Palais des beaux-arts de Lille

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux-arts.
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Palais des beaux-arts de Lille
Logo du Palais des Beaux-Arts de Lille, format carré.png
Lille palais des beaux arts face 2.jpg
La façade du palais des Beaux-Arts
Informations générales
Type
Musée municipal
Ouverture
Surface
22 000 m2 dont 12 000 m2 de surface d'exposition
Visiteurs par an
301 073 (2015)
Site web
Collections
Collections
Époque
Nombre d'objets
72 430 œuvres (2015)
Bâtiment
Architecte
Protection
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Nord
voir sur la carte du Nord
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lille
voir sur la carte de Lille
Red pog.svg

Le palais des Beaux-Arts de Lille est un musée municipal d'art et d'antiquités situé place de la République à Lille, dans la région Hauts-de-France. C'est l’un des plus grands musées de France et le plus grand musée des beaux-arts, en dehors de Paris, en nombre d'œuvres exposées.

Créé en 1792 sous l'impulsion du peintre Louis Joseph Watteau, le fonds initial du musée est constitué d'œuvres confisquées aux émigrés et aux institutions religieuses de la ville au lendemain de la Révolution, parmi lesquelles plusieurs tableaux de Rubens, Van Dyck ou Jordaens. Il s'enrichit, en 1803, des œuvres données par l'État, conformément aux dispositions du décret Chaptal à l'origine de la création de nombreux musées de province, et le musée ouvre au public en 1809. Si l'État reste ensuite un contributeur important aux collections du musée, ce sont surtout les legs et donations, à partir des années 1850, qui conduisent à la constitution du fonds actuel. En 1881, la collection de tableaux atteint une dimension telle que Géry Legrand, maire de Lille, décide la construction d'un palais des beaux-arts pour les accueillir. Son ouverture, en 1892, offre l'occasion de regrouper plusieurs collections de peintures, et aussi de sculptures, de dessins, de pièces anciennes et d'objets d'art, jusqu'alors dispersées. Les acquisitions de la ville sont par ailleurs très dynamiques jusqu'à la veille de la Première Guerre mondiale. Elles comprennent quelques œuvres majeures, de David, Goya, Delacroix, Courbet, Corot ou Puvis de Chavannes, dont certaines ont marqué l'histoire de la peinture, mais surtout des œuvres anciennes ou contemporaines d'artistes d'origine régionale et locale qui viennent compléter les autres formes d'apports. Il en résulte des collections où les pièces flamandes et hollandaises du XVe au XVIIe siècles et françaises du XIXe siècle tiennent une place de tout premier rang.

Tirées d'un fonds de plus de 70 000 œuvres, le musée en propose aujourd'hui près de 2 000 à la visite. Ce sont en particulier 200 pièces de sculptures, de peintures et d’objets d’art de l’Europe médiévale et de la Renaissance, plus de 500 œuvres peintes du XVIe au XXe siècles, quelque 135 sculptures du XIXe siècle, une belle collection de céramiques du XVIe au début du XXe siècle et 15 plans-reliefs au six-centième de villes fortifiées par Vauban. Le musée possède également un cabinet des dessins riche de 6 500 feuilles de dessins et d'estampes du XVe au XXe siècles et une collection numismatique de plusieurs milliers de pièces et médailles, ainsi que 250 matrices de sceaux allant du XIIIe au XIXe siècles. Rénové entre 1991 et 1997, le musée accueille aussi une salle d'expositions temporaires, un auditorium, une bibliothèque et des ateliers pédagogiques.

Le palais des Beaux-Arts lui-même a été inscrit à l'inventaire des monuments historiques en 1975.

Sommaire