Nathalie Kosciusko-Morizet

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir NKM.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Kosciusko-Morizet.
Nathalie Kosciusko-Morizet
Nathalie Kosciusko-Morizet en 2014.
Nathalie Kosciusko-Morizet en 2014.
Fonctions
Conseillère de Paris
En fonction depuis le
(3 ans, 6 mois et 17 jours)
Élection 30 mars 2014
Maire Anne Hidalgo
Députée française

(5 ans, 2 mois et 28 jours)
Réélection 17 juin 2012
Circonscription 4e de l'Essonne
Législature XIIIe et XIVe
Groupe politique UMP puis LR
Prédécesseur Guy Malherbe
Successeur Marie-Pierre Rixain

(5 ans)
Élection 16 juin 2002
Réélection 17 juin 2007
Législature XIIe et XIIIe
Groupe politique UMP
Prédécesseur Pierre-André Wiltzer
Successeur Guy Malherbe
Vice-présidente de l' Union pour un mouvement populaire puis des Républicains

(1 an et 11 jours)
Président Nicolas Sarkozy
Prédécesseur Luc Chatel (indirectement)
Successeur Laurent Wauquiez
Isabelle Le Callennec
Ministre de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement

(1 an, 3 mois et 8 jours)
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement François Fillon III
Prédécesseur Jean-Louis Borloo
Successeur François Fillon
Secrétaire d'État chargée de la Prospective
et du Développement numérique

(1 an, 9 mois et 29 jours)
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement François Fillon II
Prédécesseur Éric Besson
Successeur Éric Besson
Maire de Longjumeau

(4 ans, 11 mois et 3 jours)
Élection 16 mars 2008
Prédécesseur Bernard Nieuviaert
Successeur Sandrine Gelot-Rateau
Secrétaire d'État chargée de l'Écologie

(1 an, 6 mois et 27 jours)
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement François Fillon II
Prédécesseur Poste créé
Successeur Chantal Jouanno
Conseillère régionale d’ Île-de-France

(6 ans, 7 mois et 19 jours)
Élection
Réélection
Président Jean-Paul Huchon
Biographie
Nom de naissance Nathalie Geneviève Marie Kosciusko-Morizet
Date de naissance (44 ans)
Lieu de naissance Paris ( XVe, France)
Nationalité Française
Parti politique RPR (jusqu'en 2002)
UMP (2002-2015)
Les Républicains (depuis 2015)
LFD (depuis 2012)
Père François Kosciusko-Morizet
Mère Bénédicte Treuille
Conjoint Jean-Pierre Philippe (2003-2016)
Diplômée de École polytechnique
AgroParisTech
Collège des ingénieurs
Profession Ingénieure
Professeure en écologie politique
Religion Catholicisme

Nathalie Kosciusko-Morizet, souvent désignée par ses initiales NKM, née le à Paris, est une femme politique française.

Elle est députée de la quatrième circonscription de l'Essonne de 2002 à 2017, maire de Longjumeau de 2008 à 2013. Au gouvernement, elle exerce également les fonctions secrétaire d’État chargée de l’ Écologie, puis chargée de la Prospective et du Développement de l’ Économie numérique et enfin ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. Elle est secrétaire générale adjointe de l' UMP et porte-parole de Nicolas Sarkozy lors de l’ élection présidentielle de 2012.

Candidate de la droite à la mairie de Paris pour les élections municipales de mars 2014, battue par Anne Hidalgo, elle est ensuite chef de l'opposition au Conseil de Paris jusqu'en 2017. Elle se présente à la primaire de la droite et du centre de 2016, de laquelle elle sort quatrième avec 2,56 % des voix, puis échoue à se faire élire députée dans la deuxième circonscription de Paris.

Biographie

Origines et vie familiale

Nathalie Kosciusko-Morizet [1] est née le dans le 15e arrondissement de Paris [2]. Elle est la fille de François Kosciusko-Morizet (1940-2015), maire de Sèvres ( Hauts-de-Seine) de 1995 à 2014 et conseiller général des Hauts-de-Seine de 2006 à 2015 [3], et de Bénédicte Treuille, professeur de physique à l'IUT d'Orsay [4]. Son grand-père Jacques Kosciusko-Morizet (1913-1994) fut ambassadeur de France aux États-Unis de 1972 à 1977 [5] et maire de Saint-Nom-la-Bretèche ( Yvelines) de 1977 à 1994 [6]. Son arrière-grand-père André Morizet (1876-1942), un des membres fondateurs du Parti communiste français, fut sénateur de la Seine de 1927 à 1942, conseiller général de ce même département et maire de Boulogne-Billancourt de 1919 à 1922 et de 1923 à 1942 [7].

