Parti des travailleurs (France)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti des travailleurs.
Parti des travailleurs
Image illustrative de l'article Parti des travailleurs (France)
Logo officiel.
Présentation
Secrétaire national Daniel Gluckstein
Fondation 1991
Siège 87, rue du Faubourg-Saint-Denis
75010 Paris
Idéologie Internationalisme, trotskisme, socialisme, communisme, anarcho-syndicalisme, euroscepticisme
Affiliation internationale Entente internationale des travailleurs et des peuples
Couleurs rouge, noir
Site web Aucun

Le Parti des travailleurs (PT) est un parti politique français créé en  ; il a annoncé sa dissolution le dans le Parti ouvrier indépendant (POI).

Représenté officiellement par son secrétaire national Daniel Gluckstein, le Parti des travailleurs possédait une structure nationale fédérale (départements et courants). Son journal était l'hebdomadaire Informations ouvrières qui déclarait avoir près de 7 000 abonnés [1], [2] ; l' Organisation communiste internationaliste ( trotskiste lambertiste), qui avait environ 3 000 adhérents dans les années 1990 [3], est la composante la plus importante du PT.

Chronologie

  • 10- : le Mouvement pour un parti des travailleurs (MPPT) devient le Parti des travailleurs sur la base d'une charte en quatre points :
    • reconnaissance de la lutte des classes ;
    • défense de la laïcité de l'école et de l'État ;
    • défense de l'indépendance vis-à-vis de l'État et de l'indépendance réciproque des partis et des syndicats ;
    • abrogation des institutions antidémocratiques de la Ve République.
  •  : le PCI devient le Courant communiste internationaliste du PT.
  •  : élections européennes. La Liste pour l'Europe des travailleurs et de la démocratie, soutenue par le PT et conduite par Daniel Gluckstein, obtient 0,44 %.
  •  : création du Comité national pour l'abrogation du traité de Maastricht, réunissant le PT et certains membres du PCF (Rémy Auchédé, Jean-Jacques Karman).
  •  : premier tour de l'élection présidentielle : 0,47 % pour Daniel Gluckstein. Au second tour de l'élection présidentielle, le PT refuse d'appeler à voter pour Jacques Chirac.
  • Le PT appelle à voter « non » au référendum sur le traité constitutionnel européen lors du vote du 29 mai 2005, affirmant ainsi défendre les revendications et les acquis des travailleurs qu'il considère mis à mal par l'Europe de Maastricht et par les gouvernements successifs, de gauche comme de droite, ayant appliqué la politique de l'Union européenne.
  • Pour l'élection présidentielle de 2007, le Parti des travailleurs soutient Gérard Schivardi, maire de Mailhac et conseiller général de l' Aude (ex- PS), présenté par le Comité national pour la reconquête de la démocratie politique.
  •  : Daniel Gluckstein et Gérard Schivardi appellent à la formation d'un Parti ouvrier indépendant qui sera annoncée par ce dernier lors de sa campagne présidentielle [4].
  • 13, 14,  : Congrès de fondation du Parti ouvrier indépendant réunissant plusieurs centaines de délégués qui représentent 10 071 membres fondateurs [5].
Other Languages