Organisme auxiliaire

En protection des cultures, les organismes auxiliaires sont :

  • des antagonistes aux organismes nuisibles des cultures ;
  • des pollinisateurs.
Un exemple d'insectes auxiliaires : les larves de coccinelles (ici, sortant de leurs œufs).

Ils contribuent aux services écologiques rendus par la biodiversité.

Dans le cadre de la protection des végétaux contre les ennemis des cultures, ces organismes auxiliaires sont aussi appelés organismes utiles. Ils peuvent être élevés et diffusés dans certaines cultures ou sylvicultures, ou ils peuvent être favorisés par certaines pratiques (pose de nichoirs, de perchoirs, renaturation, conservation et restauration de réseaux écologiques ( Trame verte, trame bleue), de corridors de types haies, bocage et ripisylveetc., ou d'autres types de zones-tampon autour des cultures ( bandes enherbées, bandes fleuries...

Les larves de coccinelles issues d'élevage et utilisées contre les pucerons sont l'exemple le plus connu du public, mais quelques autres espèces ont été élevées et vendues comme auxiliaires des cultures ou des jardins (y compris des lombrics)

Enjeux

Selon un rapport [1] de l'ONU de 2017, les pesticides génèrent encore beaucoup trop d'effets négatifs sur l'environnement et la santé et il est possible de produire assez de nourriture pour nourrir neuf milliards de terriens avec une agriculture plus écologique, et des quantité de pesticides chimiques substantiellement moins importante, si l'on utilise mieux la lutte biologique basée sur les auxiliaires de l'agriculture [2]. Pour cela des mesures politiques sont nécessaires, afin d'accélérer le développement et l'utilisation d'une protection des cultures respectueuse de l'environnement. Les auxiliaires de l'agriculture sont maintenant également préconisés par la directive européenne sur l'utilisation soutenable des pesticides [3].

Other Languages
Deutsch: Nützling
eesti: Kasurid
norsk: Nyttedyr