Panneau de signalisation routière

Panneau (États-Unis) signalant le passage d'enfants et indiquant une limitation de vitesse
Panneau de signalisation bilingue indiquant l'entrée d'une agglomération en Italie
Panneau (Débuts de la signalisation routière : les panneaux du Touring club de France en 1904
Panneaux de signalisation routière (dont deux non réglementaires) à Bruxelles

Les panneaux de signalisation routière sont des éléments de la signalisation routière. Ils désignent à la fois le dispositif sur lequel est implanté un signal routier et le signal proprement dit.

Placés sur le côté des routes, ils ont pour fonction

  • de rendre plus sûre la circulation routière en informant les usagers d’éventuels dangers qu’ils peuvent rencontrer ;
  • de faciliter cette circulation, en indiquant par exemple les directions à suivre ;
  • d'indiquer ou de rappeler diverses prescriptions particulières de police ;
  • de donner des informations relatives à l'usage de la route.

Histoire

La signalisation routière est aussi vieille que les routes. Les premiers signes furent ceux donnant les directions. L'Empire romain a érigé des bornes, en colonnes de pierres, le long des routes pour indiquer les distances jusqu'à Rome. Au Moyen Âge, les signaux directionnels devinrent courants, indiquant la direction des villes aux carrefours. Inscrites sur des colonnes ou des bornes, les indications sont progressivement, à partir du XVIIIe et au e siècle, placées sur des plaques (en fonte, à partir de 1835), dites plaques de cocher, fixées sur les murs, les croix ou obélisques des carrefours, ou sur des poteaux métalliques.

La signalisation devint beaucoup plus importante avec le développement de l'automobile. Les principes de base de la plupart des signalisations furent définis le lors du premier Congrès international de la route qui s'est tenu à Paris.

La représentation symbolique sur les panneaux de circulation (par des pictogrammes, des images de carrefours, etc.) en remplacement de textes, apparaît dès le début du siècle : 1902 en France, 1903 en Italie, 1907 en Allemagne. La convention internationale de Genève de 1909 standardise au niveau international quatre types de signaux : virage, croisement, cassis et passage à niveau[1].

Depuis cette époque, des changements considérables sont intervenus et le nombre de panneaux différents a considérablement augmenté. En France, le nombre est ainsi passé de 4 en 1909 à 384 en 2007.

Pour plus de détail sur l'évolution des signaux, voir

Article détaillé : Signalisation routière#Histoire.

L'évolution de la nature des panneaux, considérés comme dispositifs sur lesquels sont implantés des signaux routiers, a quant à elle suivi l'évolution des techniques et des technologies.

Objet du quotidien, le panneau de signalisation a fait l'objet de quelques recherches en géographie, autour de son rôle dans la détermination du nouvelle relation entre usager de la route et territoire traversé[2].

Other Languages
العربية: لافتة مرورية
azərbaycanca: Yol nişanları
žemaitėška: Kelė znuoks
беларуская (тарашкевіца)‎: Дарожны знак
български: Пътен знак
Чӑвашла: Çул палли
English: Traffic sign
Esperanto: Trafiksignaloj
עברית: תמרור
Bahasa Indonesia: Rambu lalu lintas
íslenska: Umferðarmerki
日本語: 道路標識
한국어: 교통표지
lietuvių: Kelio ženklas
македонски: Сообраќаен знак
Nederlands: Verkeersbord
norsk nynorsk: Trafikkskilt
polski: Znak drogowy
srpskohrvatski / српскохрватски: Prometni znakovi
Simple English: Traffic sign
slovenčina: Dopravná značka
slovenščina: Prometna signalizacija
српски / srpski: Saobraćajni znakovi
svenska: Vägmärken
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: يول بەلگىسى
українська: Дорожній знак
Tiếng Việt: Biển báo giao thông