Nahuatl

Nahuatl
Nāhuatlahtōlli, Mācēhuallahtōlli, Mexihcatlahtōlli
Pays Mexique, Salvador, États-Unis, Nicaragua, Guatemala, Canada
Région Au Mexique : État de Mexico, District Fédéral, Puebla, Veracruz, Hidalgo, Guerrero, Morelos, Oaxaca, Michoacán et Durango.
Aux États-Unis : Arizona, Californie, Nouveau-Mexique et Texas (principalement) [1]
Nombre de locuteurs entre 1,58 million (recensement de 2010 au Mexique) [2] et 2 millions (estimation globale en 2008) [1]
Typologie VSO, polysynthétique,
Classification par famille
Statut officiel
Régi par Instituto Nacional de Lenguas Indígenas  (es)
Codes de langue
ISO 639-2 nah
Étendue groupe
ISO 639-5 nah
IETF nah

Le nahuatl [3] ( ˈnaːwatɬ Écouter la prononciation en nahuatl), dont le nom dérive probablement du mot « nāhuatlahtōlli » [4], est une macro-langue (groupe de langues apparentées) de la famille uto-aztèque. Les différentes variétés de nahuatl sont parlées dans plusieurs pays d' Amérique du Nord et d' Amérique centrale, principalement dans certains États du centre et du sud du Mexique : Puebla, Veracruz, Hidalgo et Guerrero. On recense actuellement plus de 1,5 million de locuteurs nahuatl [1], dont la majorité sont des Nahuas mexicains. Elle est la langue indigène la plus parlée au Mexique.

Probablement parlé à l'origine dans les déserts du nord du Mexique avant que les peuples nahuas n'émigrent vers le sud en plusieurs vagues [5], le nahuatl a été parlé dans le centre du Mexique au moins depuis le e siècle [6]. Au cours des siècles précédant la conquête espagnole du Mexique, le nahuatl a évolué sous l'influence des langues voisines et est devenu à partir du e siècle une langue véhiculaire dans une grande partie de la Mésoamérique [5] ; au e et au e siècle, avec l'émergence de l' Empire aztèque, c'est l'usage du nahuatl utilisé par les habitants de la capitale aztèque Mexico-Tenochtitlan qui s'est étendu. Pendant la conquête espagnole, au e siècle, avec l'introduction de l' alphabet latin, le nahuatl classique  (en) accéda au statut de langue littéraire, et de nombreuses chroniques, des grammaires, des œuvres poétiques, des documents administratifs et autres manuscrits ont été rédigés en nahuatl romanisé après la chute de l'Empire aztèque entre le XVIe et e siècle [7].

Le nahuatl appartient au groupe nahua de la branche méridionale de la famille des langues uto-aztèques [8]. Il s'agit d'une langue agglutinante polysynthétique incorporante. C'est aussi une des très rares langues du monde à ne pas distinguer clairement les verbes des noms ; n'importe quel mot, en effet, peut jouer le rôle du prédicat : on dit de cette langue qu'elle est omni-prédicative.

Classification linguistique

Il appartient à la famille uto-nahua (uto-aztèque) et est parent des familles linguistiques corachol (cora, huichol), pimana (pápago, tepehuán y tarahumara, yaqui). Le nahuatl classique est apparenté avec le pochutèque  (es) (disparu), et aussi de manière plus éloignée avec les langues de la sous-famille corachol, situées au nord-est du foyer d'origine du nahuatl.

Deux dialectes du nahuatl sont largement reconnus : le nahuatl et le pochutèque [6].

Selon un point de vue typologique il est une illustration intéressante de langue agglutinante, particulièrement dans la morphologie verbale et dans la formation du lexique.

Dialectes du nahuatl

Article détaillé : Dialectologie du nahuatl.

Le site web Ethnologue.com recense vingt-huit variétés de nahuatl [9]. En 2010, l'institut gouvernemental mexicain pour les langues indigènes, l'INALI, a reconnu trente variétés de nahuatl parlées au Mexique [10].

La sous-classification actuelle du nahuatl repose sur les recherches menées par Una Canger (1980, 1988) et Lastra de Suárez (1986). Canger introduisit l'hypothèse d'un dialecte central regroupant plusieurs groupes périphériques, et Lastra a confirmé cette notion, en nuançant certains détails. Chacun des groupes est défini par des traits grammaticaux caractéristiques communs qui, à leur tour, suggèrent une histoire commune. Le tableau ci-dessous combine la classification de Lastra de Suárez avec celle effectuée par Campbell en 1997 pour le groupe des langues uto-aztèques.

