Norm Coleman

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coleman.
Norm Coleman
Portrait officiel de Coleman au Sénat.
Portrait officiel de Coleman au Sénat.
Fonctions
Sénateur des États-Unis pour le Minnesota
Élection5 novembre 2002
PrédécesseurDean Barkley
SuccesseurAl Franken
Biographie
Nom de naissanceNorman Bertram Coleman
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissanceNew York (États-Unis)
NationalitéAméricaine
Parti politiqueParti républicain (depuis 1996)
ReligionJudaïsme

Norman Bertram Coleman dit Norm Coleman, né le à New York, est un homme politique américain, membre du Parti républicain depuis 1996. Il est maire de Saint Paul de 1994 à 2002, puis sénateur du Minnesota au Congrès des États-Unis de 2003 à 2009.

Biographie

Norm Coleman

Carrière juridique

Après des études en droit certifiée par un diplôme de l'université de l'Iowa en 1976, Coleman travaille pendant dix-sept ans au bureau de l'attorney général du Minnesota, notamment en tant que procureur en chef ou conseiller juridique de l'État.

Maire de Saint Paul

En 1993, Norm Coleman est élu maire de Saint Paul dans le Minnesota sous l'étiquette du Parti démocrate des fermiers et ouvriers (DFL)[1]. Il quitte le Parti démocrate en 1996 et rejoint le Parti républicain. L'année suivante, il est facilement réélu maire de Saint Paul face à la sénatrice locale démocrate Sandy Pappas[2].

En 1998, Coleman reçoit l'investiture républicaine pour être gouverneur du Minnesota. Son principal adversaire est le démocrate Hubert H. Humphrey III (surnommé Skip), procureur général du Minnesota et fils de Hubert Humphrey. À la fin du mois d'octobre, Coleman est donné au coude-à-coude avec Humphrey, qui est handicapé par les bons résultats du candidat du Parti de la réforme, l'ancien catcheur Jesse Ventura[3],[4]. À la surprise de nombreux observateurs politiques, c'est Ventura qui remporte l'élection avec 37 % des voix, devant Coleman (34 %) et Humphrey (28 %)[5].

Sénateur

Coleman se présente aux élections sénatoriales de 2002 face au démocrate sortant Paul Wellstone. Coleman reçoit le soutien du président George W. Bush et l'élection est considérée comme serrée[6]. Onze jour avant les élections, Wellstone meurt dans un accident d'avion[7]. Le 31 octobre, l'ancien vice-président Walter Mondale accepte la nomination du Parti démocrate pour remplacer Wellstone lors de l'élection[8]. Coleman est élu sénateur des États-Unis le avec 49,5 % des suffrages contre 47,3 % pour Mondale[9].

Coleman est membre de quatre comités du Sénat, dont celui des relations internationales. Il est également le président de la Commission permanente des enquêtes.

En 2004, Coleman est battu d'une seule voix de majorité à la présidence du comité national des sénateurs républicains par Elizabeth Dole.

En décembre 2004, il appelle à la démission de Kofi Annan de son poste de secrétaire général des Nations unies à la suite de la découverte de fraudes dans le programme onusien « pétrole contre nourriture » à destination de l'Irak de Saddam Hussein et l'implication de son fils, Kojo Annan, dans ces abus.

Le sénateur Coleman est d'ailleurs connu pour ses critiques du fonctionnement de l'ONU.

En mai 2005, il publie un rapport avec le sénateur démocrate Carl Levin du Michigan mettant en cause des personnalités étrangères dont l'homme politique français Charles Pasqua et le britannique George Galloway dans les abus de ce programme irakien « pétrole contre nourriture »[10].

En novembre 2008, il est candidat à sa réélection. Opposé à l'humoriste et militant Al Franken, il devance ce dernier de quelques centaines de voix mais un recompte est organisé pour les départager. Le , son mandat de sénateur des États-Unis expire et son siège est laissé vacant en raison de l'impossibilité de déclarer un vainqueur dans l'attente des résultats définitifs[11]. Le 5 janvier, le résultat final, certifié par le secrétaire d'État du Minnesota, le donne perdant par seulement 225 voix sur un total de près de trois millions. Cependant le sénateur du Texas John Cornyn se dit prêt à engager un procédure de fillibuster pour empêcher Franken de siéger au Sénat[12]. Coleman conteste ses résultats, mais le 30 juin suivant, la Cour suprême de l'État confirme l'élection de Franken qui prend ses fonctions le 7 juillet.

Other Languages
Deutsch: Norm Coleman
English: Norm Coleman
español: Norm Coleman
فارسی: نرم کولمن
magyar: Norm Coleman
italiano: Norm Coleman
Nederlands: Norm Coleman
polski: Norm Coleman
русский: Коулман, Норм
Simple English: Norm Coleman
svenska: Norm Coleman
українська: Норм Коулман