Pensée de groupe

La pensée de groupe (en anglais groupthink) est un phénomène psycho-sociologique de pseudo- consensus survenant parfois lorsqu'un groupe se réunit pour penser et prendre une décision : le groupe se donne l'illusion de penser un problème et de parvenir à une décision bonne, alors qu'en réalité la pensée individuelle et collective est paralysée par des mécanismes nocifs de dynamique de groupe. (Note : pour clarifier, on pourrait donc nommer cela non-pensée de groupe.)

Le phénomène a été décrit par William H. Whyte dans Fortune en 1952. Irving Janis, en 1972, approfondit et détaille ensuite ce concept qui décrit le processus selon lequel les individus d'un groupe ont tendance (plutôt considérée comme péjorative) à rechercher prioritairement une forme d'accord global plutôt qu'à appréhender de manière réaliste la situation.

Définition

La définition de Janis [1] est :

« Un mode de pensée dont les gens usent lorsqu'ils sont profondément impliqués dans un groupe uni, quand le désir d'unanimité des membres outrepasse leur motivation à concevoir d'autres solutions de façon réaliste. »

Le terme rappelle ceux utilisés par George Orwell dans 1984, tel que Doublepensée et Novlangue. Un exemple célèbre de cette définition est fourni par le paradoxe d'Abilene.
La pensée de groupe, prenant le pas sur la personnalité de l'individu, peut trouver son exutoire sous une forme souvent exacerbée, dans les effets de foule.

Other Languages
العربية: تفكير جماعي
Deutsch: Gruppendenken
English: Groupthink
עברית: חשיבת יחד
italiano: Groupthink
日本語: 集団思考
한국어: 집단사고
Nederlands: Groepsdenken
slovenčina: Groupthink
українська: Групове мислення
Tiếng Việt: Tư duy tập thể
中文: 團體迷思