OpenBSD

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section «  Notes et références » (, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (avril 2013).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page ().

OpenBSD
Logo
Free, Functional & Secure
Free, Functional & Secure

Famille Type Unix ( BSD)
Type de noyau Monolithique
État du projet actif
Plates-formes Alpha, AMD64, armish, PA-RISC, i386, SH4, Loongson, macppc, sgi, Sparc, Sparc64, VAX, Zaurus et autres [1]
Entreprise /
Fondateur
Theo de Raadt Voir et modifier les données sur Wikidata
Licence ISC [2], et compatibles BSD [3]
Première version [4] Voir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version stable 6.0 () [5], [6], [7] Voir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version avancée 5.9-beta () [8] Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.openbsd.org Voir et modifier les données sur Wikidata

OpenBSD est un système d'exploitation libre de type Unix, dérivé de 4.4BSD. Créé en 1994 par Theo de Raadt, il est issu de la séparation avec NetBSD, le plus ancien des trois autres principaux systèmes d'exploitation de la famille des BSD aujourd'hui en activité. Le projet OpenBSD est réputé pour son intransigeance sur la liberté du logiciel et du code source, la qualité de sa documentation, et l'importance accordée à la sécurité et la cryptographie intégrée.

OpenBSD inclut un certain nombre de mesures de sécurité absentes ou optionnelles dans d'autres systèmes d'exploitation. Ses développeurs ont pour tradition de réaliser des audits de code à la recherche de problèmes de sécurité et de bogues. Le projet suit des politiques strictes sur les licences et préfère sa propre licence open source ISC et autres variantes de la licence BSD : dans le passé, ceci a conduit à un audit exhaustif des licences et des remplacements, voire des suppressions de codes sous licences considérées comme moins acceptables.

À l'instar de la plupart des systèmes d'exploitation basés sur BSD, le noyau d'OpenBSD et ses programmes utilisateurs, tels que le shell et les outils habituels comme cat et ps, sont développés dans un seul et même dépôt CVS. Les logiciels tiers sont offerts en paquets binaires ou peuvent être compilés depuis leurs sources grâce à la collection des ports.

Le projet est coordonné par Theo de Raadt de sa maison à Calgary, Alberta, Canada, et la mascotte du projet est Puffy, un diodon.

Développeurs d'OpenBSD au MIT

Histoire

Theo de Raadt était le cofondateur de NetBSD, et membre de l'équipe de développement. En 1994, l'équipe lui demanda de démissionner et son accès au CVS fut révoqué. Les raisons de cette éviction restent incertaines à ce jour, mais plusieurs autres membres de l'équipe de NetBSD ont évoqué des problèmes de relations avec de Raadt. Il lui était notamment reproché d'être désagréable avec les utilisateurs en employant un ton agressif sur les listes de discussion de NetBSD.

La personnalité de Theo de Raadt

Aux dires de nombreuses autres personnalités du logiciel libre, dont Linus Torvalds, celle de Theo de Raadt est réputée comme étant franche et difficile. Ses prises de positions tranchées sont source de conflits, et sont parfois considérées comme blessantes. De Raadt déclarait ceci à propos du système d'exploitation GNU/Linux dans une interview au journal Forbes : « C'est terrible [...] Tout le monde l'utilise, et ils ne réalisent pas à quel point il est mauvais. Et les utilisateurs de Linux s'en contenteront et l'étofferont plutôt que de prendre du recul et de dire "C'est n'importe quoi et nous devrions y remédier". » [9]

Bien que sa personnalité laisse rarement indifférent, la plupart des commentateurs s'accordent à reconnaître en Theo de Raadt un programmeur talentueux et un gourou de la sécurité. Sa spontanéité, que certains apprécient, s'est illustrée dans ce conflit avec l'équipe de NetBSD, dont la plupart des membres gardent encore aujourd'hui le silence sur cet épisode [10]. À l'inverse, Theo de Raadt répondit à toutes les questions qui lui furent posées, et mit à disposition les courriels échangés et les logs des salons de discussion avec l'équipe de NetBSD.

