Osiris

Wikipédia:Bons articles Vous lisez un «  bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le dieu égyptien Osiris. Pour une description des rites et du symbolisme du culte d'Osiris, voir Mystères d'Osiris. Pour les autres significations, voir Osiris (homonymie).
Osiris
Divinité égyptienne
Osiris portant la couronne Atef et les attributs de la royauté
Osiris portant la couronne Atef et les attributs de la royauté
Caractéristiques
Autre(s) nom(s) Ousir, Ounen-Néfer, Khenty-Imentyou
Nom en hiéroglyphes
D4
Q1
A40
Translittération Hannig Wsjr
Représentation Homme momifié
Groupe divin Grande Ennéade d'Héliopolis
Parèdre Isis
Culte
Région de culte Égypte antique
Temple(s) Abydos
Lieu principal de célébration Héliopolis
Symboles
Attribut(s) Barbe postiche, sceptre Héka, Nékhekh, couronne Atef, Pilier Djed
Couleur Noir (représentant la mort)
Vert (représentant la renaissance)

Osiris (du grec ancien : Ὄσιρις) est un dieu du panthéon égyptien et un roi mythique de l' Égypte antique. Inventeur de l' agriculture et de la religion, son règne est bienfaisant et civilisateur. Il meurt noyé dans le Nil, assassiné dans un complot organisé par Seth, son frère cadet. Malgré le démembrement de son corps, il retrouve la vie par la puissance magique de ses sœurs Isis et Nephtys. Le martyre d'Osiris lui vaut de gagner le monde de l' au-delà dont il devient le souverain et le juge suprême des lois de Maât.

Au Moyen Empire égyptien, la ville d' Abydos devient la cité du dieu Osiris. Elle attire ainsi de nombreux fidèles en quête d'éternité. La renommée de cette cité repose sur ses festivités cultuelles du Nouvel An et sur une sainte relique, la tête du dieu.

Durant le Ier millénaire avant notre ère, Osiris conserve son statut de dieu funéraire et de juge des âmes. Cependant, ses aspects de dieu des flots du Nil et, par là-même, de dieu de la fertilité, acquièrent la primauté, augmentant ainsi sa popularité auprès de la population nilotique. Des colons grecs installés à Memphis adoptent son culte dès le IVe siècle avant notre ère sous sa forme locale de Osiris- Apis, le taureau sacré mort et momifié. Les souverains lagides importent ce culte dans leur capitale Alexandrie sous la forme de Sérapis, le dieu syncrétique gréco-égyptien. Après la conquête de l'Égypte par les forces romaines, Osiris et Isis s'exportent vers Rome et son empire. Ils s'y maintiennent, avec des hauts et des bas, et ce jusqu'au IVe siècle de notre ère (interdiction du paganisme en 392 par l’empereur Théodose) pour finalement être évincés par le christianisme. Le culte osirien, actif depuis le XXVe siècle avant notre ère, durera jusqu'au VIe siècle de notre ère, quand fermera vers 530 le temple d'Isis de l'île de Philæ, le dernier d' Égypte, fermeture ordonnée par l'empereur Justinien [1].

Présentation

Étymologie

Osiris
D4
Q1
A40
Wsjr

Le théonyme Osiris est une translittération en alphabet latin d'un mot issu du grec ancien : Ὄσιρις qui a lui-même pour origine un mot de la langue égyptienne : Wsjr variablement translittéré selon les auteurs par Asar, Asari, Aser, Ausar, Ausir, Wesir, Ousir, Ousire ou Ausare, la prononciation égyptienne d'origine n'étant pas connue du fait que l'écriture hiéroglyphique ne restitue pas toutes les voyelles. Plusieurs égyptologues ont tenté de donner une signification au théonyme Osiris. En 1980, John Gwyn Griffiths propose que Wsjr dérive de Wser et signifie « le Puissant ». D'ailleurs, une des plus anciennes attestations du dieu Osiris apparaît dans le mastaba du défunt Netjer-ouser (Dieu-puissant). En 1987, Wolfhart Westendorf propose l'étymologie Waset-jret : « celle qui porte l'œil ». En 1985, David Lorton émet l'hypothèse que Wsjr est un mot composé issu du morphème set associé à jret ; set-jret signifiant « l'activité rituelle ». Osiris serait alors « Celui qui bénéficie de l'activité rituelle » [2]. Selon la vision égyptienne, les forces destructrices sont en lutte perpétuelle contres les forces positives. En cela, Seth s'oppose à son frère Osiris, symbole de la terre fertile et nourricière.

