Nil

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nil (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section «  Notes et références » (, comment ajouter mes sources ?).

Nil
Le Nil à l'Île d'Aguilkia.
Le Nil à l' Île d'Aguilkia.
Caractéristiques
Longueur entre 6 400 et 6 700 km
Bassin 3 400 000 km2
Bassin collecteur Bassin du Nil
Débit moyen 2 830 m3/s (?)
Cours
Source principale Nil Blanc
· Localisation Nyungwe ( Rwanda) [1]
· Coordonnées 2° 16′ 56″ S, 29° 19′ 52″ E
Source secondaire Nil Bleu
· Localisation Lac Tana ( Éthiopie)
· Altitude 1 788 m
· Coordonnées 12° 02′ 09″ N, 37° 15′ 53″ E
Confluence des sources Près de Khartoum
Embouchure Mer Méditerranée
· Localisation Égypte
· Altitude 0 m
Géographie
Pays traversés Éthiopie, Érythrée, Soudan, Soudan du Sud, Égypte, Rwanda, Tanzanie, Ouganda, Burundi, R. D. Congo, Kenya
Principales localités Khartoum, Le Caire

Le Nil ( prononcé [ n i l]) est un fleuve d' Afrique. Avec une longueur d'environ 6 700 km, c'est avec le fleuve Amazone, le plus long fleuve du monde [notes 1]. Il est issu de la rencontre du Nil Blanc et du Nil Bleu. Le Nil blanc (Nahr-el-Abiad) prend sa source au lac Victoria [réf. nécessaire] ( Ouganda, Kenya, Tanzanie) ; le Nil bleu (Nahr-el-Azrak) est issu du lac Tana ( Éthiopie). Ses deux branches s'unissant à Khartoum, capitale du Soudan actuel, le Nil se jette dans la Méditerranée en formant un delta au nord de l' Égypte. En comptant ses deux branches, le Nil traverse le Rwanda, le Burundi, la Tanzanie, l' Ouganda, l' Éthiopie, le Soudan du Sud, le Soudan et l' Égypte. Il longe également le Kenya et la République démocratique du Congo (respectivement avec les lacs Victoria et Albert), et son bassin versant concerne aussi l' Érythrée grâce à son affluent du Tekezé.

Le Nil est la voie qu'empruntaient les Égyptiens pour se déplacer. Il apporte la vie en fertilisant la terre et garantit l'abondance. Il joua un rôle très important dans l' Égypte antique, du point de vue économique, social (c'était autour de lui que se trouvaient les plus grandes villes), agricole (grâce au précieux limon des crues) et religieux. Fleuve nourricier d'un grand peuple, il fut divinisé sous le nom d' Hâpy [notes 2], personnifiant la crue du Nil dans la mythologie égyptienne.

La crue du Nil, qui avait lieu chaque été et qui apportait le limon noir permettant la culture de ses rives, est restée longtemps un phénomène inexpliqué. C'est de ce limon noir que vient le nom antique de l' Égypte, Kemet, qui veut dire « la terre noire ».

De nos jours, les eaux limoneuses du Nil sont captées et redistribuées sur les terres agricoles grâce aux barrages de Ziftah, d'Assiout, d'Hammadi, d'Esna et surtout aux deux barrages géants d' Assouan, l' ancien et le grand barrage, dont la construction dans les années 1970 a nécessité le déplacement de plusieurs temples, dont ceux d' Abou Simbel, qui auraient été noyés dans la retenue du lac Nasser.

Étymologie

Les anciens Égyptiens l'appelaient Atour ou itéru (trans. = jtrw) [2] signifiant la grande rivière, représentée par les hiéroglyphes :

M17 X1
D21
G43 N35A N36
N21 Z1

qui se déformera plus tard en eior [3].

Le mot « Nil » ((ar)nīl), vient du grec Νεῖλος (Neilos), qui serait lui-même une transcription déformée du terme égyptien Na-eiore, pluriel de eior désignant le delta [3].

En arabe on écrit النيل (An-Nil).