Pierre-André Taguieff

Pierre-André Taguieff
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (71 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinction
Œuvres principales
  • La Force du préjugé (1988)
  • Sur la Nouvelle Droite (1984)

Pierre-André Taguieff, né le à Paris, est un politologue, historien des idées et directeur de recherche au CNRS honoraire français.

Il a été notamment travaillé au CEVIPOF et à l'Institut d'études politiques de Paris. Il a été membre du cercle de réflexion le Cercle de l'Oratoire, du comité de rédaction de la revue de ce cercle, Le Meilleur des mondes, et de la revue Des Lois et des hommes.

P-A. Taguieff est l’auteur de nombreux ouvrages touchant à la fois aux domaines de la théorie politique, de l'histoire des idées, de la philosophie politique et de la théorie de l'argumentation. Ces ouvrages traitent notamment du racisme, de l'antisémitisme et des idéologies d'extrême droite. Il s'est fait connaître d'abord par ses travaux sur le racisme et l'antiracisme (La Force du préjugé, Essai sur le racisme et ses doubles[1]) , puis par des articles et ouvrages sur les Protocoles des Sages de Sion (faux document à visée antisémite), le populisme, la Nouvelle Droite et le Front national.

Son parcours politique va de « l’anarcho-situationnisme[2],[3] au chevènementisme patriote de la Fondation du 2-Mars »[4], puis, plus récemment, par une prise de distance vis-à-vis de toutes les affiliations partisanes à partir du moment où elles sont envisagées selon un angle binaire gauche/droite. Se réclamant un temps des idées de la gauche républicaine, dans les années 1980 et 1990, il a été décrit également comme un « libéral social conservateur »[5], et comme un « néoconservateur »[6]. Ses travaux (notamment sur la Nouvelle Droite et la « nouvelle judéophobie ») ont fait l’objet de controverses intellectuelles et médiatiques. P-A. Taguieff se présente lui-même comme engagé dans la lutte « contre tous les racismes »[7].