Premières attestations

Fausse-porte du tombeau de Ptahchepsès - British Museum

Osiris est l'une des principales divinités du panthéon égyptien. Cependant les origines de son culte restent encore très obscures. En l'état des connaissances égyptologiques, les plus anciennes attestations d'Osiris remontent au XXVe siècle avant notre ère et datent de la fin de la IVe ou du début de la Ve dynastie. Le nom d'Osiris se repère pour la première fois dans une formule d’offrande adressée à Osiris et à Anubis par une probable fille de Chéphren ; Hemet-Rê, fille royale et prêtresse d' Hathor. Elle est sans doute décédée sous le règne du roi Chepseskaf, le dernier souverain de la IVe dynastie. L'inscription figure sur le linteau de l'entrée de sa tombe située à Gizeh [3].

La première représentation d'Osiris est lacunaire, car figurant sur un fragment du temple haut du roi Djedkarê Isési. Le dieu figure comme un personnage masculin coiffé d'une longue perruque divine [4].

Un autre de ces anciens témoignages archéologiques est une inscription du nom d'Osiris sur le linteau de la tombe du grand prêtre Ptahchepsès. Ce dernier décède sous le règne du roi Niouserrê. Découvert à Saqqarah la grande nécropole de Memphis, le linteau est à présent conservé par le British Museum de Londres [5].

Les Textes des Pyramides regroupent des litanies et des incantations récitées lors des cérémonies funéraires royales. Ces textes sont gravés sur les parois des chambres funéraires à partir du roi Ounas dernier membre de la Ve dynastie. On ne parvient guère avec cette documentation à déduire où et quand le culte osirien est apparu. Le chapitre 219 évoque pourtant divers lieux de cultes situés dans plusieurs villes de la vallée du Nil dont Héliopolis, Bousiris, Bouto, Memphis et Hermopolis Magna. Chose étrange, Abydos n'est pas mentionnée dans cette liste [6]. Le culte d'Osiris est pourtant introduit dans cette ville sous la Ve dynastie. Abydos est pour le culte osirien le plus important lieu de pèlerinage à partir du Moyen Empire égyptien. Les Textes des Pyramides mentionnent en effet que le corps du dieu assassiné fut retrouvé gisant près des rives du Nil à Nédit (ou Géhésti), un territoire proche d'Abydos [7].

Archétypes et associations

Selon l'égyptologue Bernard Mathieu, l'apparition du dieu Osiris résulte d'une décision royale, car son culte se diffuse soudainement sur l'ensemble du territoire égyptien, lors des débuts de la Ve dynastie [8]. Son nom est un jeu graphique volontaire basé sur le hiéroglyphe représentant le trône. Dès le départ, Osiris est donc lié à la déesse Isis, le nom de cette dernière signifiant le trône. Osiris est le roi des domaines funéraires et le juge des défunts. Sa représentation est anthropomorphe, très éloignée des formes animales que peuvent prendre d'autres divinités issues de la période prédynastique ( bovidés, crocodiles, faucons) [9]. Le dogme osirien est élaboré par le clergé d' Héliopolis sous le contrôle du pouvoir monarchique qui se charge de le diffuser dans tout le pays, sans doute pour mieux asseoir son ascendant sur les grands temples comme ceux de Bousiris, d' Abydos ou d' Héracléopolis [10].

Osiris est associé à d'autres divinités. En Basse-Égypte, à Bousiris, il absorbe les qualités d' Andjéty, dieu tutélaire de cette localité dès la préhistoire [11]. La représentation de ce dieu berger se caractérise par ses deux hautes plumes sur la tête, retenues par un long bandeau, avec dans ses mains le sceptre Héka et le flagellum Nékhekh [12]. Osiris est aussi assimilé au dieu funéraire Sokar qui veille sur la nécropole memphite. Ce dieu est représenté par l'association d'un corps d'homme, qui est parfois gainé dans un linceul, et d'une tête de faucon et très souvent sans aucun signe distinctif. On le représente aussi parfois sous la forme d'un faucon momifié [13]. En Haute-Égypte, Osiris s’implante plus particulièrement dans le Nome de la Grande Terre, région entourant la ville de Thinis, la plus ancienne capitale de l' Égypte antique [14]. Cette ancienne cité n'est toujours pas localisée avec certitude. On sait toutefois qu'Osiris y fut rapproché du dieu Onouris [15]. Ce dieu est un homme à barbe qui porte une coiffe composée de quatre hautes plumes. Onouris, dans son aspect funéraire, porte l' épithète de Khentamenti, le « Chef de l'Occident » [16]. La nécropole thinite se situait à Abydos. Là, Osiris s'assimile à Khentamentiou, le « Chef des Occidentaux », divinité funéraire proche d' Oupouaout et représentée sous la forme d'un canidé noir.