Une démission contrainte

Theo de Raadt ne fut pas exclu d'emblée du projet NetBSD. Le dépôt CVS de ce projet nécessite différents niveaux de droits en lecture et en écriture. En tant que cofondateur et deuxième contributeur le plus actif, de Raadt disposait d'un accès en lecture et écriture sur la base du système. L'équipe de NetBSD lui retira alors la possibilité d'envoyer directement des modifications dans le dépôt, et de rendre ces changements permanents. De Raadt était alors contraint d'envoyer chacune de ses contributions par courriel à un membre de l'équipe pour examen.

De Raadt considéra cette mesure comme abusive et essaya vainement de recouvrer un plein accès au dépôt CVS de NetBSD. L'équipe de développement voulant s'assurer que ses contributions seraient « positives », elle proposa à de Raadt plusieurs solutions parmi lesquelles une lettre à signer, résumant les conditions, les droits et les devoirs de Raadt. Après plusieurs mois de disputes sur les listes de discussion du projet, de Raadt démissionna officiellement et créa en 1994 le système d'exploitation OpenBSD d'après la version 1.0 de NetBSD, comme l'en autorisait la licence.

La création d'OpenBSD

Après la création d'OpenBSD, chaque projet essaya d'attirer à lui des développeurs. Deux camps quasi hermétiques se formèrent rapidement, et plusieurs développeurs de NetBSD suivirent de Raadt. Ce dernier s'aperçut qu'un certain nombre de courriels et de lettres publiées sur son site web personnel avaient disparu. Bien qu'il refusa formellement d'incriminer des membres de l'équipe de NetBSD, Theo de Raadt décida d'examiner la sécurité de NetBSD, qu'il jugea déficiente.

Peu après la création d'OpenBSD, Theo de Raadt fut contacté par Secure Networks inc. (ou SNI), une société locale de logiciels de sécurité qui développait un outil d'audit de la sécurité réseau nommé Ballista (renommé en Cybercop Scanner après le rachat de SNI par Network Associates), destiné à trouver et à essayer d'exploiter les possibles failles de sécurité d'un logiciel. Ceci coïncida avec l'intérêt propre de De Raadt dans la sécurité : les deux parties décidèrent ainsi de coopérer, dans une relation particulièrement bénéfique qui conduisit à la publication d'OpenBSD 2.3.

Other Languages
العربية: أوبن بي إس دي
беларуская: OpenBSD
беларуская (тарашкевіца)‎: OpenBSD
български: OpenBSD
brezhoneg: OpenBSD
bosanski: OpenBSD
català: OpenBSD
čeština: OpenBSD
dansk: OpenBSD
Deutsch: OpenBSD
Ελληνικά: OpenBSD
English: OpenBSD
Esperanto: OpenBSD
español: OpenBSD
eesti: OpenBSD
euskara: OpenBSD
suomi: OpenBSD
galego: OpenBSD
עברית: OpenBSD
hrvatski: OpenBSD
magyar: OpenBSD
Ilokano: OpenBSD
íslenska: OpenBSD
italiano: OpenBSD
日本語: OpenBSD
한국어: OpenBSD
lietuvių: OpenBSD
latviešu: OpenBSD
Bahasa Melayu: OpenBSD
नेपाली: ओपन बिएसडी
Nederlands: OpenBSD
norsk nynorsk: OpenBSD
norsk bokmål: OpenBSD
polski: OpenBSD
português: OpenBSD
română: OpenBSD
русский: OpenBSD
Scots: OpenBSD
srpskohrvatski / српскохрватски: OpenBSD
සිංහල: OpenBSD
Simple English: OpenBSD
slovenčina: OpenBSD
slovenščina: OpenBSD
српски / srpski: OpenBSD
svenska: OpenBSD
Türkçe: OpenBSD
українська: OpenBSD
中文: OpenBSD