Ministre d'État (France)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres articles nationaux ou selon les autres juridictions, voir ministre d'État.
Ministre d'Etat
Image illustrative de l'article Ministre d'État (France)
Titulaire actuel
Gérard Collomb
(depuis le )
Nicolas Hulot
(depuis le )
Création 1915
Mandant Président de la République

En France, le titre de ministre d'État est utilisé sous différents régimes dans des situations très différentes. Sous la Cinquième République, le ministre d'État jouit d'une prééminence protocolaire dans le gouvernement, devant les ministres, et, selon une interprétation non admise par tous [1], disposerait de la prérogative d'organiser des réunions interministérielles, tel un vice-Premier ministre [2].

Ancien Régime

Le titre de ministre d'État est apparu sous Louis XIII. Ils siégeaient au Conseil d'en-haut, futur Conseil d'État. À partir de 1661, début du « pouvoir personnel » de Louis XIV, le roi appelait qui il voulait à son Conseil d'En-haut. Les invitations royales n'étaient valables que pour une séance et devaient donc être renouvelées tant que la personne désignée gardait la confiance du souverain. Cependant, le fait d'avoir été invitée une fois au Conseil donnait droit à cette personne d'être appelée ministre d'État sa vie durant, et même de toucher une pension viagère d'environ 20 000 livres. Les ministres d'État présents au Conseil restaient peu nombreux, entre trois et cinq au cours du règne de Louis XIV. Ils participaient aussi au Conseil des Dépêches.