Niels Bohr

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bohr.

Niels Henrik David Bohr ( à Copenhague, Danemark - à Copenhague) est un physicien danois. Il est surtout connu pour son apport à l'édification de la mécanique quantique, pour lequel il a reçu de nombreux honneurs. Il est notamment lauréat du prix Nobel de physique de 1922 [1].

Biographie

Né de Christian Bohr, professeur de médecine et recteur d'université, de confession luthérienne, et de Ellen Adler, de confession juive, Niels Bohr a un frère cadet, Harald Bohr, mathématicien et sportif de haut niveau (il joua dans l'équipe nationale de football et participa aux Jeux olympiques d'été de 1908 tenus à Londres), ainsi qu'une sœur aînée, Jenny. Il est lui-même un très bon footballeur.

Niels entre à l' université de Copenhague en 1903. Dès 1906, il travaille sur le thème des vibrations d'un jet de liquide et son mémoire obtient une récompense de l' Académie royale danoise des sciences et des lettres. Il obtient un doctorat à l'université de Copenhague en 1911 « Sur la théorie électronique des métaux », émettant ses premières idées sur la structure atomique. Quelques mois avant la soutenance, il se fiance avec Margrethe Norlung (1890-1984).

Il obtient une bourse de la fondation Carlsberg et veut dans un premier temps travailler à l' université de Cambridge avec le professeur Joseph John Thomson dont le modèle atomique, sphère de charge positive dans laquelle sont plongés les électrons, ne satisfait pas totalement son élève. Bohr rencontre alors Ernest Rutherford qu'il rejoint à Manchester ( Angleterre).

Schématisation des orbites circulaires dans le modèle de Bohr.

Se basant sur les théories de Rutherford, il publie en 1913 un modèle de la structure de l'atome mais aussi de la liaison chimique dans une série de trois articles de la revue Philosophical Magazine. Cette théorie présente l' atome comme un noyau autour duquel gravitent des électrons, qui déterminent les propriétés chimiques de l'atome. Les électrons ont la possibilité de passer d'une couche à une autre, émettant un quantum d'énergie, le photon. Cette théorie est à la base de la mécanique quantique. Albert Einstein s'intéresse de très près à cette théorie dès sa publication. Ce modèle est confirmé expérimentalement quelques années plus tard.

Il rentre au Danemark en 1912 et se marie peu après. De cette union naîtront six garçons, le plus connu étant Aage Bohr, lauréat du prix Nobel de physique de 1975. Il devient assistant à la chaire de physique de l'université de Copenhague. En 1913, en manipulant différentes notions de mécanique classique et de la naissante mécanique quantique, il obtient l'équation de Bohr, « le résultat le plus important de toute la mécanique quantique, peu importe comment il est analysé [trad 1] » [2] :

est l'énergie d'un électron,  : sa masse,  : la constante de Planck réduite,  : la charge de la particule,  : la constante mathématique 3,14159...,  : la permittivité du vide, et  : le nombre quantique principal.

En 1914, il accepte un poste de professeur à l' université de Manchester. Durant la Première Guerre mondiale, le Danemark est un État neutre et Bohr peut rester dans la recherche civile, même en Angleterre où il se trouve. Il en profite pour peaufiner son modèle atomique en y introduisant des idées relativistes quant aux mouvements des électrons, théorie reprise et complétée par Arnold Sommerfeld [2].

En 1916, Bohr devient professeur à l'université de Copenhague dans la chaire de physique théorique tout juste créée. Il est nommé en 1920, directeur du tout nouvel Institut de la physique théorique dont il est le fondateur. Cet établissement prendra le nom de Niels Bohr Institutet en 1965. Pendant les années 1920, il complète sa théorie, parvenant à établir une relation étroite entre le tableau de Mendeleïev et la structure électronique des atomes. Il reçoit le prix Nobel de physique en 1922 « pour ses études de la structure des atomes et des radiations qui en proviennent [1] ».

Blason de Bohr, avec la devise Contraria sunt complementa et le symbole du taijitu

Bohr est aussi à l'origine du principe de complémentarité : des objets peuvent être analysés séparément et chaque analyse fera conclure à des propriétés contraires. Par exemple, les physiciens pensent que la lumière est à la fois une onde et un faisceau de particules, les photons. Cette idée a aussi inspiré son blason, dans lequel le symbole du taijitu (ou yin et yang) est utilisé avec un motto latin Contraria sunt complementa (les contraires sont complémentaires).

Parmi les plus célèbres étudiants de Bohr qui fréquentent son institut de physique, on peut citer Werner Heisenberg qui devient responsable d'un projet de bombe atomique allemande durant la Seconde Guerre mondiale et Wolfgang Pauli.

En octobre 1927, il rencontre pour la première fois Albert Einstein au cours du cinquième congrès Solvay avec qui il aura de très fréquents entretiens jusqu'en 1935. Einstein défend le caractère provisoire de la théorie quantique, ne se satisfaisant pas de cette dernière au niveau épistémologique. Bohr, au contraire, considère qu'il s'agit d'une théorie achevée. Ces réflexions et discussions sont l'une des sources de ses Écrits philosophiques, publiés en quatre volumes (dont deux à titre posthume en 1963 et en 1998), dont l'une des thématiques est l'utilisation du langage. Il travaille également sur le principe de complémentarité en biologie.

Albert Einstein et Niels Bohr en 1930 à l'occasion d'un Congrès Solvay.
(Photo de Paul Ehrenfest.)

Lors d'un débat, Niels Bohr se disputait avec Albert Einstein à propos de la réalité de la physique quantique. À un moment donné Einstein, excédé, jeta à Niels Bohr : « Dieu ne joue pas aux dés ! », ce à quoi Bohr répondit : « Qui êtes-vous, Einstein, pour dire à Dieu ce qu'il doit faire ? ». Cet échange est devenu célèbre par la suite.

