Nuage

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nuage (homonymie).
Nuage rencontre musique
Stratocumulus perlucidus, vu d'un hublot d'avion.

En météorologie, un nuage est une masse visible constituée initialement d'une grande quantité de gouttelettes d’ eau (parfois de cristaux de glace associés à des aérosols chimiques ou des minéraux) en suspension dans l’ atmosphère au-dessus de la surface d'une planète. L’aspect d'un nuage dépend de la lumière qu’il reçoit, de la nature, de la dimension, du nombre et de la répartition des particules qui le constituent. Les gouttelettes d’eau d’un nuage proviennent de la condensation de la vapeur d’eau contenue dans l’ air. La quantité maximale de vapeur d’eau (gaz invisible) qui peut être contenue dans une masse d'air est fonction de la température : plus l’air est chaud, plus il peut contenir de vapeur d’eau.
(Voir les articles Pression de vapeur saturante et Formule de Clapeyron)

Histoire des représentations des nuages

L' histoire des représentations des nuages présente les différentes perceptions des nuages au cours des siècles.

La majorité des philosophes de l' Antiquité considèrent que les nuages sont issus des exhalaisons humides que dégagent la mer et les cours d'eau [1]. Ainsi Aristote dans son traité des Météorologiques utilise sa théorie des quatre éléments pour classer les nuages dans les météores aqueux (les hydrométéores). L'explication aristotélicienne repose sur la double exhalaison tellurique provoquée par l'aspiration du soleil : des vapeurs naissent des lieux humides et se concentrent dans l'air pour former les météores humides, des exhalaisons sèches naissent de la terre pour former les météores secs (vents, foudre, tonnerre, météores ignés tels que comètes, étoiles filantes et voie lactée) [2].

Au e siècle, appelé nue [3], le nuage est perçu dans une perspective théologique comme la « nuée mystique », c'est-à-dire le voile de Dieu (allant jusqu'à dévoiler le paradis lors d'un éclair) [4] ou selon une perspective plus naturelle (classification selon les couleurs [5] en nuages noirs apportant la pluie selon la métaphore des nimborum naves, « navires de pluie », nuages lumineux et blancs s'étant vidé de leur eau, éventuellement en nuages rouges de l'aurore et du crépuscule) mais sa nature fait débat [6]. La renaissance du renaissance du e siècle voit la diffusion des ouvrages d' Aristote, notamment les Météorologiques dans lesquels il décrit les nuages sans parvenir à expliquer pourquoi ces particules restent en suspension dans l'atmosphère [7] : à partir du XIIIe siècle, les scolastiques et les encyclopédistes envisagent alors le nuage non plus simplement comme un objet dans le ciel mais comme une matière faite d'air, d'eau, voire de feu selon la théorie aristotélicienne des Quatre éléments, tel Barthélemy l'Anglais dans son Livre des propriétés des choses [8].

À la fin du Moyen Âge, la littérature qui a jusque-là du mal à saisir le caractère éphémère et mobile du nuage, développe ce thème qui correspond encore plus aux inspirations des siècles suivants (période baroque et romantisme, notamment le Sturm und Drang allemand) [9]. Néanmoins, le nuage représenté dans les arts reste essentiellement du domaine du sacré jusqu'au XIXe siècle ( hiérophanie de l'ascension du Christ, visions mystiques) [10]. À partir du XIXe siècle et jusqu'à aujourd'hui, les artistes comme Claude Monet, John Constable ou Olafur Eliasson utilisent les observations scientifiques des nuages (notamment à partir de montées en ballons) dans leurs œuvres [11].

Avant le XIXe siècle, les nuages sont donc avant tout des objets esthétiques. Les savants tentent de les décrire subjectivement mais leur nature trop diverse, complexe et leur fugacité est un obstacle à leur catégorisation bien qu'il y ait eu quelques tentatives pour les utiliser dans les prévisions météorologiques. Jean-Baptiste de Lamarck propose en 1802 la première classification scientifique des nuages [12] par une liste de termes descriptifs [13] en français, mais c'est le système de Luke Howard, utilisant le latin universel de la classification binomiale de Carl von Linné, qui connaît le succès dès sa parution en 1803 et dont la terminologie est toujours utilisée aujourd'hui [14]. En 1855, Émilien Renou [15] proposa l’ajout des genres Altocumulus et Altostratus. En septembre 1896, cette version élargie de la classification originelle de Howard fut officiellement adoptée et publiée dans le premier Atlas international des nuages de 1896. L’édition actuelle publiée par l’ Organisation météorologique mondiale date de 1956 pour le volume I et de 1987 pour le volume II. C’est elle qui fait foi dans les différents services météorologiques nationaux.

