Pédologie (géoscience)

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d' appels de notes.

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'étude géologique des sols. Pour leur étude en tant qu'habitat naturel des plantes, voir Édaphologie. Pour l'étude psychophysiologique des enfants, voir Pédologie (psychologie).
Pédologue observant les horizons, inclusions et structures du sol, dans une fosse pédologique.
Exemple de profil de sol.

La pédologie (du grec πέδον pédon : « sol » et λόγος lógos : « étude ») est une science ayant pour but d’étudier la pédogenèse, c'est-à-dire la formation et l'évolution des sols, notamment au travers de plusieurs taxonomies des sols.

La pédologie examine les constituants de la terre (minéraux, matières organiques), leur agencement (granulométrie, structure, porosité), leurs propriétés physiques (transfert de l'eau et de l'air), leurs propriétés chimiques (rétention des ions, pH). Elle porte des diagnostics sur les types de sol (classification) et sur leur dynamique (types de genèse : pédogenèse). Elle en déduit des applications ( fertilité).

Histoire

Le sol a été étudié dès l' Antiquité par les Grecs et les Latins, puis par les agronomes andalous au Moyen Âge. La science des sols prit son essor au XVIe siècle avec Bernard Palissy et Olivier de Serres, et se développa au XVIIIe.

Elle devient un sujet d'étude important au XIXe siècle. La naissance de la pédologie comme science date de 1883 et de la publication de la thèse Russian Chernozem du géographe russe Vassili Dokoutchaïev [1]. Le sol est désormais considéré comme un corps naturel qu'il faut étudier par lui-même. La pédologie est également abordée par Charles Darwin.

Au XXe siècle, en Europe, la cartographie pédologique structurée en fonction des différents types de sols prend une autre dimension ; elle est désormais plus largement reconnue et relève de la responsabilité des pouvoirs publics de chaque État. Aujourd’hui, elle est mise en relation avec la protection de l’environnement et des eaux, la fertilisation ciblée (et économe) et la promotion d’une végétation naturelle et adaptée à l’environnement. La cartographie des sols se développe ainsi, avec notamment les cartes de pédo-paysages [2].

L'enjeu de cette science est reconnu lors du Sommet de la Terre de 1992 qui développe la notion de sol comme compartiment de l' écosystème terrestre, à l'interface entre biosphère et lithosphère, qu'il faut protéger [3].