Pie VII

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chiaramonti (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Pissette.
Pie VII
Image illustrative de l'article Pie VII
Portrait du pape Pie Portrait du pape Pie VII, Jacques-Louis David, 1805, musée du Louvre ( Paris).
Biographie
Nom de naissance Barnaba Chiaramonti
Naissance
Cesena ( États pontificaux)
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Ordination sacerdotale
Décès (à 81 ans)
Rome ( États pontificaux)
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat (57 ans)
Intronisation
Fin du pontificat
(23 ans, 5 mois et 6 jours)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par le pape Pie Pie VI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de Saint-Calixte
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque d'Imola
Évêque de Tivoli

Blason
((en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Barnaba Niccolò Maria Luigi Chiaramonti (en religion Gregorio), né le à Cesena ( Romagne) et mort le à Rome, était un moine bénédictin, prieur de la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs, une des quatre basiliques majeures de Rome et évêque de Tivoli en 1782. Transféré à Imola et créé cardinal en 1785, il est élu pape le , et prend le nom de Pie VII.

Jeunesse

Avant-dernier enfant du comte Scipione Chiaramonti (1698–1750) et de Giovanna Coronata Ghini (1713–1777), fille du marquis Barnaba Eufrasio Ghini, femme profondément religieuse qui terminera sa vie au carmel de Fano et que son fils prendra toute sa vie comme modèle, particulièrement aux moments les plus douloureux de son pontificat, il appartient à une famille de vieille noblesse d'origine française, sans doute celle de Clermont-Tonnerre amie des Braschi (famille dont est issu Pie Pie VI). Sa famille est noble, mais assez pauvre.

Comme ses frères, il fréquente d'abord le Collegio dei Nobili de Ravenne, mais à sa demande, il est admis à l'âge de 14 ans () comme novice à l'abbaye bénédictine Santa Maria del Monte, à Cesena. Il y est sous la direction de dom Gregorio Caldarera. Deux ans plus tard (), il prend l'habit sous le nom de dom Gregorio. Jusqu'en 1763, il étudie à l' abbaye Santa Giustina de Padoue où il est soupçonné de jansénisme par l' Inquisition vénitienne. Ses brillantes qualités intellectuelles conduisent ses supérieurs à l'envoyer ensuite au collège pontifical Saint-Anselme, à Rome, adjacent à la résidence urbaine de l'abbaye Saint-Paul-hors-les-Murs qui avait été ouvert pour recevoir les étudiants les plus prometteurs de la Congrégation bénédictine de Monte-Cassino.

Le , il est ordonné prêtre et peu après, reçoit son doctorat en théologie. Il enseigne, à partir de 1766, à l' abbaye San Giovanni  (it) de Parme, duché ouvert aux idées nouvelles. Amoureux de la culture et soucieux de donner un enseignement moderne, proche des réalités sociales et scientifiques de son temps, il souscrit à l' Encyclopédie de Diderot et se montre curieux des idées de Locke et Condillac, alors précepteur du prince héritier, l’infant don Ferdinand, et dont il traduit l’Essai sur l'origine des connaissances humaines.

En 1772 lui est attribué le grade académique de « lecteur », par lequel l' ordre bénédictin l'habilite à l'enseignement de la théologie et du droit canonique. De 1772 à 1781, il se trouve au collège Saint-Anselme, cette fois en tant que professeur de théologie et bibliothécaire. Il est ensuite nommé abbé titulaire du monastère Santa Maria del Monte dont il avait été oblat dans son enfance.

Le jeune moine Chiaramonti ressent le besoin d'un profond renouveau pour son ordre, en particulier dans le domaine de la formation. Il souhaite, d'une part, le retour à l'inspiration originelle de la vie monastique et, de l'autre, une modernisation des programmes d'enseignement, de façon à conduire les jeunes moines à un contact plus direct avec les réalités concrètes et actuelles.

En 1773, il devient confesseur du cardinal Angelo Braschi, qui deviendra le Pape Pie Pie VI en 1775, et qui le tient en haute estime. En 1782, ce dernier le nomme prieur de l'abbaye romaine de Saint-Paul-hors-les-Murs où il semble avoir été accueilli comme un intrus par les autres moines jaloux de leur droit d'élire leur prieur et qui, semble-t-il, tenteront même de l'empoisonner. Jean Cohen écrit :

« On prétendit qu'ils tentèrent d'empoisonner leur rival par une tasse de chocolat. Chiaramonti, l'ayant goûtée, ne put l'achever tant elle lui parut d'une saveur désagréable. Un frère lai, spécialement attaché à son service, la but, et saisi tout à coup des plus violentes douleurs, il ne survécut que 24 heures à ce fatal repas » [1]. On peut douter de l'authenticité de cette anecdote.

Other Languages
Afrikaans: Pous Pius VII
Alemannisch: Pius VII.
العربية: بيوس السابع
azərbaycanca: VII Piy
беларуская: Пій VII, Папа Рымскі
беларуская (тарашкевіца)‎: Піюс VII
български: Пий VII
brezhoneg: Pi VII
català: Pius VII
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Gáu-huòng Pius 7-sié
čeština: Pius VII.
Cymraeg: Pab Pïws VII
Deutsch: Pius VII.
Ελληνικά: Πάπας Πίος Ζ΄
English: Pope Pius VII
Esperanto: Pio la 7-a
español: Pío VII
eesti: Pius VII
euskara: Pio VII.a
فارسی: پیوس هفتم
suomi: Pius VII
Gàidhlig: Pàpa Pius VII
客家語/Hak-kâ-ngî: Kau-fòng Pius 7-sṳ
hrvatski: Pio VII.
hornjoserbsce: Pius VII.
Bahasa Indonesia: Paus Pius VII
Ilokano: Papa Pio VII
italiano: Papa Pio VII
Basa Jawa: Paus Pius VII
ქართული: პიუს VII
Latina: Pius VII
lietuvių: Pijus VII
latviešu: Pijs VII
македонски: Папа Пиј VII
Dorerin Naoero: Pius VII
Plattdüütsch: Pius VII.
Nederlands: Paus Pius VII
norsk nynorsk: Pave Pius VII
norsk: Pius VII
occitan: Piu VII
Kapampangan: Papa Piu VII
polski: Pius VII
português: Papa Pio VII
Runa Simi: Piyu VII
русский: Пий VII
sicilianu: Piu VII
srpskohrvatski / српскохрватски: Pio VII.
Simple English: Pope Pius VII
slovenčina: Pius VII.
slovenščina: Papež Pij VII.
shqip: Piu VII
српски / srpski: Папа Пије VII
svenska: Pius VII
Kiswahili: Papa Pius VII
Tagalog: Papa Pío VII
Türkçe: VII. Pius
українська: Пій VII
vèneto: Papa Pio VII
Tiếng Việt: Giáo hoàng Piô VII
Winaray: Papa Pío VII
Yorùbá: Pópù Pius 7k
中文: 庇護七世
Bân-lâm-gú: Kàu-hông Pius 7-sè
粵語: 碧岳七世