Other Languages
Afrikaans: Wolk
Alemannisch: Wolke
aragonés: Boira
Ænglisc: Wolcen
العربية: سحاب
ܐܪܡܝܐ: ܥܢܢܐ
asturianu: Nube
Aymar aru: Qinaya
azərbaycanca: Bulud
تۆرکجه: بولود
башҡортса: Болот
Boarisch: Woikn
žemaitėška: Debesis
беларуская: Воблакі
беларуская (тарашкевіца)‎: Хмара
български: Облак
भोजपुरी: बादर
Bahasa Banjar: Rakun (météorologi)
বাংলা: মেঘ
བོད་ཡིག: སྤྲིན།
brezhoneg: Koumoul
bosanski: Oblak
буряад: Үүлэн
català: Núvol
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Hùng
ᏣᎳᎩ: ᎤᎶᎩᎸ
Tsetsêhestâhese: Vo'e
کوردی: ھەور
corsu: Nivulu
čeština: Oblak
Cymraeg: Cwmwl
Deutsch: Wolke
डोटेली: बादल
Ελληνικά: Νέφος
emiliàn e rumagnòl: Nóvvla
English: Cloud
Esperanto: Nubo
español: Nube
eesti: Pilv
euskara: Hodei
estremeñu: Nuvi
فارسی: ابر
suomi: Pilvi
Võro: Pilv
Nordfriisk: Swarken
furlan: Nûl
Frysk: Wolk
Gaeilge: Scamall
Gàidhlig: Neul
galego: Nube
Avañe'ẽ: Arai
ગુજરાતી: વાદળ
Gaelg: Bodjal
客家語/Hak-kâ-ngî: Yùn
עברית: ענן
हिन्दी: बादल
hrvatski: Oblaci
Kreyòl ayisyen: Nwaj
magyar: Felhő
Հայերեն: Ամպ
interlingua: Nube
Bahasa Indonesia: Awan
Ilokano: Ulep
Ido: Nubo
íslenska: Ský
italiano: Nuvola
ᐃᓄᒃᑎᑐᑦ/inuktitut: ᓄᕗᔭᖅ
日本語:
Patois: Kloud
la .lojban.: dilnu
Basa Jawa: Méga
ქართული: ღრუბელი
Kabɩyɛ: Mɩndʋ
қазақша: Бұлттар
ಕನ್ನಡ: ಮೋಡ
한국어: 구름
къарачай-малкъар: Булут
Kurdî: Ewr
Кыргызча: Булут
Latina: Nubes
Lëtzebuergesch: Wollek
Limburgs: Wolk
Ligure: Nuvia
lumbaart: Nivola
lingála: Lipata
lietuvių: Debesis
latviešu: Mākoņi
मैथिली: बादल
Malagasy: Rahona
македонски: Облак
മലയാളം: മേഘം
монгол: Үүл
मराठी: ढग
Bahasa Melayu: Awan
Nāhuatl: Mixtli
Napulitano: Nura
Plattdüütsch: Wulk
नेपाली: बादल
नेपाल भाषा: सुपाँय्
Nederlands: Wolk
norsk nynorsk: Sky
norsk: Sky
Nouormand: Nouage
Sesotho sa Leboa: Leru
occitan: Nívol
ଓଡ଼ିଆ: ମେଘ
ਪੰਜਾਬੀ: ਬੱਦਲ
Papiamentu: Nubia
Deitsch: Wolk
polski: Chmura
پنجابی: بدل
پښتو: ورېځ
português: Nuvem
Runa Simi: Phuyu
română: Nor
armãneashti: Nioru
русский: Облака
русиньскый: Хмара
саха тыла: Былыт
sicilianu: Nùvula
Scots: Clood
سنڌي: ڪڪر
srpskohrvatski / српскохрватски: Oblak
Simple English: Cloud
slovenčina: Oblak
slovenščina: Oblak
Soomaaliga: Caad
shqip: Retë
српски / srpski: Облак
Seeltersk: Wulke
Basa Sunda: Méga
svenska: Moln
Kiswahili: Wingu
தமிழ்: முகில்
తెలుగు: మేఘం
тоҷикӣ: Абр
ไทย: เมฆ
Tagalog: Ulap
Türkçe: Bulut
татарча/tatarça: Болытлар
тыва дыл: Булут
українська: Хмара
اردو: بادل
oʻzbekcha/ўзбекча: Bulut
vèneto: Nùvoła
vepsän kel’: Pil'ved
Tiếng Việt: Mây
walon: Nûlêye
Winaray: Dampog
მარგალური: მუნაფა
ייִדיש: וואלקן
Vahcuengh: Fwj
中文:
Bân-lâm-gú: Hûn
粵語: