Néolibéralisme

Édifice de la Banque mondiale à Washington aux États-Unis. Il s'agit d'une institution de Bretton Woods. Elle ne sera considérée par certains comme néo-libérale qu'à partir des années 1990 et du consensus de Washington.

Le terme de néolibéralisme désigne aujourd'hui un ensemble multidimensionnel d'analyses d'inspiration libérale – ou supposées telles – qui partagent un socle :

  • d'orientations critiques : la dénonciation du poids de l'État-providence dans les pays développés après 1945 et de l'accroissement des interventions publiques dans l'économie[1]
  • d'orientations positives : la promotion de l'économie de marché au nom de la liberté de l'individu et du développement économique ;
  • d'orientations politiques : la dérégulation des marchés (qui doivent se « réguler eux-mêmes » par le jeu de la concurrence et des « lois du marché ») et la disparition progressive du secteur public au profit du privé.

La signification du mot « néolibéralisme » a beaucoup varié au cours du temps : le terme ne fait pas consensus et son utilisation requiert une grande prudence, tant il a oscillé entre différentes significations :
Lorsqu’il apparaît, en 1844, le terme désigne – de manière assez générale – une forme de libéralisme qui laisse une intervention limitée à l'État[2].
Dans la même ligne, à la fin des années 1930, des économistes français – comme notamment Auguste Detœuf ou Louis Marlio – utilisent ce terme pour désigner une forme de libéralisme qui n’est pas forcément synonyme de laissez-faire (pour lequel on parle de libéralisme manchestérien). Ils soulignent seulement le fait, qu'à condition de le rénover ou de le reconstruire, ce régime peut – aussi bien sur un plan économique et social – être supérieur au dirigisme et au planisme alors en vogue (pensée contemporaine de l'ordolibéralisme allemand par certains côtés comparable). Dans cette lignée (entre les années 1950 et jusqu'à la fin des années 1970), le mot peut qualifier des économistes tendant vers le social-libéralisme. Donald Moggridge présente ainsi John Maynard Keynes comme l'un des plus importants néolibéraux à défaut de meilleur terme pour le qualifier[3].

À partir des années 1970, avec la montée en puissance des pensées de Milton Friedman et de Friedrich Hayek le mot néo-libéralisme prend un autre sens. Selon Michel Foucault, le néolibéralisme est présenté comme une technique de gouvernement, une politique économique et sociale étendant l'emprise des mécanismes du marché à l'ensemble de la vie, ce qui est contesté par les disciples de Friedrich Hayek qui voient le libéralisme comme une priorité donnée à l'action libre des individus contre toute « emprise », et jugent absurde toute "technique de gouvernement" voulant intervenir dans le marché, fût-ce pour en étendre l'influence. Friedman et Hayek sont désignés en France comme en étant les principaux inspirateurs[[réf. souhaitée], bien qu'ils ne se soient jamais revendiqués du néolibéralisme, mais seulement du libéralisme. Au contraire de la signification précédente, leur libéralisme est anti-keynésien, et limite voire supprime l'intervention étatique. Le contexte économique marqué par la fin du système de Bretton Woods relance les discussions entre écoles économiques et leur intensité a contribué à populariser ce terme.

Les critiques ou adversaires des idées néolibérales lui reprochent selon des formes et à des degrés divers d'entretenir ou d'accroitre les inégalités[4], la fracture sociale[5] ou le pillage des ressources naturelles[6],[7].

Other Languages
aragonés: Neoliberalismo
العربية: نيوليبرالية
asturianu: Neolliberalismu
azərbaycanca: Neoliberalizm
български: Неолиберализъм
English: Neoliberalism
Esperanto: Novliberalismo
español: Neoliberalismo
Gàidhlig: Nua-libearalas
hrvatski: Neoliberalizam
Bahasa Indonesia: Neoliberalisme
íslenska: Nýfrjálshyggja
italiano: Neoliberismo
日本語: 新自由主義
Basa Jawa: Néoliberalisme
한국어: 신자유주의
lumbaart: Neoliberism
lietuvių: Neoliberalizmas
latviešu: Neoliberālisms
Bahasa Melayu: Neoliberalisme
norsk nynorsk: Nyliberalisme
português: Neoliberalismo
română: Neoliberalism
sicilianu: Neulibbirismu
srpskohrvatski / српскохрватски: Neoliberalizam
Simple English: Neoliberalism
slovenčina: Neoliberalizmus
српски / srpski: Неолиберализам
svenska: Nyliberalism
Türkçe: Neoliberalizm
українська: Неолібералізм