Nationalisation

Une nationalisation est un transfert de la propriété privée à la nation, une substitution de la propriété publique à la propriété privée : cependant, en régime capitaliste, tout financement de la production privée est public (payé par le contribuable).

Le financement public de la production privée existe depuis l'ère du capitalisme occidental.

Des nationalisations de moyens de production (usines, mines, banques etc, tels les Charbonnages, EDF-GDFetc.) accompagnées de la socialisation d'un pourcentage des profits tirés de la production industrielle , furent réalisées dans le contexte historique de la fin de la Seconde Guerre mondiale caractérisé par une Résistance intérieure combative (dont le Parti communiste tentait de prendre le contrôle [réf. souhaitée]) et extérieure (notamment gaulliste), par la défaite du régime nazi et par la constitution de la sphère d'influence américaine ( plan Marshall) en terre européenne face à un glacis soviétique en Europe centrale et orientale.

Cette mesure politique est en usage depuis l' Antiquité et donne par exemple naissance au domaine public dans la Rome antique. Le terme moderne est plutôt associé à la social-démocratie ou au nationalisme. Il connaît son âge d'or en Europe entre 1945 et 1973, lorsque le consensus politique qui suit la Seconde Guerre mondiale est favorable à la nationalisation des secteurs stratégiques des services et de l'industrie.

Aux États-Unis, le concept a fait son apparition lors de la nationalisation de General Motors en 2009, qui a duré un an et demi.

Finalités et motivations des nationalisations

  • Accroissement du patrimoine et de la puissance publique.
  • Réappropriation des ressources. La nationalisation des ressources minières telles que le pétrole a permis aux pays producteurs d'en tirer plus de bénéfices et d'en reprendre le contrôle.
  • Planification économique. L’appropriation des grandes entreprises par l’État permet à ce dernier de mettre en œuvre un plan de développement ou de réorientation de la production et de ses moyens.
  • Intérêt national. La nationalisation d’un secteur économique considéré comme stratégique (pétrole, ressources minières, armement, énergie nucléaire, etc.), peut être soutenue au nom de l’intérêt national, soit afin de s’assurer du maintien ou du développement de ce secteur économique, soit afin d’éviter que les bénéfices d’un secteur très rentable ne profitent à des personnes privées étrangères.
  • Monopole naturel. Le concept économique de monopole naturel est parfois utilisé pour justifier certaines nationalisations (moyens de communication, réseau de distribution d’eau, électricité, etc.)
  • Soutien économique. Dans l'intérêt des propriétaires et de leurs employés. Exemple : création en France de la SNCF par nationalisation des compagnies de chemins de fer virtuellement en faillite ou soutien à l'industrie lourde après la guerre en France et au Royaume-Uni. Dans l'intérêt général de l'économie : Fannie Mae et Freddie Mac aux États-Unis en 2008.
  • Nouveau marché. L'émergence d'un nouveau marché pousse parfois les États à s'en déclarer seul propriétaire. L'arrivée de la radio ou de la télévision donna ainsi naissance à un secteur public fort puis une ouverture progressive au privé, sous contrôle de l'État presque partout dans le monde. La BBC britannique est ainsi fondée dès 1922 et dispose d'un monopole en matière de télévision jusqu'en 1955 ; 1973 pour la radio.
  • Contrôle ouvrier. Pour la gauche radicale, l’appropriation publique des entreprises n’implique pas nécessairement une administration tatillonne et pourrait être le moyen d’une organisation de la production par les travailleurs.
  • Mainmise politique sur des ressources. Sous une façade de principes d'intérêt national, on constate souvent des objectifs pratiques relevant de l'exercice concret du pouvoir : les entreprises nationalisées permettent d'offrir des postes lucratifs à des amis politiques que l'on veut soit remercier, soit éloigner, soit « recaser » en cas de défaite électorale. Leurs ressources financières peuvent être aussi mises à contribution plus ou moins directement pour des causes politiques.
Other Languages
العربية: تأميم
مصرى: تأميم
asturianu: Estatización
azərbaycanca: Milliləşdirmə
беларуская: Нацыяналізацыя
беларуская (тарашкевіца)‎: Нацыяналізацыя
български: Национализация
català: Estatització
čeština: Znárodnění
Cymraeg: Gwladoli
Ελληνικά: Εθνικοποίηση
Esperanto: Ŝtatigo
español: Estatización
فارسی: ملی‌سازی
עברית: הלאמה
hrvatski: Nacionalizacija
Հայերեն: Ազգայնացում
Bahasa Indonesia: Nasionalisasi
日本語: 国有化
한국어: 국유화
lietuvių: Nacionalizacija
latviešu: Nacionalizācija
Nederlands: Nationalisering
norsk nynorsk: Nasjonalisering
Piemontèis: Nassionalisassion
português: Nacionalização
română: Naționalizare
srpskohrvatski / српскохрватски: Nacionalizacija
Simple English: Nationalization
slovenčina: Znárodnenie
slovenščina: Nacionalizacija
српски / srpski: Национализација
Türkçe: Millîleştirme
українська: Націоналізація
اردو: قومیانا
Tiếng Việt: Quốc hữu hóa
中文: 國有化