Michel Tournier

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tournier.
Michel Tournier
Description de cette image, également commentée ci-après

Michel Tournier lors d'une rencontre
avec des élèves de lycée en 2005.

Nom de naissance Michel Marie Édouard Tournier
Naissance
Paris, Drapeau de la France  France
Décès (à 91 ans)
Choisel ( Yvelines), Drapeau de la France  France
Activité principale
Écrivain
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Michel Tournier, né le dans le 9e arrondissement de Paris et mort le à Choisel, est un écrivain français.

Auteur de plusieurs romans remarqués dont Le Roi des aulnes, couronné par le prix Goncourt en 1970, il est aussi un conteur et un romancier pour la jeunesse avec des œuvres comme Vendredi ou la Vie sauvage ( 1971), réécriture de son premier roman Vendredi ou les Limbes du Pacifique. Il reprend par ailleurs le néologisme de Jacques Lacan, «  journal extime ».

Germaniste accompli et philosophe de formation, Michel Tournier renonce à l'enseignement et s'occupe de traductions et d'émissions à la radio puis à la télévision avant de publier à 42 ans son premier roman Vendredi ou les Limbes du Pacifique en 1967 qui ouvre trois décennies consacrées à la littérature. Il a bâti en neuf romans publiés de 1967 à 1996 et en quelques recueils de nouvelles une œuvre originale qui fait de lui l'un des écrivains français marquants du dernier tiers du XXe siècle [1].

 Buste de Michel Tournier réalisé par Sissy Piana
Buste de Michel Tournier réalisé par Sissy Piana

Biographie

Famille, enfance et formation

La branche maternelle de Michel Tournier est bourguignonne. Sa mère, née Marie-Madeleine Fournier, était la fille d'un pharmacien de Bligny-sur-Ouche en Côte d'Or et Michel a passé ses vacances d'enfant dans le village voisin de Lusigny-sur-Ouche où ses parents louaient le presbytère désaffecté (il y séjournera de nouveau pendant l'été 1944 et pendant la Libération de la région en septembre).

Son père, Alphonse Tournier, est issu d'une famille d'artisans verriers établis dans l'Hérault au début du XIXe siècle, puis à Lalinde en Dordogne [2]. Alphonse Tournier était né à Cognac en Charente, d'un père gascon [3] et d'une mère d'ascendance aveyronnaise [4].

Les parents de Michel Tournier s'étaient rencontrés à la Sorbonne alors qu'ils étaient étudiants en licence d'allemand. Alphonse, gueule cassée de 14-18 et germaniste accompli [5], renonce à l'enseignement et fonde plusieurs sociétés de collecte des droits d'auteurs à l'origine de la SACEM. En 1929, il fonde notamment le Bureau international des éditions musico-mécaniques ( BIEM), et il est conseiller de la SACEM.

La famille (trois garçons, dont Jean-Loup Tournier, directeur de la SACEM, et une fille) habite d'abord à Paris, boulevard Haussmann dans le 9e arrondissement, avant de s'installer dans une grande maison à Saint-Germain-en-Laye. Michel Tournier fréquente alors différentes écoles privées religieuses où il est un élève turbulent et médiocre. Il passe durant cette période ses vacances à Fribourg-en-Brisgau, dans un foyer d'étudiants catholiques avec ses frères et sœur et assiste à l'installation du nazisme avec ses parades militaires et les discours du Führer.

En 1941, la famille Tournier quitte la maison de Saint-Germain-en-Laye réquisitionnée par les Allemands et s'installe à Neuilly-sur-Seine. Michel Tournier y entre au Lycée Pasteur où il a Roger Nimier pour condisciple en classe de philosophie dans laquelle enseigne Maurice de Gandillac. Passionné par les ouvrages de Gaston Bachelard et ayant échoué à entrer à l' École normale supérieure, il choisit de préparer une licence de philosophie à la Sorbonne où il soutient en juin 1945 son diplôme d'études supérieures de philosophie sur Platon [6]. Il réside ensuite quatre ans dans l'Allemagne en reconstruction — il y rencontre Gilles Deleuze — et suit les cours de philosophie de l' université de Tübingen avant de rentrer en France en 1949. Finalement il renonce à l'enseignement après son deuxième échec à l'agrégation de philosophie en 1950.

