Mission des Nations unies pour l'assistance au Rwanda

MINUAR
Drapeau des Nations unies
ONU
Vue de la mission diplomatique
Mémorial en l'honneur des soldats onusiens belges morts lors du conflit

LieuKigali
Personnages marquantsDrapeau du Canada Roméo Dallaire
(commandant)

La Mission des Nations unies pour l'assistance au Rwanda (MINUAR) était une mission de l'ONU au Rwanda créée en octobre 1993 et dissoute en mars 1996. Elle était en phase opérationnelle au début du génocide au Rwanda.

D'août 1992 au 12 juillet 1993, les différents protagonistes du Rwanda participèrent, sous l'impulsion de la communauté internationale, à des négociations de paix. Ces discussions aboutirent aux « accords d'Arusha ». Pour soutenir la réalisation de ces accords, l'ONU décida, dans sa résolution 872 du 5 octobre 1993, d'envoyer une mission de paix, au titre du chapitre VI de la Charte des Nations unies[1] : « Se félicitant de la signature de l'Accord de paix d'Arusha (y compris ses Protocoles) le 4 août 1993, et exhortant les parties à continuer de le respecter pleinement, [...] Décide de créer une opération de maintien de la paix intitulée la Mission des Nations unies pour l'assistance au Rwanda (MINUAR) pour une période de six mois »[2].

Le général canadien Roméo Dallaire fut nommé commandant de cette mission constituée d'environ 2 300 hommes, essentiellement des Bangladais, des Belges et des Ghanéens. Le général Dallaire demeura une figure emblématique par son implication personnelle dans la tragédie rwandaise. Cette mission fut caractérisée par son échec à empêcher le génocide, même si elle réussit à protéger 30 à 40 000 Tutsis[3]. L'analyse de cet échec montre le manque de cohérence du Conseil de sécurité des Nations unies dans sa volonté de donner de véritables moyens à cette mission.

Vingt-sept membres de la MINUAR, soldats ou agents civils locaux, furent tués au cours de leur mission[4].