  • Uto-Aztèque 5000 av. J.-C.
    • Aztèque 2000 av. J.-C. ((sc) Nahuan)
      • Pochutèque † (Côte de Oaxaca)
      • Aztèque général (incluant le Nahuatl)
        • Périphérie occidentale (Dialectes de Durango (Mexicanero), Michoacán, dialectes éteints de Colima et de Nayarit)
        • Périphérie orientale (Langues et dialectes de la Sierra de Puebla, dans le sud de Veracruz et de Tabasco)
        • Huasteca (Dialectes du nord de Puebla, Hidalgo, San Luis Potosí et du nord de Veracruz)
        • Central (Dialectes du centre de Puebla, Tlaxcala, centre de Veracruz, Morelos et sud de Guerrero)

La terminologie utilisée pour décrire les variétés de dialectes du nahuatl est incompatible. De nombreux termes sont utilisés avec de multiples dénotations, ou un seul groupe de dialecte va sous plusieurs noms. Parfois, des termes plus anciens sont remplacés par des plus récents ou avec son propre nom. Le mot nahuatl est lui-même un mot en nahuatl, probablement dérivé du mot nāwatlaʔtōlli (langage clair). La langue était autrefois appelée "aztèque", car elle a été parlée par les Aztèques [11]. Aujourd'hui, le terme "aztèque" est rarement utilisé pour les langues modernes, mais ce nom ("aztèque") pour la branche des langues uto-aztèques qui comprennent le nahuatl, le pipil et le Pochutec est encore en usage (bien que certains linguistes préfèrent "Nahuan"). Depuis 1978, le terme « aztèque général » a été adopté par les linguistes pour désigner l'ensemble des langues de la branche uto-aztèque à l'exception du pochutèque [12].

Les locuteurs du nahuatl se réfèrent souvent à leur langue comme Mexicano ou un mot dérivé de mācēhualli, le mot nahuatl pour « roturier » [13]. Un exemple de ce dernier est le cas pour le nahuatl parlé en Morelos, dont les locuteurs appellent leur langue mösiehuali [14]. Les pipils du Salvador ne nomment pas d'ailleurs leur propre langue "Pipil", comme la plupart des linguistes, mais plutôt Nawat. Les Nahuas de Durango appellent leur langue Mexicanero [15]. Les nahuas de l'isthme de Tehuantepec appellent leur langue mela'tajtol (la langue droite) [16]. Certaines communautés linguistiques utilisent "nahuatl" comme nom pour leur langue bien que cela semble être une innovation récente. Les linguistes identifient généralement les dialectes nahuatl en ajoutant comme qualificatif le nom du village ou de la zone où cette variété est parlée [17].

Other Languages
Afrikaans: Nahuatl
አማርኛ: ናዋትል
العربية: ناواتل
asturianu: Náhuatl
Aymar aru: Nawa aru
Bikol Central: Nahuatl
беларуская: Астэкскія мовы
български: Науатъл
brezhoneg: Nahouatleg
català: Nàhuatl
čeština: Nahuatl
Cymraeg: Nahuatleg
dansk: Nahuatl
Deutsch: Nahuatl
dolnoserbski: Nahuatl (rěc)
Ελληνικά: Νάουατλ γλώσσα
English: Nahuatl
Esperanto: Naŭatla lingvo
español: Náhuatl
euskara: Nahuatl
estremeñu: Luenga náhuatl
suomi: Nahuatl
Gàidhlig: Nahuatl (cànan)
Gaelg: Nahuatl
客家語/Hak-kâ-ngî: Nahuatl-ngî
עברית: נאוואטל
हिन्दी: नावातल
hornjoserbsce: Nahuatl (rěč)
magyar: Navatl nyelv
interlingua: Nahuatl
Bahasa Indonesia: Bahasa Nahuatl
íslenska: Nahúatl
italiano: Lingua nahuatl
日本語: ナワトル語
ქართული: ნაუატლი
ភាសាខ្មែរ: ភាសាណាវ៉ាថ្ល៍
한국어: 나우아틀어
коми: Науатль
Кыргызча: Астек тили
lietuvių: Nahuatlių kalba
latviešu: Navatlu valoda
македонски: Ацтечки јазик
മലയാളം: നവ്വാട്ടിൽ
Bahasa Melayu: Bahasa Nahuatl
مازِرونی: ناهواتل
Nāhuatl: Nahuatlahtolli
Nederlands: Nahuatl
norsk nynorsk: Nahuatl
norsk: Nahuatl
Diné bizaad: Méhigo bizaad
occitan: Nahuatl
ਪੰਜਾਬੀ: ਨਾਵਾਚ
پنجابی: ناهواتل
português: Língua náuatle
Runa Simi: Nawa simi
română: Limba nahuatl
Scots: Nahuatl
sámegiella: Nahuatlgiella
srpskohrvatski / српскохрватски: Nahuatlanski jezici
Simple English: Nahuatl
slovenčina: Nahuatl
slovenščina: Nahuatl
српски / srpski: Наватл (језик)
svenska: Nahuatl
Kiswahili: Kinahuatl
Türkçe: Nahuatl dili
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: ناخۇئاتل تىلى
українська: Науатль
oʻzbekcha/ўзбекча: Atstek tili
Tiếng Việt: Tiếng Nahuatl
walon: Nawatl
Bân-lâm-gú: Nahuatl-gí
粵語: 納華特文