Sa famille paternelle a des origines polonaises : les premiers ascendants prouvés sont Abraham Salomon Kościuszko (1821-1917), né à Suwałki dans la partie de la Pologne alors sous administration russe, tout près de l’actuelle frontière lituanienne, marchand de profession et arrivé en France au cours de la monarchie de Juillet, et son épouse, Jeannette Marx [8]. Par sa mère, issue d’une ancienne famille bourgeoise engagée dans la vie économique et politique de Châtellerault [9] et décorée d'un titre de comte [10] par le pape Léon XIII en 1897 [réf. nécessaire], elle descend notamment des Schneider du Creusot [11] et de Lucrèce Borgia [12], [13].

Le , elle se marie avec Jean-Pierre Philippe, avec lequel elle a deux fils [14]. Cet énarque, ancien maire socialiste de Villefontaine ( Isère), est consultant en stratégie et communication [15], professeur associé de l'équipe pédagogique en « Stratégie-Management-Ressources Humaines-International » du Conservatoire national des arts et métiers de Paris [16]. Il a été conseiller de Jack Lang au ministère de l'Éducation nationale entre 2000 et 2002 [17] puis candidat UMP aux élections municipales de 2008 à Longpont-sur-Orge [18], [19]. Le couple divorce en mars 2016 [20]. En août 2016, on lui prête une liaison avec JoeyStarr [21]. Depuis, elle partage la vie de Ramon de Oliveira Cezar, un homme d'affaires franco-argentin [22].

Elle est la sœur de Pierre Kosciusko-Morizet, entrepreneur cofondateur et ancien président-directeur général du site de vente en ligne PriceMinister [23]. Elle a un autre frère, Étienne (1986-2012), et une sœur, Caroline [24]. Elle est catholique [25], [26].

Études et formation

Nathalie Kosciusko-Morizet effectue sa scolarité au lycée Jean-Pierre-Vernant de Sèvres, au lycée privé catholique Centre Madeleine-Daniélou de Rueil-Malmaison où elle obtient un baccalauréat scientifique et au lycée Louis-le-Grand à Paris où elle effectue deux années de classes préparatoires scientifiques [27]. Surnommée « Nakomo » durant sa préparation à l’ École polytechnique, elle est actuellement couramment appelée « NKM » [28]. Elle est diplômée de l’École polytechnique ( X1992), puis devient membre du Corps des ingénieurs du génie rural et des eaux et forêts [29] au sein de l’ AgroParisTech et, après l'obtention d'une maîtrise en administration des affaires (MBA), est rattachée au Collège des ingénieurs en 1997 [30].

Carrière professionnelle

Dans le cadre de sa formation à l’École polytechnique, Nathalie Kosciusko-Morizet effectue son service militaire dans la Marine nationale [31] comme officier chef de quart à bord d'un bâtiment basé à Djibouti [32] et un stage ouvrier dans l’ aide humanitaire au Cambodge [27]. En 1997, elle intègre le ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie comme agent contractuel à la direction de la prévision [33], puis devient en 1999 conseillère commerciale responsable de la cellule Environnement à la sous-direction de la politique commerciale et de l’ OMC au secrétariat d’État au Commerce extérieur. Chargée ensuite de mission auprès du directeur de la stratégie d’ Alstom [34], elle devient membre de la Fondation Concorde [35] et participe à un groupe de travail de réflexion chargé de préparer le programme de Jacques Chirac pour l' élection présidentielle de 2002 [36]. En 2002 elle prend la fonction de conseillère technique en Écologie et Développement durable auprès du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin [33], après avoir été brièvement directrice de cabinet de Tokia Saïfi, secrétaire d'État chargée du Développement durable [37] et directrice adjointe de cabinet de Roselyne Bachelot, ministre de l'Écologie [38]. Elle signe à cette époque des articles sur la fiscalité verte dans Les Échos et Les Cahiers des amis de Jacques Chirac sous le pseudonyme de « Nathalie Dumartray », étant tenue au devoir de réserve en vertu de son statut de haut-fonctionnaire [39]. Elle démissionne de la fonction publique en mars 2015 pour « ne pas avoir de filets de sécurité en cas d'échec en politique » [40].