Représentations

Le dieu Osiris est intimement lié à la monarchie égyptienne. Le dieu est vu comme un roi défunt puis divinisé. Ses attributs sont ainsi ceux des souverains égyptiens. Osiris fut considéré comme un souverain de l'Égypte entière. Ses représentations ne le font pourtant voir qu'avec la couronne Hedjet de couleur blanche, symbole de la Haute-Égypte. Cette couronne se présente sous la forme d'un bonnet se rétrécissant vers le haut et se terminant par un renflement. Toutefois cette couronne peut s'augmenter de deux hautes plumes latérales, probablement d' autruche, on parle alors de la couronne Atef. Ses autres symboles royaux sont le sceptre Héka et le flabellum Nékhekh qu'il tient dans ses mains croisés sur sa poitrine. Osiris étant un dieu mort, ses représentations le font voir comme un corps momifié. Ses postures sont diverses, couché sur son lit funèbre, assis sur le trône ou debout tel un être ayant vaincu la mort [17].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Épithètes

Osiris est un dieu complexe dont la présence est attestée sur tout le territoire égyptien. Ce dieu regroupe en son sein plusieurs facettes. Ses aspects de dieu funéraire sont bien connus. Mais Osiris est aussi une divinité qui veille au bon fonctionnement de l'univers. Son action bienfaisante est ainsi à l'œuvre dans le défilé des étoiles ou dans le cycle saisonnier de la végétation [18]. Par conséquent, Osiris se présente à ses adorateurs sous une multiplicité de noms. Des litanies sont psalmodiées à « Osiris sous tous ses noms ». Très tôt, Osiris est doté de l'épithète « Celui qui a beaucoup de noms » (ash renou). Cette accumulation d'épithètes et de noms apparaît dans le chapitre 142 du Livre des Morts. Ce texte permet au défunt d'accéder à la vie éternelle à l'image d'Osiris. Pour ce faire le défunt énumère une liste de 115 épithètes attachées au nom d'Osiris. Plus le fidèle énumère de noms, plus il reconnaît et accepte la puissance de la divinité invoquée [19]. Les différentes fonctions du dieu et les différentes villes où son culte est présent s'enchaînent pêle-mêle, sans ordre logique :

Statue théophore de Psammétique. XXVIe dynastie. Musée du Louvre.

Osiris Ounnefer,
Osiris vivant,
Osiris maître de vie,
Osiris maître de l'Univers, (...),
Osiris qui préside au grain,
Osiris Orion, (...),
Osiris maître des millions d'années,
Osiris âme des deux dames,
Osiris- Ptah maître de vie,
Osiris qui préside à Ro-Sétaou,
Osiris régent des rives, qui réside à Bousiris, (...),
Osiris dans son palais à Ro-Sétaou,
Osiris dans le nôme d' Abydos,
Osiris dans Nedyt,
Osiris qui préside à sa ville,
Osiris le souverain, (...),
Osiris dans le ciel,
Osiris dans la terre,
Osiris l'intronisé, (...)
Osiris qui régit l'éternité à Héliopolis,
Osiris engendreur,
Osiris dans la barque de la nuit, (...),
Osiris qui préside à l'Occident,
Osiris dans toutes ses places, (...)

— Extraits du chap.142 du Livre des Morts. Traduction de Paul Barguet [20]

Other Languages
Afrikaans: Osiris
Alemannisch: Osiris
العربية: أوزيريس
azərbaycanca: Osiris
беларуская: Асірыс
беларуская (тарашкевіца)‎: Асырыс
български: Озирис
বাংলা: ওসাইরিস
brezhoneg: Osiris
bosanski: Oziris
català: Osiris
čeština: Usir
dansk: Osiris
Deutsch: Osiris
Ελληνικά: Όσιρις
English: Osiris
Esperanto: Oziriso
español: Osiris
eesti: Osiris
euskara: Osiris
فارسی: ازیریس
suomi: Osiris
Gaeilge: Óisíris
עברית: אוסיריס
हिन्दी: ओसिरिस
hrvatski: Oziris
magyar: Ozirisz
Հայերեն: Օսիրիս
Bahasa Indonesia: Osiris
íslenska: Ósíris
italiano: Osiride
日本語: オシリス
ქართული: ოსირისი
한국어: 오시리스
Кыргызча: Осирис
Latina: Osiris
lietuvių: Ozyris
latviešu: Ozīriss
македонски: Озирис
മലയാളം: ഒസീരിസ്
Bahasa Melayu: Dewa Osiris
Nāhuatl: Osiris
norsk bokmål: Osiris
occitan: Osiris
polski: Ozyrys
پښتو: اوسيريس
português: Osíris
română: Osiris
русский: Осирис
sicilianu: Osiride
Scots: Osiris
srpskohrvatski / српскохрватски: Oziris
Simple English: Osiris
slovenčina: Usir
slovenščina: Oziris
српски / srpski: Озирис
svenska: Osiris
தமிழ்: ஒசைரிஸ்
Tagalog: Osiris
Türkçe: Osiris
українська: Осіріс
اردو: اوزیریس
Tiếng Việt: Osiris
中文: 欧西里斯