Neustadt (Strasbourg)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neustadt.
Neustadt
Le palais du Rhin, ancien palais impérial, pièce maîtresse de la Neustadt de Strasbourg.
Le palais du Rhin, ancien palais impérial, pièce maîtresse de la Neustadt de Strasbourg.
Administration
Pays Drapeau de la France  France
Région Grand Est
Ville Strasbourg
Fonctions urbaines Résidentielle, administrative, ferroviaire, universitaire, militaire.
Étapes d’urbanisation 1880 - 1914
Coordonnées 48° 35′ nord, 7° 45′ est
Cours d’eau Ill, Aar, canal de la Marne au Rhin
Site(s) touristique(s) Place de la République ;
Parc de l'Orangerie ;
Parc du Contades ;
Jardin botanique.
Transport
Gare Strasbourg-Ville
Tramway tram A B C D E F
Bus
Localisation
Plan schématique de la Neustadt.
Plan schématique de la Neustadt.

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neustadt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neustadt
Strasbourg : de la Grande-Île à la Neustadt, une scène urbaine européenne *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Pays Drapeau de la France  France
Subdivision Département du Bas-Rhin, Région d’Alsace
Type Culturel
Critères (i) (ii) (iv)
Numéro
d’identification
495
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1988 ( 12e session)
Année d’extension 2017 ( 41e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

La Neustadt (littéralement « nouvelle ville »), également appelée quartier allemand ou quartier impérial, est l'extension de la ville de Strasbourg réalisée par les autorités allemandes pendant la période de cession de l'Alsace-Lorraine.

Elle se situe au nord et au nord-est de la Grande Île de Strasbourg, le centre historique de la ville. Sa construction, à partir des années 1880, jusqu'au début de la Première Guerre mondiale permet à Strasbourg de tripler sa superficie.

La Neustadt se compose de plusieurs quartiers et secteurs : la gare et les boulevards, le quartier du Tribunal et de la place de Haguenau, le quartier du Contades, l'île Sainte-Hélène, l'axe impérial, le quartier de l'Orangerie et le secteur Forêt Noire - Observatoire.

La Neustadt de Strasbourg est souvent considérée comme le meilleur témoignage de l'architecture et de l'urbanisme germanique impérial conservé avec, dans une moindre mesure, le quartier impérial de Metz. Elle constitue un ensemble d'une taille et d'une homogénéité exceptionnelle qui n'existe plus ou peu en Allemagne, du fait des bombardements de la Seconde Guerre mondiale qui a détruit en grande majorité les centres des villes allemandes. Strasbourg a été une ville relativement épargnée. La Neustadt se caractérise par les présences de style néo ( néo-renaissance, néo-gothique, néo-classique, néo-roman et même néo-byzantin) ainsi que du style art nouveau (« Jugendstil »).

Depuis le 9 juillet 2017, une partie de la Neustadt est inscrite au Patrimoine mondial de l' UNESCO [1].

Histoire

Plan d'urbanisme de l'architecte Conrath, 1880.
Le palais universitaire en construction.

À la suite du traité de Francfort de 1871, Strasbourg est cédée à l' Empire allemand comme le reste de l'Alsace-Lorraine. La ville est alors promue capitale du «  Reichsland Elsaß-Lothringen », elle doit donc se doter de nouvelles institutions et administrations. De plus la ville est enfermée entre ses anciens remparts et son territoire n'a pas connu d'extension depuis le XVe siècle.

La volonté d'aménager une « nouvelle ville » répond donc à deux objectifs principaux : marquer par la pierre l’avènement du nouveau pouvoir impérial et faire de la ville une vitrine du savoir-faire de l'Allemagne, mais aussi loger les nouveaux habitants (essentiellement allemands) qui arrivent à Strasbourg. La population de la ville passe de 80 000 habitants en 1870 à 180 000 en 1915.

En 1875, un périmètre d'extension de 384 hectares est retenu. L'armée cède 153 hectares de terrains (anciens remparts et glacis). L'extension se fait vers le nord du centre historique afin d'intégrer les parcs du Contades et de l' Orangerie.

