Odile Moirin

Odile Moirin
Fonctions
Députée de la 6e circonscription de l’Essonne

(4 ans et 24 jours)
Prédécesseur Claude Germon ( PS)
Successeur François Lamy ( PS)
Conseillère générale de l' Essonne
élue dans le canton de Massy-Est

(5 ans, 11 mois et 21 jours)
Prédécesseur Marie-Pierre Oprandi
Successeur Jérôme Guedj ( PS)
Biographie
Date de naissance (75 ans)
Lieu de naissance Paris
Nationalité Française
Parti politique RPR
Profession Animatrice de vente

Odile Moirin, née le à Paris, est une femme politique française. Membre du Rassemblement pour la République, elle fut député de la sixième circonscription de l'Essonne et conseiller général du canton de Massy-Est.

Biographie

Origines et vie familiale

Odile Moirin est née le à Paris [1].

Études et formation

Carrière professionnelle

Odile Moirin exerçait la profession d’ animatrice de vente [1].

Carrière politique

Odile Moirin remporta son premier combat politique lors des élections cantonales de 1992 dans le canton de Massy-Est où elle battu le conseiller général sortant socialiste Marie-Pierre Oprandi avec 54,60 % des suffrages [2]. Lors des élections législatives de 1993, elle battu le député- maire socialiste sortant de Massy Claude Germon avec 54,26 % des suffrages [3]. En 1994, elle fit partie des mille élus franciliens qui apportèrent leur soutien au candidat Jacques Chirac en vue de la campagne pour l’ élection présidentielle de 1995 [4]. Lors des élections municipales de 1995 à Palaiseau, elle se positionna contre le conseiller général RPR Jacques Allain, sans toutefois l’empêcher de remporter la mairie [5], [6]. Lors des élections législatives de 1997, elle fut battue par le socialiste François Lamy, ne remportant que 46,88 % des suffrages [7]. En 1997, ex-présidente du groupe RPR au Conseil général de l'Essonne, elle entra en dissidence avec le président Xavier Dugoin, mis en examen par la justice [8], [9]. Lors des élections législatives de 2002, n’ayant pas obtenu l’investiture de l’ Union pour un mouvement populaire, elle se présenta sous l’étiquette du Rassemblement pour la France mais ne recueillit que 1,21 % des suffrages au premier tour, et ne put se maintenir [10]. Au cours de cette campagne, un recours en contentieux concernant son compte de campagne fut rejeté par décision du Conseil constitutionnel [11].

Other Languages