Mongol

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la langue mongole khalkha, officielle en Mongolie. Pour les articles homonymes, voir Mongol (homonymie). Pour le peuple khalkha, voir Khalkhas.
Mongol
mongol : ᠮᠣᠨᠭᠭᠣᠯ
ᠬᠡᠯᠡ
, VPMC : monggol qele, cyrillique : Монгол хэл, MNSmongol khel
Pays Mongolie, Chine, Russie
Nombre de locuteurs plus de 6 millions
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau de la Mongolie  Mongolie
Région autonome de Mongolie-Intérieure ( Drapeau de la République populaire de Chine  Chine).
Codes de langue
ISO 639-1 mn
ISO 639-2 mon
ISO 639-3 mon
Étendue groupe
Type langue vivante
IETF mn

Le mongol (en mongol : ᠮᠣᠨᠭᠭᠣᠯ
ᠬᠡᠯᠡ
, API Khalkha : [mɔŋɢɔ̆ɮ xiɮ], VPMC : monggol qele, cyrillique : Монгол хэл, MNSmongol khel, littéralement : langue mongole) est une langue appartenant au groupe des langues mongoles, qui fait lui-même partie de la famille controversée des langues altaïques. Il est parlé en Mongolie, pays dont il est la langue officielle sous le nom de khalkha (ou en cyrillique халх), puisqu'elle était parlée à l'origine par les Khalkhas, peuple mongol s'étant formé autour de la rivière Khalkha (également appelé qalq-a-yin γoul, Халхын гол). Elle est également parlée en Chine (notamment en Mongolie-Intérieure, Dongbei, Hebei, Gansu et Ningxia par 3,38 millions de personnes dont 2,5 millions ne parlent que cette langue [1]) et en Russie (notamment en Bouriatie et en Kalmoukie). Le nombre total de locuteurs est estimé à plus de 6 millions.

Le khalkha est le mongol vernaculaire, mais il existe également d'autres langues mongoles.

L'écriture du mongol

Assortiment d'écritures utilisées pour le mongol
Article détaillé : Écritures mongoles.

Le mongol est un ensemble de langues et de dialectes qui utilisent de nombreuses formes d'écritures.

Chez les proto-mongols, l' alphabet de l'Orkhon était utilisé.

Différentes écritures ont été créées spécifiquement pour cette langue, à partir du e siècle sous l'impulsion de Gengis Khan et d'autres khagans mongols ( mongol bichig, écriture phags-pa, todo bitchig, Soyombo, mais d'autres écritures préexistantes ont également été utilisées pour retranscrire les langues mongoles, telles que les hanzi (caractères chinois han), l' Alphasyllabaire tibétain ou les l' alphabet latin ou l' alphabet cyrillique.

L' alphabet latin est utilisé dès le XIVe siècle et est égalmement utilisé jusqu'en 1931. L' alphabet cyrillique comportant 2 caractères spécifique (Ө/ө et Ү/ү) en usage officiel de 1941 à 1990 en Mongolie extérieure (le pays), introduit dès 1937 sous la pression des Soviétiques, et qui y est encore très utilisé de nos jours, ainsi qu'à Touva. Selon le linguiste Jacques Leclerc, l'alphabet cyrillique risque même de supplanter définitivement l'écriture traditionnelle en Mongolie [2]. Il semble cependant qu'il y ait un retour à l'écriture traditionnelle en Mongolie sous l'impulsion du gouvernement. En Mongolie-Intérieure, l'écriture traditionnelle mongole est la principale écriture utilisée pour écrire le Mongol, au côté des caractères han, utilisés pour écrire le mandarin.

Écritures créées pour les langues mongoles

La plus ancienne écriture typiquement mongole, appelée écriture traditionnelle mongole (ou Mongol bitchig) remonte au e siècle sous Gengis Khan et dérive de l' Écriture ouïghoure arabisée, elle est aujourd'hui surtout utilisée en Mongolie-Intérieure, et revient progressivement en Mongolie.

Depuis cette époque, différentes écritures ont été utilisées pour transcrire la langue mongole. Au e siècle, le lama tibétain Phagspa crée pour le premier empereur chinois mongol, Kubilai Khan, Grand Khan des Mongols et fondateur de la dynastie Yuan, l' écriture Phagspa (ou « écriture carrée »), un alphasyllabaire destiné à être l'écriture unifiée de toutes les langues de l' Empire mongol. Il est tombé en désuétude après le renversement de l'Empire mongol par la dynastie Ming.

Au e siècle Zaya Pandita, moine bouddhiste oïrat, crée le Todo bitchig

En 1686, le Jebtsundamba Khutuktu Zanabazar crée l' écriture soyombo, dérivée de l'écriture népalaise Lanydza.

En caractères alphabétiques traditionnels

Article détaillé : Mongol bitchig.
Wikipédia en mongol traditionnel

L'écriture traditionnelle mongole (dite uiguir) remonte au e siècle. Elle est issue de l'écriture ouïgour. En Mongolie, elle a été remplacée le par l' alphabet cyrillique (légèrement remanié), puis rétablie en 1990 par le gouvernement. Cet alphabet fait aussi l'objet d'une grande promotion en Mongolie-Intérieure ( République populaire de Chine) depuis 1991.

C'est un alphabet phonétique, qui comporte 8 voyelles et 27 consonnes, soit 35 lettres au total. Les lettres de l'alphabet mongol ont trois formes, comme en syriaque ou en arabe :

  • initiale ou isolée, quand la lettre est placée en début de mot ou citée
  • médiane, quand elle est dans un mot
  • finale, quand elle finit un mot

Les voyelles et les consonnes forment des groupes de 2 lettres (exemple sur l'image : Wi-Ki-Pe-Di-Ah). Certaines lettres ne peuvent pas finir un mot (par exemple la voyelle A ou la consonne P).

En caractères chinois

Le texte le plus ancien en mongol est l' Histoire secrète des Mongols (mongγol-un niγuca tobciyan), dont seule la version traduite (vraisemblablement vers 1370) en utilisant les caractères chinois pour représenter la prononciation du mongol (voir langue Han'er) nous est parvenue [3]. Voici un exemple de cet usage avec la translittération du mongol classique en dessous :

  • 成吉思 合罕讷 忽扎兀尔 (L'origine de Gengis Khan)
cinggis qaγan-u ijaγur
Gengis Khan-Génitif origine
  • 迭额列 腾格里额扯 扎牙阿秃 脱先 孛儿帖赤那 阿主兀 (Börte Tchinoua naquit par décret divin)
deger-e tngri-ece jayaγa-tu törü-gsen börte cinua a-juγu
origine-datif ciel-ablatif instituer-nominalisateur naître-passé Börte Tchinoua être-passé
  • 格尔该 亦讷 豁埃 马 阿只埃 (Sa femme était Qugha Maral)
gergei inu quγa maral a-jiγai
épouse 3sg génitif Qugha Maral être-passé

Comme on peut le voir, cette transcription s'est faite dans un dialecte chinois mandarin, où les consonnes finales -p -t -k du chinois médiéval avaient déjà disparu, puisque cette écriture est obligée de faire usage de caractères en exposant tels que (mandarin kè) pour indiquer ces consonnes. Pour distinguer les r des l, on rajoute le caractère « langue » en exposant devant un caractère à initiale l- en mandarin.

Other Languages
Afrikaans: Mongools
አማርኛ: ሞንጎልኛ
aragonés: Idioma mongol
العربية: لغة منغولية
azərbaycanca: Monqol dili
башҡортса: Монгол теле
беларуская: Мангольская мова
беларуская (тарашкевіца)‎: Мангольская мова
български: Монголски език
brezhoneg: Mongoleg
català: Mongol
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Mùng-gū-ngṳ̄
čeština: Mongolština
Чӑвашла: Монгол чĕлхи
Cymraeg: Mongoleg
Esperanto: Mongola lingvo
español: Idioma mongol
euskara: Mongoliera
Frysk: Mongoalsk
客家語/Hak-kâ-ngî: Mùng-kú-ngî
עברית: מונגולית
हिन्दी: मंगोल भाषा
Fiji Hindi: Mongolian bhasa
hornjoserbsce: Mongolšćina
magyar: Mongol nyelv
Հայերեն: Մոնղոլերեն
Bahasa Indonesia: Bahasa Mongol
íslenska: Mongólska
italiano: Lingua mongola
日本語: モンゴル語
Qaraqalpaqsha: Mongol tili
қазақша: Моңғол тілі
kalaallisut: Mongoliamiutut
한국어: 몽골어
Кыргызча: Монгол тили
lietuvių: Mongolų kalba
latviešu: Mongoļu valoda
македонски: Монголски јазик
монгол: Монгол хэл
Bahasa Melayu: Bahasa Mongolia
Dorerin Naoero: Dorerin Mongoriya
Nāhuatl: Mongollahtōlli
नेपाल भाषा: मंगोल भाषा
Nederlands: Mongools
norsk nynorsk: Mongolsk
norsk: Mongolsk
occitan: Mongòl
Kapampangan: Amanung Monggol
پنجابی: منگولی
português: Língua mongol
Runa Simi: Muñgul simi
română: Limba mongolă
саха тыла: Монгуол тыла
srpskohrvatski / српскохрватски: Mongolski jezik
Simple English: Mongolian language
slovenčina: Mongolčina
српски / srpski: Монголски језик
svenska: Mongoliska
Türkmençe: Mongol dili
Türkçe: Moğolca
татарча/tatarça: Монгол теле
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: موڭغۇل تىلى
українська: Монгольська мова
oʻzbekcha/ўзбекча: Mongol tili
Tiếng Việt: Tiếng Mông Cổ
吴语: 蒙古语
მარგალური: მონღოლური ნინა
ייִדיש: מאנגאליש
中文: 蒙古语
文言: 蒙古語
Bân-lâm-gú: Bông-kó͘-gí
粵語: 蒙古話