Morphème

En linguistique, on définit généralement [1] un morphème comme le plus petit élément significatif, isolé par segmentation d'un mot, le plus souvent dépourvu d'autonomie linguistique.

Par exemple, le mot chanteurs est composé de trois morphèmes : chant- « chant », -eur- « celui qui fait » et -s (marque du pluriel).

Autre exemple : couraient est composé de cour- « courir », -ai- (marque de l'imparfait) et -ent (3e personne du pluriel, « ils »)

Exemple sans segmentation de mot : pomme de terre n'est pas composé de trois morphèmes, mais bien d'un seul et unique morphème, contenant la signification « pomme de terre », le légume en question.

De même que le phonème, le morphème est une entité abstraite susceptible de se réaliser de plusieurs manières dans la chaîne parlée.

Ainsi, en français, la préposition en est un morphème, mais selon qu'elle est suivie par un mot commençant par une voyelle ou par une consonne, elle sera réalisée [ ɑ̃] (par exemple dans en France [ ɑ̃fʁɑ̃s]) ou [ ɑ̃n] (par exemple dans en Italie [ ɑ̃nitali]).

Autre exemple : en finnois, le morphème exprimant l' inessif (c'est-à-dire la désinence indiquant que l'on situe le nom à l'intérieur d'un lieu) peut se réaliser selon les mots de deux manières différentes, selon l' harmonie vocalique : -ssa ou -ssä. Ainsi, talossa « dans la maison », mais päässä « dans la tête » ; on notera par convention ce morphème sous la forme -ssA (où A est une variable pouvant prendre les valeurs a ou ä), et on dira que -ssa et -ssä sont les morphes (ou les allomorphes) de -ssA.

Typologie des morphèmes

Morphèmes lexicaux ou grammaticaux

Il existe deux grandes catégories de morphèmes : les morphèmes lexicaux (ou lexèmes) et les morphèmes grammaticaux. Dans la terminologie de la linguistique fonctionnelle d' André Martinet, ces deux catégories sont regroupées sous le nom de monème (il faut bien distinguer que monème désigne l'unité significative de première articulation pour désambiguïser le terme morphème), et le terme de morphème est réservé aux seuls morphèmes grammaticaux.

Les morphèmes grammaticaux sont en nombre limité, ils appartiennent à une classe fermée, tels que tu, à, et, etc. Il s'agit de pronoms, prépositions, conjonctions, déterminants, affixes … Soit des listes de mots qui ne varient pratiquement jamais.

Les morphèmes lexicaux appartiennent à une classe ouverte, tels que lave, vite, lune, etc. Il s'agit de noms, adjectifs, verbes ou adverbes. On y ajoute des mots récents (ex. : c'est méga bien).

Morphèmes liés ou libres

On peut dire d'un morphème qu'il est :

  • lié s'il ne se manifeste pas comme lemme et n'existe jamais à l'état libre, mais est toujours rattaché à un autre morphème appelé base : comme -ons dans ouvr-ons ou re- dans re-faire ;
  • libre s'il peut constituer un mot : le ou beau sont libres.

Morphèmes dérivationnels et flexionnels

Parmi les morphèmes liés, on distingue traditionnellement deux classes : les morphèmes dérivationnels et les morphèmes flexionnels.

Morphèmes dérivationnels

Les morphèmes dérivationnels, ou affixes, servent à la création de nouveaux mots lexicaux par dérivation.

On distingue deux types principaux de morphèmes dérivationnels selon deux critères : la place qu'ils occupent par rapport à la base lexicale sur laquelle ils se greffent et leur effet sur la catégorie de la base.

  • Les préfixes sont des affixes qui sont antéposés à la base, tel que « dé » dans « défaire » et « re » dans « refaire ». Les préfixes ne provoquent jamais de changement de catégorie grammaticale de la base.
  • Les suffixes sont des affixes qui sont postposés à la base, tel que « ment » dans « agréablement » et « able » dans « mangeable ». Les suffixes peuvent entrainer un changement de catégorie grammaticale de la base.

La dérivation peut s'opérer à la fois par une préfixation et une suffixation, et l'on parle alors de dérivation parasynthétique.

Les circonfixes sont des affixes qui sont en deux morceaux, un au début du mot et un autre à la fin.

Morphèmes flexionnels

Les morphèmes flexionnels, ou flexions, indiquent la relation que la base à laquelle ils s'ajoutent entretient avec les autres unités de l'énoncé.

On distingue deux types principaux de flexions selon la catégorie de la base :

  • les flexions qui concernent les bases nominales, adjectivales et pronominales. Elles sont de trois sortes en français : le genre, le nombre et les cas.
  • les flexions verbales qui correspondent à la conjugaison des verbes. Elles ont pour fonction de marquer la personne, le nombre, le temps, le mode et la voix.

Un morphème flexionnel ne modifie jamais la catégorie de la base à laquelle il s'adjoint, contrairement aux morphèmes dérivationnels.

Discussion

Certains linguistes refusent la classification précédente parce qu'elle serait valable au mieux pour les langues de l'Antiquité classique [2] :

  • pour les langues indo-européennes modernes, elle serait introduite par la projection du passé dans le présent de la langue, ce qui est contraire au principe de description synchronique ;
  • pour beaucoup de langues non indo-européennes, elle n'aurait guère de sens.