Une exposition est organisée en juin 1878 afin de présenter aux Strasbourgeois les futurs aménagements. Le coût de l'extension, 17 millions de marks, est imposé à la ville qui doit s'en acquitter en dix annuités.

Un vaste plan d'urbanisme sur la base de projets réalisés par Jean Geoffroy Conrath, architecte de la Ville depuis 1854, August Orth, architecte berlinois, et Hermann Eggert, futur architecte du palais du Rhin, est adopté le 7 avril 1880.

L'église Saint-Pierre-le-Jeune catholique en 1897.

Les travaux de construction de l' avenue des Vosges (« Vogesenstraße ») démarrent en avril 1880. Avec l'avenue de la Forêt-Noire, qui constitue son prolongement, elle relie la place de Haguenau, à proximité de la nouvelle gare, au pont du Rhin selon la demande des autorités militaires. Large de 30 mètres, elle sert aussi de cadre aux parades militaires.

La nouvelle gare ( 1878- 1883) et la nouvelle université ( 1879- 1884) sont les premières grandes réalisations de la Neustadt. Le palais impérial et la «  Kaiserplatz » (conçue par l’architecte Johann Carl Ott) sont érigés entre 1883 et 1888.

Les autorités ne veulent pas faire de la Neustadt un simple quartier résidentiel ou une cité-dortoir, mais une véritable seconde ville à côté du centre historique. Pour cela de nombreuses administrations vont s'y installer et l'on y construit également églises et écoles. Des locaux destinés à des commerces sont prévus au rez-de-chaussée des immeubles, l'on pense aussi à la qualité de vie des riverains en aménageant plusieurs promenades, mais également un palais des Fêtes et des bains municipaux, l'Empire allemand ayant alors une politique hygiéniste avant-gardiste.

Le développement de la Neustadt va se poursuivre jusqu'au début de la Première Guerre mondiale qui met un terme aux travaux. Certains secteurs, notamment à l'est vers le quartier du Conseil des XV ne sont pas encore construits et seront urbanisés plus tard après le retour à la France.

La place de la République, début du XXe siècle.

Les Strasbourgeois de l'époque n'appréciaient guère l'architecture de la Neustadt. Après la Seconde Guerre mondiale, la Neustadt est associée à « l'envahisseur allemand », la façade sud de l'hôtel des Postes lourdement endommagée par un bombardement est reconstruite dans un style contemporain des années 1950 dans le mépris le plus total du style d'origine. En 1957, il a même été question de démolir le palais du Rhin, dans lequel s'était installée la Kommandantur durant la Seconde Guerre mondiale, afin d'y construire une tour administrative. C'est grâce à l'intervention de Maurice Roche, le secrétaire général de la préfecture du Bas-Rhin, que le palais du Rhin est finalement épargné [2]. Depuis la fin des années 1980, la municipalité et les Strasbourgeois ont pris conscience de la valeur que représentait ce patrimoine. Aujourd'hui de nombreuses visites et expositions sont organisées avec pour thème la Neustadt. En 2014, le palais universitaire a même retrouvé les statues d'Argentina (représentant Strasbourg) et de Germania (représentant l'Allemagne) dont il avait été dépouillé en 1918.

« Les Rendez-vous de la Neustadt » constituent une série de visites, de conférences, d'expositions et d'animations sur la Neustadt organisées chaque année, depuis 2012, par le Service de l'Inventaire du Patrimoine d'Alsace.

En janvier 2016, la ville de Strasbourg et le ministère de la Culture ont déposé une demande d'extension du périmètre inscrit au patrimoine mondial de l' UNESCO à une partie de la Neustadt. La candidature est intitulée « De la Grande-Île à la Neustadt ». La réponse est attendue en juillet 2017 [3], [4].

Le , les ambassadeurs de l'UNESCO décident de répondre positivement à la demande en inscrivant la partie centrale de la Neustadt au patrimoine mondial [5]. Le périmètre retenu pour l'extension s'étend du secteur du tribunal jusqu'à la place Arnold. Il comprend ainsi l'axe impérial reliant la place de la République à l'université et les avenues des Vosges et de la Forêt-Noire [6].