Débuts

Michel Tournier s'installe à Paris, dans un hôtel dans l’ île Saint-Louis et fréquente des écrivains comme Georges Arnaud et Yvan Audouard, des artistes comme Pierre Boulez ou des philosophes comme Gilles Deleuze. Pendant huit ans il fait des traductions surtout non littéraires pour les éditions Plon (il traduit cependant certains romans d' Erich Maria Remarque), puis participe à des émissions culturelles à la radio ( ORTF et Europe 1) et anime une émission télévisée mensuelle intitulée Chambre noire sur la photographie. Il se lie avec Lucien Clergue avec qui il crée en 1968 les Rencontres photographiques d'Arles. À cette date, il a déjà commencé à écrire.

Carrière

Après plusieurs textes qu'il juge trop médiocres, Michel Tournier publie en 1967, à 42 ans, son premier roman Vendredi ou les Limbes du Pacifique. Michel Tournier rencontre vite le succès et l'estime du monde littéraire et son roman est couronné par le grand prix du roman de l'Académie française. En 1970, son deuxième roman, Le Roi des aulnes, marque les esprits et obtient à l'unanimité le Prix Goncourt. Écrivain reconnu, Tournier entre au comité de lecture des éditions Gallimard et devient en 1972 membre de l' Académie Goncourt. Il se consacre dès lors entièrement à la littérature avec en plus de ses romans et nouvelles, des textes pour la jeunesse (comme la reprise de son premier roman sous le titre de Vendredi ou la Vie sauvage en 1971 ou Barbedor en 1980). Il publie également des essais : Le Vent Paraclet (1978), autobiographie et réflexion littéraire et philosophique, Célébrations (1999), et écrit de nombreux articles [7] et des préfaces de livres, par exemple pour Le Bachelier de Jules Vallès (Gallimard Éditions, collection Folio Classique) ou pour Calligraphe d'Hassan Massoudy (Édition Flammarion, 1986).

Michel Tournier s'installe en 1957 à Choisel, dans un ancien presbytère de la vallée de Chevreuse où il travaille dans la solitude à l'écart de Paris et des dispersions du milieu littéraire. Il se montre très attentif à ses lecteurs qu'il aime rencontrer, tout particulièrement les collégiens auxquels il rend souvent visite [8]. Il a aussi beaucoup voyagé, en Afrique noire, au Sahara, au Canada. En 1989, ses propos contre l'avortement font beaucoup de bruit [9].

Fin 2010, à 85 ans, il fait connaître à Edmonde Charles-Roux son souhait de démissionner du jury de l' Académie Goncourt [10] et d'en devenir membre honoraire [11].

Ses livres sont traduits dans plusieurs dizaines de langues et les tirages sont toujours impressionnants, comme pour Vendredi ou la vie sauvage (près de trois millions d'exemplaires en France) ou Le Roi des Aulnes (quatre millions) [12]. Objet de plusieurs études et thèses [13], l’œuvre de Michel Tournier lui a valu la médaille Goethe en 1993, le titre de docteur honoris causa de l' université de Londres en 1997.

Fin de vie

À la fin de sa vie, Michel Tournier n'écrivait plus mais continuait à parler de ses œuvres. Il se confie, comme en mai 2010 en répondant à Marianne Payot : « Je ne me suiciderai pas, mais je trouve que j'ai déjà beaucoup trop vécu. Je souffre de la vieillesse : je n'entreprends plus rien, je ne voyage plus. Je m'ennuie [14]. » Il alimente aussi le Fonds Tournier créé en 1996 à la bibliothèque universitaire d'Angers [15].

Michel Tournier meurt le à son domicile de Choisel, dans les Yvelines en région Île-de-France à l'âge de 91 ans [16]. Ses obsèques sont célébrées le 26 janvier 2016, en l'église Saint-Jean-Baptiste de Choisel [17].

Il est inhumé dans le cimetière qui jouxte l'église et le presbytère où il résidait et avait lui-même choisi son épitaphe : « Je t'ai adorée, tu me l'as rendu au centuple, merci la vie ! ».

Other Languages
العربية: ميشيل تورنيه
تۆرکجه: میشل تورنیه
български: Мишел Турние
čeština: Michel Tournier
Ελληνικά: Μισέλ Τουρνιέ
Esperanto: Michel Tournier
español: Michel Tournier
italiano: Michel Tournier
ქართული: მიშელ ტურნიე
Lëtzebuergesch: Michel Tournier
македонски: Мишел Турние
Nederlands: Michel Tournier
português: Michel Tournier
srpskohrvatski / српскохрватски: Michel Tournier
Simple English: Michel Tournier
Türkçe: Michel Tournier
українська: Мішель Турньє