et en Amérique du Sud (Pianeta, Horizonte, Planeta, Bres, Planet, etc.), ainsi qu'une édition en langue arabe en 1969[2].

La revue s'interrompt d'abord en août 1968 après 41 numéros avant de reparaître quelques mois plus tard sous le titre Le Nouveau Planète (23 numéros de septembre 1968 à août 1971). Le titre sera définitivement arrêté en 1972, Pauwels souhaitant s'orienter vers d'autres entreprises, avec entre autres le trimestriel Question de... dont le premier numéro paraît en octobre 1973 ; Question de... fut repris par Marc de Smedt en 1981. Un éphémère Nouveau Nouveau Planète, ou « Planète grand format », dirigé par Marc de Smedt, paru entre fin 1971 et mai 1972, sous le titre Planète et en faisant explicitement référence à Louis Pauwels comme fondateur, est abandonné après trois numéros.

Other Languages