Partition (musique)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Partition.
Partition autographe de la Symphonie n° 9 en ré mineur, op. 125 (4e mvt.), de Ludwig van Beethoven.
La partition complète au format PDF des Variations Goldberg de Johann Sebastian Bach créée avec le logiciel libre MuseScore dans le cadre du projet Open Goldberg Variations (dans le domaine public sous licence CC0)

Une partition de musique est un document (en papier, en parchemin, ou en format électronique) qui porte la transcription[1] d'une œuvre musicale. Cette transcription peut être faite avec plusieurs sortes de notations (notation neumatique, notation mesurée, notations plus modernes adaptées à la musique contemporaine, etc.) et sert à traduire les quatre caractéristiques du son musical :

Ainsi que de leurs combinaisons appelées à former l'ossature de l'œuvre musicale dans son déroulement temporel, à la fois :

Le terme est devenu au fil du temps par métonymie, le synonyme de l'œuvre musicale elle-même.

Éléments historiques

Dans les sources anciennes (du Moyen Âge au XVIIIe siècle environ), le terme de partition est plus restrictif. En effet, plusieurs types de documents coexistent :

  • le livre de chœur, utilisé tant pour le plain-chant que pour la musique polyphonique (surtout sacrée) ;
  • les parties séparées, dans lesquelles chaque partie vocale ou instrumentale est notée sur un volume séparé (ainsi un recueil de chansons à 4 voix sera imprimé en 4 volumes) ;
  • la tablature, volume unique dans lequel la musique utilise une notation propre à un instrument particulier (luth, guitare, orgue…) ;
  • la partition (dans laquelle les parties ou voix sont superposées), qui se généralise pour les œuvres chorales ou orchestrales à partir du troisième tiers du XVIIe siècle environ, mais pas avant :
  • la partitura, qui est une forme de partition qui doit être jouée au clavier et qui devient ensuite la « partition pour clavier » (avec une portée pour la main gauche, une autre pour la main droite).

L'existence de ces divers types de sources s'explique par des raisons techniques (coût du papier, nécessité de caractères typographiques plus ou moins complexes). De nos jours, le terme de partition pour désigner une source musicale s'est généralisé, mais l'emploi de ce terme pour les sources anciennes doit rester prudent.

L'évolution du format des documents va de pair avec l'évolution des techniques de notation de la musique et d'impression musicale.

Le livre de musique, plus que les autres livres, doit sa forme, son format et sa manière de présenter le texte aux raisons pratiques pour lesquelles le texte musicale est conçu (destiné à un usage en choral, partition monument...) et en raison de caractéristiques techniques et technologiques comme le médium (sur papier, parchemin, soie…).

  • Au Xe siècle les livres de musiques sont faits de parchemin et sont destinés à un usage religieux, ils contiennent le texte pour chanter la messe. A cette époque les notes telles que nous les connaissons n’existaient pas encore. En ce temps les moines chantaient des chants religieux qu’ils devaient apprendre par cœur, ce qui met des dizaines d’années. Pour les moines arrivants, on ajoutait des signes sur les livres de musiques à côté des chants écrits. Les livres étaient conçus pour une personne, ce qui présuppose que la personne connaissait déjà ces chansons puisque ce type de livre n'avait qu'une vocation mnémonique. Le moine qui détient ce livre instruit les autres. Ce que la notation de cette époque n'indique pas encore c’est la durée des sons (blanche, noire), c’est le chef du chœur qui conduit la chapelle en indiquant avec des gestes lorsqu'il il faut changer de note ou augmenter l’intensité. C’est une notation encore imparfaite bien que sur certains axes on soit capable de donner des indications expressives.
  • Au XIe siècle les signes musicaux sont plus étudiés et précis par rapport au passé. A cette époque apparaît la diastématie, une forme de notation qui spatialise, qui indique la distance entre les notes.
  •  Au XIIe siècle on inscrit les notes sous forme de barres écrites au-dessus du texte chanté. A partir des XIIe et XIIIe siècles la notation devient de plus en plus semblable à des carrés ou des losanges qui sont des premiers essais de notation de rapports de temporalité (mais qui ne sont pas clairement définis). Cette notion de temporalité reste relative, la durée n’est fixée qu’en fonction de la longueur du texte et non en fonction d’un chiffrage. Ce type de notation se fixe de manière définitive entre les XIIIe et XIVe siècles. La longueur des syllabes du texte latin donne celle des notes. Dans la langue latine les voyelles on des longueurs différentes. Les notes exécutées de manière plus rapide sont indiquées d’un losange et celles plus étendues d’un carré. À partir du XIIe siècle on commence à noter la polyphonie d’une manière improvisée. À partir du XIIe siècle la musique commence à être composée et notée pour la postérité.
  • Au XIIIe siècle paraissent les livres appelés «  livres de pupitre  ». Ce sont des livres de plus grande dimension (celle-ci est d’ailleurs proportionnelle à la dimension de la chapelle, plus la chapelle est grande et plus les livres de pupitres seront grands) pour permettre à tous les choristes une bonne lecture. Les dimension et le format d’un livre de musique sont toujours liés à la fonction que possède ce livre. 
  • Au XIVe siècle et en petite partie au XIIIe siècle on met en place une mesure du temps, on parle alors de musique mensurée et polyphonique. Une fois que l'on a différencié les divers formes que les notes peuvent avoir par rapport à leur longueur et à leur durée, il devient possible de noter la musique polyphonique d'une manière différente des précédentes. La seule manière de permettre aux exécuteurs de savoir comment procéder ensemble était d’adopter un type de notations avec des points de rencontre.
  • Au XVe siècle un autre type de notation s’impose : la notation blanche. À la fin du XVe siècle les livres de musique sont exclusivement des livres manuscrits, les textes verbaux deviennent imprimés avec des caractères de types mobiles diffusé très rapidement en Europe.
Other Languages
العربية: قطعة (موسيقى)
Boarisch: Partitur
български: Партитура
català: Partitura
čeština: Partitura
dansk: Partitur
Deutsch: Partitur
Ελληνικά: Παρτιτούρα
English: Sheet music
Esperanto: Partituro
español: Partitura
eesti: Partituur
euskara: Partitura
فارسی: پارتیتور
suomi: Partituuri
Frysk: Partituer
galego: Partitura
עברית: פרטיטורה
hrvatski: Partitura
magyar: Kottaírás
Հայերեն: Պարտիտուր
italiano: Partitura
日本語: 楽譜
қазақша: Партитура
한국어: 악보
Latina: Partitura
lietuvių: Partitūra
Nāhuatl: Cuicamoxtli
Nederlands: Partituur
norsk nynorsk: Partitur
norsk: Partitur
polski: Partytura
português: Partitura
română: Partitură
русский: Партитура
srpskohrvatski / српскохрватски: Partitura
Simple English: Sheet music
slovenčina: Partitúra
slovenščina: Partitura
српски / srpski: Партитура
svenska: Partitur
Türkçe: Partisyon
українська: Партитура
Bân-lâm-gú: Ga̍k-phó͘
粵語: 樂譜