C'est pourquoi la tendance est à appeler du même nom toutes les unités significatives entrant dans le mot : morpheme ou formative en anglais, morphème ou formant en français.

Morphèmes autonomes ou dépendants

On peut dire d'un morphème qu'il est

  • autonome, s'il peut constituer un énoncé à lui seul (comme une réponse à une question) et ne dépend pas forcément d'autres éléments : rouge, ville ;
  • dépendant, s'il est lié à d'autres mots de la phrase (qu'ils soient présents ou supposés) qu'il sert à construire : de, il, avec, demain. Si avec peut à lui seul constituer un énoncé valide (Ton café, avec ou sans sucre ? Avec.), il faut tout de même sous-entendre un autre terme. Il reste dépendant. De même pour demain, qui nécessite une situation de communication : « demain par rapport au moment où je parle ».

Morphologie des morphèmes

On peut distinguer les morphèmes selon leur morphologie.

Morphèmes à signifiant discontinu

Les morphèmes à signifiant discontinu sont formés d'une succession d'éléments répartis à plusieurs endroits dans un énoncé.

  • « Il ne sait pas » est composé notamment d'un morphème discontinu « ne (...) pas » qui indique la négation ;
  • « Il a mangé » comporte un morphème discontinu « a (...) é » qui indique le temps du passé composé.

Morphèmes amalgamés en un seul signifiant

Certains morphèmes s'amalgament en un seul signifiant :

  • dans l'énoncé « Aller au marché », « au » est un amalgame des morphèmes « à » et « le » ;
  • dans l'énoncé « La niche du chien », « du » est un amalgame des morphèmes « de » et « le ».

Morphèmes à signifiant zéro

Les morphèmes à signifiant zéro sont des morphèmes non marqués, c'est-à-dire des silences qui signifient quelque chose. Si l'on compare les trois énoncés suivants, leur transcription phonologique et leur découpage en morphèmes :

  • mangions /mɑ̃ʒ-j-ɔ̃/ ;
  • mangerons /mɑ̃ʒ-r-ɔ̃/ ;
  • mangeons /mɑ̃ʒ-Ø-ɔ̃/.

On peut considérer que mangeons comporte un morphème à signifiant zéro indiquant le présent par opposition aux morphèmes /j/ qui indique ici l'imparfait, et /r/ qui indique le futur simple.

Allomorphes

Les morphèmes qui sont des variations contextuelles et sont donc en distribution complémentaire sont des allomorphes.

Par exemple, al- (dans "allons"), v- (dans "vais"), i- (dans "iras") sont 3 allomorphes du verbe "aller" De même, pour les terminaisons "âmes", "îmes" et "ûmes" du passé simple. Ces morphèmes grammaticaux sont 3 allomorphes, 3 signifiants ayant pour signifié le passé simple.

Synthèmes

Dans la terminologie de Martinet, les morphèmes multiples qui fonctionnent comme un morphème simple sont appelés synthèmes. Il s'agit de combinaisons figées d'unités significatives minimales.

  • Ex: pomme de terre se définit par rapport à poireau, chou etc., mais le locuteur ne choisit pas successivement pomme par rapport à poire, terre par rapport à eau, etc.

(Toutefois, Martinet utilise le terme monème plutôt que morphème).

Other Languages
Afrikaans: Morfeem
Alemannisch: Morphem
العربية: مرفيم
беларуская: Марфема
беларуская (тарашкевіца)‎: Марфэма
български: Морфема
brezhoneg: Morfem
català: Morfema
کوردیی ناوەندی: مۆرفیم
čeština: Morfém
словѣньскъ / ⰔⰎⰑⰂⰡⰐⰠⰔⰍⰟ: Морфима
Чӑвашла: Морфема
Cymraeg: Morffem
dansk: Morfem
Deutsch: Morphem
ދިވެހިބަސް: ލުފައިޒު
Ελληνικά: Μόρφημα
English: Morpheme
Esperanto: Vortero
español: Morfema
eesti: Morfeem
euskara: Morfema
فارسی: تک‌واژ
suomi: Morfeemi
Frysk: Morfeem
Gaeilge: Moirféim
galego: Morfema
עברית: מורפמה
हिन्दी: रूपिम
hrvatski: Morfem
hornjoserbsce: Morfem
magyar: Morféma
Հայերեն: Ձևույթ
interlingua: Morphema
Bahasa Indonesia: Morfem
Ido: Morfemo
íslenska: Myndan
italiano: Morfema
日本語: 形態素
ქართული: მორფემა
қазақша: Морфема
한국어: 형태소
Kurdî: Morfem
Limburgs: Morfeem
latviešu: Morfēma
македонски: Морфема
Plattdüütsch: Morphem
Nederlands: Morfeem
norsk nynorsk: Morfem
norsk bokmål: Morfem
Novial: Morfeme
ਪੰਜਾਬੀ: ਮਾਰਫੀਮ
polski: Morfem
português: Morfema
Runa Simi: Rimana yapaq
română: Morfem
русский: Морфема
Scots: Morpheme
srpskohrvatski / српскохрватски: Morfem
Simple English: Morpheme
slovenčina: Morféma
slovenščina: Morfem
српски / srpski: Морфема
svenska: Morfem
Kiswahili: Mofimu
Tagalog: Morpema
Türkçe: Biçim birimi
українська: Морфема
vèneto: Morfema
Tiếng Việt: Hình vị
walon: Morfinme
中文: 語素