À la fin des années 1930, ses recherches s'orientent vers le noyau atomique pour lequel il propose le modèle, dit « de la goutte », où l'ensemble des particules constitutives de ce dernier reste fortement lié, ne permettant que des interactions globales avec l'extérieur.

En 1943, Bohr s'échappe du Danemark occupé, où il est menacé en raison des origines juives de sa mère, et gagne la Suède avec l'aide de la résistance danoise. De là, il est conduit clandestinement en Angleterre dans un chasseur-bombardier Mosquito. Il gagne ensuite les États-Unis, où il travaille au Laboratoire national de Los Alamos dans le cadre du projet Manhattan.

Après la guerre, il rentre à Copenhague et milite pour une utilisation pacifique de l' énergie nucléaire, en particulier avec la création du Laboratoire national Risø en 1956, ce qui lui vaut d'être lauréat de l' Atoms for Peace Award en 1957. Il participe également à la formation du Centre européen pour la recherche nucléaire (CERN) et son institut de Copenhague héberge sa section théorique dans un premier temps.

Il meurt à Copenhague le 18 novembre 1962. Sa sépulture se trouve au parc- cimetière Assistens.

L'élément bohrium ( numéro atomique 107) a été nommé en son honneur.

Une légende urbaine attribue à Niels Bohr une anecdote concernant la mesure de la hauteur d'un bâtiment à l'aide d'un baromètre. Cette histoire aurait été écrite dans le Reader's Digest en 1958, et se serait transformée au fil du temps en une anecdote supposée réelle et attribuée à Niels Bohr [3]. On peut se demander si le recours à cette personne célèbre n'est pas une manière de transformer une anecdote amusante en un pamphlet contre la « rigidité de l' enseignement scolaire » opposée à la «  créativité ».

Article détaillé : Baromètre de Bohr.
Other Languages
Afrikaans: Niels Bohr
aragonés: Niels Bohr
العربية: نيلز بور
مصرى: نيلس بور
asturianu: Niels Bohr
azərbaycanca: Nils Bor
تۆرکجه: نیلس بور
беларуская: Нільс Бор
беларуская (тарашкевіца)‎: Нільс Бор
български: Нилс Бор
বাংলা: নিলস বোর
brezhoneg: Niels Bohr
bosanski: Niels Bohr
català: Niels Bohr
کوردیی ناوەندی: نیلس بۆر
čeština: Niels Bohr
Чӑвашла: Бор Нильс
Cymraeg: Niels Bohr
dansk: Niels Bohr
Deutsch: Niels Bohr
Ελληνικά: Νιλς Μπορ
English: Niels Bohr
Esperanto: Niels Bohr
español: Niels Bohr
eesti: Niels Bohr
euskara: Niels Bohr
فارسی: نیلز بور
suomi: Niels Bohr
Frysk: Niels Bohr
Gaeilge: Niels Bohr
贛語: 玻爾
Gàidhlig: Niels Bohr
galego: Niels Bohr
עברית: נילס בוהר
हिन्दी: नील्स बोर
hrvatski: Niels Bohr
Kreyòl ayisyen: Niels Bohr
magyar: Niels Bohr
Հայերեն: Նիլս Բոր
interlingua: Niels Bohr
Bahasa Indonesia: Niels Bohr
Interlingue: Niels Bohr
Ilokano: Niels Bohr
íslenska: Niels Bohr
italiano: Niels Bohr
Patois: Niels Bohr
Basa Jawa: Niels Bohr
ქართული: ნილს ბორი
Taqbaylit: Niels Bohr
Gĩkũyũ: Niels Bohr
қазақша: Бор Нильс
한국어: 닐스 보어
Kurdî: Niels Bohr
Lëtzebuergesch: Niels Henrik David Bohr
Ligure: Niels Bohr
lumbaart: Niels Bohr
lietuvių: Niels Bohr
latviešu: Nīlss Bors
Basa Banyumasan: Niels Bohr
Malagasy: Niels Bohr
македонски: Нилс Бор
മലയാളം: നീൽസ് ബോർ
монгол: Нильс Бор
Bahasa Melayu: Niels Bohr
Mirandés: Aage Niels Bohr
नेपाल भाषा: नील्स् बोर
Nederlands: Niels Bohr
norsk nynorsk: Niels Bohr
norsk bokmål: Niels Bohr
occitan: Niels Bohr
ਪੰਜਾਬੀ: ਨੀਲਸ ਬੋਰ
Kapampangan: Niels Bohr
polski: Niels Bohr
Piemontèis: Niels Bohr
پنجابی: نیلز بوہر
português: Niels Bohr
Runa Simi: Niels Bohr
română: Niels Bohr
русский: Бор, Нильс
संस्कृतम्: नील्स बोह्र
Scots: Niels Bohr
srpskohrvatski / српскохрватски: Niels Bohr
Simple English: Niels Bohr
slovenčina: Niels Bohr
shqip: Niels Bohr
српски / srpski: Нилс Бор
Basa Sunda: Niels Bohr
svenska: Niels Bohr
Kiswahili: Niels Bohr
Tagalog: Niels Bohr
Türkçe: Niels Bohr
татарча/tatarça: Nils Bor
українська: Нільс Бор
oʻzbekcha/ўзбекча: Bor Nils Xenrik David
Tiếng Việt: Niels Bohr
Winaray: Niels Bohr
Wolof: Niels Bohr
მარგალური: ნილს ბორი
ייִדיש: ניעלס באהר
Yorùbá: Niels Bohr
Vahcuengh: Niels Bohr
Bân-lâm-gú: Niels Bohr
粵語: 玻爾